cover

Dragon Ball Super

Article écrit par Culturemania le mardi 25 août 2015 à 13:03
likeslikeslikeslikes
4 personne(s) ont aiméAdd Like
153 épisodes de Dragon Ball, 291 de Dragon Ball Z, 64 de Dragon Ball GT, les OAV, les Films. On ne pouvait même plus se permettre d'en rêver plus et pourtant, le studio Toei Animation l'a fait. Il a réalisé notre rêve à tous : nous faire faire un bon de 20 ans en arrière pour retrouver cette merveilleuse époque où Dragon Ball passait à la télévision. Que les Dieux sont avec nous je veux bien maintenant le croire, même si je pense plutôt qu'un fan a fabriqué de vraies boules de cristal pour faire apparaître Shéron et lui demander de créer de nouveaux épisodes de la série. Maintenant, on ne dira plus seulement qu'on a grandi avec Dragon Ball, on devra dire qu'on a vécu avec. Et c'est très bien comme ça.


Production : Toei Animation

|-]

Cast : Songuku, Vegeta, Songohan, Bulma, Chichi...

preview

Pour transcender votre lecture, je vous suggère de la faire en écoutant le thème de DBZ - Peaceful Times :

Tout le monde a reconnu cette merveilleuse petite bicoque. C'est celle de Sangoku et Chichi, construite tout près de la maison du grand-père adoptif de Sangoku, Sangohan. Je vais pas revenir sur toute l'histoire, vous pourrez la trouver partout ailleurs. Mais tout commence par un fermier qui laboure son champs. Il est au volant de son tracteur et passe les sillons l'un après l'autre. Ce fermier, je vous le donne en mille, c'est Sangoku ! C'est déjà génial ! Même si le passage obligé aux voix japonaises est assez délicat pour moi qui suis habitué aux voix françaises des épisodes du Club Dorothée. Mais bon, l'être humaine est capable de toute adaptation.

preview

Les temps sont paisibles et il fait toujours beau à la campagne. Sanguku tente de négocier avec Chichi pour retourner s’entraîner avec maître Kaioh, Sangohan et Videl vivent dans une belle maison, Vegeta s’entraîne et grogne pendant Tortue Géniale passe son temps à... eh bien saigner du nez. Quant à Bulma, elle s'apprête à fêter son anniversaire en tout simplicité sur un bateau de croisière démesuré : n'oublions pas qu'elle est la plus grosse fortune du monde. L'histoire débute à la fin de l'ère de Boubou, et donc probablement avant Dragon Ball GT. On y retrouve d'ailleurs le roi Pilaf et ses zouaves de compagnons, toujours à la recherche des boules de cristal. A ce sujet, Bulma réserve une surprise de taille, mais je ne dis rien. Tout a donc l'air merveilleux. Mais la Terre, planète maudite va vite se trouver un nouveau destructeur, pire que tous ceux qu'elle a déjà connu ! Petite indice : le prochain méchant est celui qui avait ordonné à Freezer de détruire la planète Vegeta !! Ça fout la trouille, je sais.

preview

Un être à tronche de chat semblant sortir tout droit des hiéroglyphes égyptiens se ballade de planète en planète avec son étrange ami bleu qui porte un cerceau autour du cou. Cette sorte de chat a un jeu préféré : détruire les planètes. Oh oh, on s'amuse bien. On apprendra bien vite qu'il s'agit de Beerus, le Dieux de la destruction (mais en fait, il y a 12 Dieux de la destruction, on peut donc s'imaginer une suite sans limite). Mais détruire n'est pas la seule passion de Beerus. Son deuxième passe-temps favoris est la bouffe. Il s'empiffre, et si ça lui plait pas, il détruit la planète et passe à une autre. Avec Maïté à nos côtés, on n'a donc rien à craindre. Il est l'équilibre de la création, l'assurance du libre espace. Certains créent, d'autres détruisent, sa place est toute légitime comme l'explique Kaioh à Songuku en tremblant comme une feuille. Jamais tu ne devras le rencontrer, sa force va au-delà de tout et il peut couper une planète en deux d'un claquement de doigts. Crois-moi, tu ne veux pas qu'il te rende visite le soir dans ta chambre.

preview
preview

C'est pourtant ce qui va se passer car Beerus a fait un rêve. Et ce rêve concorde avec les visions du poisson Oracle. Dans son rêve, Beerus a vu un être divin, le Super Sayen God ! Il décide alors de partir à sa recherche se souvenant de l'histoire de Freezer contre les guerriers de l'espace. Et fatalement, il va rencontrer Sangoku sur la petite planète de Kaioh, ce qui le mènera directement sur Terre à la rencontre de Vegeta qui est en train de fêter l'anniversaire de Bulma sur leur bateau-géant. Et c'est là que tout va commencer à merder. Ça va castagner, on commence à le sentir venir. Ça va très vite chauffer, et tout cela à cause d'un pudding et d'un pistolet à eau, mais aussi d'une tarte dans la gueule de Bulma qui va déchaîner Vegeta.

Et oui, car y'a beaucoup de séquences très très drôles ! Voir Vegeta préparer des gâteaux ou encore Beerus s'extasier devant un sushi. Mais on va pas rire longtemps car la colère de Beerus finira par éclater sur Terre. Et encore une fois, un méchant pas beau veut détruire la planète. Sauf que là, il semble vraiment impétable, C'est le Dieu de la destruction après tout. Vegeta se fait dessus et les autres se sont fait terrasser en un clignement d’œil. Quand on fait pas l'poids, on fait pas l'poids. Et Sangoku ? On imagine qu'il va vite revenir sur Terre pour essayer de faire face à ce nouveau merdier. Ça s'annonce passionnant !

Article écrit par Culturemania le mardi 25 août 2015 à 13:03

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Dragon Ball Z : Partie I

Une époque formidable. Comment commencer un article, ou plutôt un dossier pour ne pas être réducteur par rapport à cette série qui a défini les gens que nous sommes aujourd’hui. Je me lance sans trop savoir comment aborder la chose. Dois-je supposer que tout le monde connaît Sangoku, Vegeta et leur bande de troubadours, ou dois-je partir de zéro en expliquant ce qu’est un guerrier de l’espace ? Je suis en train de décider, donc tu verras bien. Je vais tenter de faire opérer la magie par les mots, la magie de cette œuvre magistrale, céleste qui a rythmé nos mercredis et qui continue à rythmer nos journées lorsque l’on s’enferme aux toilettes pour essayer de faire apparaître une boule d’énergie entre nos mains sans que notre entourage se foute de notre gueule. Bon, DBZ, Dragon Ball Z, c’est avant tout de la bagarre diront certains. Et bien je dis NON, la bagarre est secondaire malgré les apparences. Et voyons tout de suite pourquoi.

cover

Les Supers Nanas

Alors qu'une suite du dessin animé "Les Supers Nanas" est en cours de diffusion, cela me rappelle la série originale qui cartonnait dans les années 2000. Ce programme fut crée par Craig McCracken et diffusé entre 1998 à 2005. Il relatait les aventures de trois petites filles : "Belle", "Bulle" et "Rebelle", qui devaient sauver la ville de Townsville de diverses menaces. Pour ce faire, elles étaient aidées par le professeur Utonium, leur créateur.

cover

Les Razmokets

Lorsque je me remémore mes souvenirs d'enfance, je constate que j'ai passé beaucoup trop de temps devant la télé. Et ce fut ma plus grande fierté. De ce fait, les dessins animés ont une place importante dans mon cœur. Parmi eux, les productions des studios Hanna-Barbera, D.I.C, IDDH ou encore Nickelodeon y régnaient en maître. Dans le lot, j'avais une préférence : "Les Razmokets".

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !