Accueil
Accueil
Espace redaction
Espace redaction
S'inscrire
S'inscrire
Nous contacter
Nous contacter
Les auteurs
Les auteurs
A propos
A propos
Nos classements
Nos classements
Un article au hasard
Un article au hasard
Twitter Facebook GooglePlus

Culturemania

Mettons tous ensemble la Culture en Commun

Un des grands principe de Culturemania est de ne pas mettre de publicité.
Donc, si vous aimez passer du temps ici et lire nos articles, aidez-nous à collecter un peu d'argent par notre cagnotte sur Leetchi afin que le site puisse continuer à vivre et évoluer.
Merci à toutes et à tous !

banner

Films

- Alien : Le Huitième Passager -

Article rédigé par Sowilo le 15/05/2016 à 23:32

Informations

  • Date de sortie : Non renseignée
Séance de rattrapage pour ceux qui se serait passé d’un classique. Si vous cherchez un film pour des gens qui n’ont pas trop l’habitude de se faire peur devant leur télé et que vous ne voulez pas pour autant leur servir un fond de tiroir débile, j’aimerais que vous n’oubliez pas le bon vieux Alien, qui a toujours du mal à prendre de vrais rides.

Réalisateur : Ridley Scott

Cast : Sigourney Weaver, Ian Holm, Tom Skerritt…

En 1977, Hollywood venait de convertir d’un seul coup monsieur tout le monde à la science-fiction, grâce à une histoire aux relents arthuriens mêlant des chevaliers, des princesses à sauver, des robots, des vaisseaux spatiaux et des combats au néon. La suite, arlésienne de la grandiloquence mystico spatiale, devait être l’adaptation de Dune par Jodoroski, qui ne verra jamais le jour. L’envie de surfer tout de même sur la vague interstellaire décidera alors Hollywood à donner sa chance à un autre projet, impliquant plusieurs artisans du Dune avorté. Si l’espace des Jedi faisait rêver, celui d’Alien compte bien vous ramener à l’état de simple petit humain face à l’infini. En ce temps-là, on savait viser large dans le cinéma américain. Quand on s’était mis en tête de foutre la trouille à tout le monde, on s’y prenait avec sérieux, on se réappropriait les codes de la série B ou du film de genre pour en faire quelque chose de fouillé. Aujourd’hui encore, Alien reste pour moi un classique incontournable.

La première moitié du film a quelque chose de lovecraftien. On y découvre les 7 passagers du vaisseau commercial le Nostromo, de retour d’une lointaine mission indéfinie, au réveil de leur sommeil artificiel contrôlé par Maman, l’ordinateur de bord. Ils découvrent pourtant que la Terre est encore loin et que Maman les a réveillé parce qu’elle capte un message audio d’origine inconnu qui se répète. Leurs appels encore relativement serins vers la Terre partent dans l’espace vide et glacé, d’où le spectateur comprend qu’on ne leur répondra jamais. Leur solitude, sans être évoquée, s’installe déjà. Un rappel d’une close à la con de leur contrat les obligeant à se renseigner en cas de contact avec une forme de vie inconnue, et les voilà forcés d’atterrir sur cette caillasse de l’espace sans intérêt, d’où provient pourtant le message.
Un moment, les humains cartésiens seront les explorateurs aliens d’un monde ancien et mort qui les dépasse, qu’ils ne peuvent qu’observer sans tout comprendre. Leur retour vers le Nostromo sera précipité par une petite bête parasite bien vivante, accroché au malheureux Kane. Voilà que l’inconnu se débrouille ainsi pour entrer dans leur propre vaisseau, d’où les hommes continueront à l’étudier, allant de surprise en surprise, mais déjà bien incapable d’agir sur quoi que ce soit. Jusqu’à la fameuse scène du repas, à peu près le seul moment visuellement gore du film, qui nous file un vilain coup avant d’attaquer la seconde partie.

preview
Bien qu’hébété, l’équipage tente de garder la tête froide et s’organise pour foutre dehors sans procès leur squatteur alien. Bien entendu le rapport chasseur/chassé s’inversera petit à petit…

Alien n’aurait pu être qu’un vulgaire slasher dans un vaisseau spatial, mais avec cette première partie, ses personnages crédibles et son antagoniste si original, on n’y voit que du feu, Ou presque. On aura quand-même droit à un gros débile qui fait un groupe de 1 (CF. le sketch les films d’horreurs de Bigard) en miaulant pour attirer le chat, ou à un passage en tenue très décontracté pour le principal personnage féminin avant son duel avec la bête. Quoique, sur ce dernier point, la nature du monstre en question et sa symbolique peut à mon avis justifier la mise en avant, un peu complaisante, de la féminité de sa prochaine cible.

preview

L’Alien, parlons-en, même si justement le film n’en parle qu’avec parcimonie. Rapidement après sa découverte, l’équipage semble tomber tacitement d’accord pour dire que la seule chose à étudier à son sujet, c’est comment le tuer. Le comportement soi-disant scientifique de Ash n’intéresse réellement personne et Replay y voit même immédiatement une attitude un peu malsaine. On ne peut décemment s’intéresser à cette chose que pour apprendre à lui faire face. Encore une fois, on retrouve quelque chose de Lovecraft dans cette façon de penser. Il faut dire que la bestiole n’attire vraiment pas la curiosité. On est habitué à voir les petits humains rejetés au bas de la chaîne alimentaire dans les films de monstre, repassés à l’état de quatre heures pour des créatures plus voraces qu’eux. Mais là, la promesse est de servir d’hôte pour la reproduction d’une espèce qui, donc, entre dans la catégorie des parasitoïde. Bien sûr, l’Alien ne se contente pas d’appartenir à cette catégorie dégueulasse du règne animal, on lui a intégré toute sorte d’autres caractéristiques tout aussi ragoutantes.

Cependant, Alien n’est pas un film de monstre qui se focalise sur sa créature, il la cache habilement dès que les présentations sont faites. Ce qu’on a à observer, c’est comment un groupe de gens complémentaires, compétents, confiants, perdent petit à petit tout contrôle sur leur environnement, et sont déconstruits pas à pas, couche par couche. Ils sont d’ailleurs déjà totalement soumis à Maman dès le début. Leur humanité, ils ont déjà commencés à la céder à la Compagnie avant le film, sans le savoir. Puis c’est l’espace qui ne répond plus, la planète voisine qui devient dangereuse, puis le vaisseau, etc. Et finalement, qu’est-ce qui peut tenir tête à cette espèce de cochonnerie phallocrate d’une autre planète ? Hein ?

Vous avez aimé ? Partagez !

Commentaires

Poster un commentaire :

stats

Culturemania, c'est :

514 articles rédigés par 14 personnes inscrites sur le site. Rejoingez-les !

1.289.317 articles consultés depuis des 10aines de pays dans le monde !

stats

Suivez Culturemania sur les réseaux sociaux :

FacebookTwitterGoogle plus
Autres articles du même genre :

Père et fils

Article publié le dimanche 19 avril 2015 à 11:57

Par : Sowilo

cover
views
1538
likes
0
comments

C’est vrai qu’en théorie, je n’aurais pas parié sur Michel Boujenah comme réalisateur capable de me faire franchement rire de bon cœur. Heureusement, c’est par hasard que je tombais sur son premier film.

Lire la suite...

Seul sur Mars

Article publié le mercredi 21 octobre 2015 à 21:17

Par : Culturemania

cover
views
1499
likes
4
comments

Hier soir, c'était l'avant-première de Seul sur Mars. Mais on n'était pas seul dans la salle. Matt Damon ne décevra point. Souvenez-vous de Will Hunting ou encore Les Joueurs ou encore le film où il achète un Zoo. Et là, il est astronaute mais c'est avant tout un sacré botaniste. Un peu de terre, un peu d'eau, un peu de merde. Par besoin de carte ou de chapeau pour faire de la magie. On va voir pourquoi cela va faire toute la différence.

Lire la suite...

Le Cadeau De Carole

Article publié le lundi 05 décembre 2016 à 03:01

Par : Remix42

cover
views
3361
likes
13
comments

Qui dit Noël, dit repas, ambiance et décorations de circonstances. Mais moi, qui suis un grand sentimental, j'ajouterais les téléfilms à ce domaine. Sans cela, que serait la magie de Noël ? Parmi les productions à succès, il y a mon petit chouchou que je ne rate jamais : ''Le Cadeau De Carole'' avec Tori Spelling, paru en 2003.

Lire la suite...

Bliss

Article publié le jeudi 24 décembre 2015 à 14:00

Par : Culturemania

cover
views
1250
likes
1
comments

Bliss est aussi le titre d’une chanson de Muse. Mais ici, c’est le prénom de Bliss Cavendar qui se demande bien qui, à part ses culs-bénis de parents, pourrait vouloir vivre dans sa petite ville perdue dans le trou du cul du Texas. Le Texas étant souvent vu comme le trou du cul des USA, je vous laisse imaginer l’abîme. Elle bosse dans une Diner où le cochon est roi et où si l’on mange son big b...

Lire la suite...

The Hateful Eight

Article publié le vendredi 08 avril 2016 à 20:17

Par : Culturemania

cover
views
1824
likes
3
comments

Quelqu'un m'a dit récemment : "Les films de Tarantino je les regarde pas, c'est toujours trop long". Et nous voilà retombé dans le culte qui détruit notre époque, celui de l'immédiateté, de l'instantané, du tout tout-de-suite. La vie est longue et pourtant on l'aime bien, la preuve c'est que l'on cherche sans cesse à la rallonger et qu'on touchera très vite la question de l'immortalité. Alors c'est trop long ? C'est irrecevable car c'est un simple argument de paresse. J'aurai préféré l'ar...

Lire la suite...

Hostel

Article publié le vendredi 26 décembre 2014 à 18:41

Par : Sowilo

cover
views
3729
likes
1
comments

Pour qu’un genre reste efficace, il faut qu’il évolue. En terme de cinéma horrifique, Hostel a marqué son époque en poussant les limites, c’est dors et déjà fait. Il est responsable de la prolifération d’un sous-genre aussi douteux que généralement peu respecté, le torture-porn. Mais pour qu’une ribambelle de suiveurs de mauvais goût ridiculise une idée, il faut une idée de base, qui part souvent d’un ...

Lire la suite...

Le Cadeau De Carole

Article publié le lundi 05 décembre 2016 à 03:01

Par : Remix42

cover
views
3361
likes
13
comments

Qui dit Noël, dit repas, ambiance et décorations de circonstances. Mais moi, qui suis un grand sentimental, j'ajouterais les téléfilms à ce domaine. Sans cela, que serait la magie de Noël ? Parmi les productions à succès, il y a mon petit chouchou que je ne rate jamais : ''Le Cadeau De Carole'' avec Tori Spelling, paru en 2003.

Lire la suite...

Holidays

Article publié le samedi 13 août 2016 à 21:46

Par : Culturemania

cover
views
1592
likes
0
comments

Quelle surprise ! J'ai regardé ce film un peu par hasard en pensant regarder un road movie version good vibes. Quelle horrible façon de parler d'un film. Mais la surprise a été totale. D'abord parce que ce film n'en est pas un mais plusieurs petites histoires, ensuite parce qu'il s'agit en fait d'histoires d'horreur ayant comme thème les fêtes populaires qui rythme notre calendrier chrétien.

Lire la suite...

Vaiana, la Légende du bout du monde

Article publié le vendredi 17 février 2017 à 19:34

Par : Nana Scleurnk

cover
views
4232
likes
8
comments

Oui, je sais, je sais, j’suis en retard… Il paraît même que c’était le Disney de noël. Mais il se trouve que je viens tout juste d’aller le voir au ciné, accompagnée de Poulette qui a maintenant 10 ans, et qu’on s’est régalée toutes les deux… Il fallait donc que j’écrive un petit quelque chose ! Et puis, il a tellement de succès que je crois qu’il va rester dans les salles pendant quelque temps encore, si le cœur vous en dit…

Lire la suite...

Curve

Article publié le mardi 03 novembre 2015 à 13:12

Par : Culturemania

cover
views
1739
likes
5
comments

Lorsque l'on part en voiture, c'est toujours la même chose. On décide d'aller d'un point A à un point B en prenant le moins de temps possible. Grave erreur, car c'est considérer le chemin comme une peine et non pas comme un plaisir. Mais la nature se rappelle toujours à nous et le détour impossible par la petite route touristique devient une option nécessaire. Nous avons en nous cette force naturellement incroyable à aller vers la fascination quitte à renier nos nécessités techniques. Mais parfois, il y a ces moments où l'on regrette d'avoir enclenché le clignota...

Lire la suite...

La fille de Monaco

Article publié le samedi 04 octobre 2014 à 10:00

Par : Culturemania

cover
views
2146
likes
0
comments

Très longtemps que je voulais voir ce film. J'en ai enfin eu l'occasion. Alors pour me la péter un peu et filer une info, Luchini était pris pour le film et après avoir repéré Louise Bourgoin, il a dit (j'imagine à Anne Fontaine) qu'il ne ferai ce film qu'avec Louise et pas une autre. Riche idée Fabrice. Et si on devait résumer ce film, ce serait en une scène, une seule. Et en une phrase, tout courte. C'est rapide. C'est très rapide.

Lire la suite...

Ma vie de Courgette

Article publié le mardi 21 février 2017 à 22:36

Par : Culturemania

cover
views
3522
likes
2
comments

Trente secondes sont réalisées chaque jour. Voilà ce que nécessite la réalisation d'un film par la technique de l'animation en volume, stop motion en anglais. On positionne le décor, les personnages en pâte à modeler ou autre matière dans une position, on capture une image. Ensuite, on déplace un chouillat les personnages selon leur animation voulue et on reprendre une image. Et ça 25 fois pour faire une seconde de film. C'est comme ça qu'à été réalisé Ma vie de Courgette mais bien d'autres films comme les films du studio Aardman, l'Etrange Noël de Mr Jack, Les ...

Lire la suite...

The Human Centipede

Article publié le mercredi 04 juin 2014 à 23:42

Par : Culturemania

cover
views
2217
likes
0
comments

On continue notre série horreur-macabre avec la première séquence de The Human Centipède. Lorsqu'un ancien chirurgien de génie spécialisé dans la séparation des siamois se retrouve à la retraite, il se peut qu'il trouve un hobby assez particulier. Il aura pu choisir les puzzles, Candy Crush ou la randonnée, mais non. Le Docteur Heiter, lui, a choisi de continuer à faire son métier, mais par opération inverse. Explications plus bas, car c'est à vomir.

Lire la suite...

Un singe en hiver

Article publié le samedi 21 juin 2014 à 00:58

Par : Culturemania

cover
views
3422
likes
3
comments

Juin 44, la guerre est sur le point de se terminer, et à Tigreville en Normandie, une chose invraisemblable va se produire. Hitler va passer dire coucou ? Non, mais Albert Quentin, patron de la Stella, va promettre à sa femme Suzanne, que si leur auberge résiste aux bombardements, il ne boira plus une seule goutte d'alcool. Pari tenu ?

Lire la suite...

The Black Water Vampire

Article publié le mardi 11 octobre 2016 à 22:38

Par : Culturemania

cover
views
3437
likes
1
comments

Sale histoire à Black Water. Tous les 10 ans, un cadavre de femme vidée de son sang est retrouvé dans la forêt. Raymond Banks a été déclaré coupable de ces meurtres même si ça sent le coup fourré à plein nez. Comme il le dit lui-même : toute la ville veut le voir disparaître car il sait. Il sait ce qu'ils font dans la forêt. Et ça tombe bien car la sentence de Raymond Banks est la mise à mort pure et simple.

Lire la suite...

PARTICIPER !

  • Rediger un nouvel article et gagner 10 points !
  • Enrichir un article existant et gagner 1 point !
  • Valider et corriger un article et gagner 5 points !
  • Faire connaître ses propres créations !
  • Créer une immense base de données gratuites et sans publicité.
  • Commenter les articles publiés sans avoir besoin de s'inscrire.

A QUOI CA SERT ?

Le but de Culturemania est de donner un moyen simplifié à tout un chacun pour s'exprimer sur la Culture et partager son avis sur une oeuvre, livre, film, spectacle, artiste, découverte....


Si vous êtes à l'origine d'une création culturelle, c'est aussi le bon endroit pour venir en parler vous-même et partager ensuite votre article sur les réseaux sociaux !


De plus, plus vous participez, plus vous gagnez des points. Régulièrement, nous organiserons des jeux concours sous différentes formes et ceux qui auront le plus grand nombre de points auront de fait le plus de chance de gagner.