cover

Cabin Fever vol 1

Article écrit par Culturemania le vendredi 18 juillet 2014 à 22:34
likeslikeslikes
3 personne(s) ont aiméAdd Like
Un ami et collègue m'annonce qu'il a visionné un film qui s'appelle Cabin Fever. Hum, ce titre, je l'ai entendu quelque part mais je suis sans certitude. Alors, rusé comme un renard des années 2014, je file vite sur le net pour découvrir avec féerie qu'il s'agit d'une trilogie : lui a vu le numéro 3, moi je décide de faire les choses dans l'ordre. Il fait très chaud en ce moment, alors un petit tour dans les bois ne fera de mal à personne. Te couches pas trop tard gamin, on prend la route à 6h00 demain.


Réalisateur : Eli Roth

Cast : Mark Schwarz, Jay Aaseng, Jeff Rendell, Darcy Martin...

Episode un. Incroyable. Ma première crise de rire est arrivée avant la cinquième minute. Vous allez voir. Au départ, c'est toujours pareil hein, cinq jeunes cette fois, en fin d'université qui partent faire la fête dans un chalet, deux couples et un mec dérangé à la casquette verte. Du mauvais rock sur la route et la rigolade s'installe. La brune trifouille le conducteur, la blonde dors sur l'épaule de l'autre mec, et le mec bizarre est bizarre. Et là, c'est la scène obligatoire, la rencontre avec l'autochtone, ou plutôt son fils, Denny. Mais il faut jamais s’asseoir à côté de Denny, sinon on risque le Tétanos. Un rapide tour à la boutique histoire de rencontrer le vieux croulant du coin, qui garde un fusil sniper destiné aux nègres, et on repart, fin prêt à faire la fête.

preview

Arrivé au chalet, chacun va vaquer çà ses occupations : tester les chambres, nager ou tuer des écureuils. On s'amuse comme on peut. Mais il auront vite fait de tomber sur un mec pas net, qui a l'air infecté par quelque chose que vous ne voudrez pas trouver sur la table du repas le dimanche midi avec belle-maman. Le mec refera surface et nos chers amis auront la bonne idée de le brûler. Oui oui, vous avez bien lu. Ils le brûlent et s'en débarrassent. Mais manque de bol, le cadavre de ce type va atterrir comme par magie dans l'eau du réservoir du conté et donc, la contaminer. La contamination aura vite fait de rattraper nos cinq veinards. Et là, inspection générale qui fait un peu penser à The Thing, mais de manière minimaliste et évidement incomparable à la tension du chef-d'oeuvre. Les cinq demeurés vont tomber, les uns après les autres, et on ne s'en plaindra pas. Les flics du coin, assurément pas nets, vont se faire piéger à leur propre jeu et la contamination va se propager, vers l'infini et au-delà. Quand au dénouement du fusil-sniper pour les nègres, c'est le deuxième fou-rire du film. Comme quoi, faut jamais juger les vieux débris avant de les avoir fréquenté au moins deux fois. Désolé de briser le suspense, mais ça fini mal, et il parait qu'il y a encore le volume 2 et 3 à regarder. J'imagine qu'ils vont étendre le truc au niveau National ? En tout cas, il n'y a qu'une seule façon de le savoir.

Article écrit par Culturemania le vendredi 18 juillet 2014 à 22:34

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

The descent

Quand on vient se fourrer dans le film de genre, on colle automatiquement à certains codes, à des principes récurrents qui nous font automatiquement ressembler à la concurrence. Et quand la concurrence est plutôt foisonnante, dur de se faire une place. Pourtant, The Descent, pour moi, au milieu des survivals de tous poils, arrive largement à sortir du lot, et reste comme un des incontournables du genre que la décennie 2000 a pu nous balancer. A vos piolets et vos cordes, on part en spéléo.

cover

Dragon

Mais si, regarde le premier, comme ça on pourra aller voir le deuxième qui sort au cinéma et on pourra râler contre ces bouffeurs de pop corn immondes où sur les mioches de la rangée de derrière qui foutent des coups de pied dans nos sièges ! Argument imparable. C'est donc dans un soucis de respecter la tradition bien française du râleur implacable que j'ai regardé le premier volet de Dragon des studios Dreamworks. Titre un peu plus explicite en Anglais : How to Train a Dragon.

cover

God Bless America

Et si on prenait le temps de regarder à quoi ressemblent nos vies à une époque où plus rien n’a de sens. On nous gave de télévision imbécile, on nous dit quoi consommer, quoi penser, de quoi discuter. Il y a entre nous et la réalité un nombre insensé de couches superficielles qui nous coupent complètement de l’essentiel. Tous les lundis, au bureau, les gens parlent de leur week-end en se racontant la dernière merde qui a fait le buzz. Rien que ces gens qui disent le mot buzz symbolisent à eux-seul ce que je veux essayer d’expliquer ici. Mais ça va pas se faire en 10 lignes, alors je vous invite à passer à table, le rôti est sur la table, les enfants dans la pièce d’à côté, vous allez rencontrer Frank Murdoch.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !