cover

Cabin Fever vol 3 Patient Zero

Article écrit par Culturemania le dimanche 20 juillet 2014 à 11:46
0 personne a aiméAdd Like
Et voilà, la fin de la trilogie s'approche, et on ne s'en porte pas plus mal. Cette fois, c'est au fin fond des Caraïbes que la plaisanterie va s'installer. Un mariage foireux et une virée sur une île supposée déserte, il n'en faut pas plus à Dobs, Josh, Penny et Marcus pour passer du statut de plaisanciers à celui de victimes du virus qui déchire la peau.


Réalisateur : Kaare Andrews

Cast : Sean Astin, Currie Graham, Ryan Donowho...

C'est deux histoires en parallèle qui vont évoluer et qui se rencontreront bien sûr à la fin. D'un côté, quatre joyeux drilles partis pour 24 heures de déglingue, d'un autre, un docteur pas net et ses deux assistantes en train d'étudier le Patient Zéro, naturellement immunisé contre le méchant virus. C'est Samwise Gamgee qui tient ce rôle, vous savez, Sam dans le Seigneur des Anneaux. Sauf que là, il porte une bonne grosse barbe. Et son vrai nom est Sean Astin. Bref. Les docteurs veulent à priori l'étudier pour arriver à trouver un vaccin à ce fameux virus. Virus qui d'ailleurs est arrivé sur cette île sans trop savoir comment. Que s'est-il passé en route ? Le reste de la planète est-il atteint ? Cherchez pas, vous aurez pas la réponse. De toute façon, les gens sur le continent semblent se porter à merveille. Allez, tout ça n'a ni queue ni tête, mais on continue et on essaie de pas s'endormir.

preview

Arrivés sur l'île, deux des quatre idiots vont Snorkeler (comprendre faire du tuba dans l'eau pour voir les beaux poissons). Oui mais voilà, y'en a pas de poisson. Ils se sont fait la malle. Mais à y regarder de plus près, ils sont bien là, mais ils ressemblent plus à ce qu'on trouve dans les assiettes d'un restaurant maritime en fin de repas. Un bout de tête, une arête par-ci par-là, et envoyez l'addition. Panique donc, surtout quand les deux nageurs commencent à avoir des problèmes qu'aucun dermatologue ne pourrait soigner. Alors vite, il faut aller chercher de l'aider. Traversons donc la brousse pour aller au laboratoire soi disant abandonné pour chercher un bon vieux toubib des familles ! Et c'est là qu'ils font se retrouver nez-à-nez avec toute une équipe de scientifiques qui ont volés en fumée à cause du vilain virus. Quelque chose a merdé les gars, alors on entasse les corps et on fout le camp ! Plan B : on fait tout péter et on retourne à la plage, un bateau va arriver au petit matin pour venir chercher les mioches. On va essayer de se sauver le cul avant d'avoir nous aussi quelques problèmes de peau. Mais la victime se retrouve être le méchant, la petite souris fait son travail dans l'ombre, et le méchant docteur avait bien raison de se méfier car le diable est en chacun. De la bataille, de la viande, de la bagarre, et puis les gentils s'en vont, façon Jurassic Park. Et nous on s'en frotte les mains, car c'était enfin le dernier épisode. On respire, tout ça n'était qu'une illusion, et on va pouvoir retrouver le cours de nos vies merdiques en cherchant encore et toujours des films merdiques pour pouvoir vous les faire partager. La messe est dite.

Article écrit par Culturemania le dimanche 20 juillet 2014 à 11:46

Commentaires

l'affiche resemble au film "cannibal holocaust"

Ecrit par christ le vendredi 08 août 2014 à 18:11

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Dheepan

C'est la rentrée ! Il est grand temps de reprendre les bonnes habitudes et d'aller poser son cul sur les sièges des cinémas. Mais ce n'est pas sans condition. Il faut choisir un bon horaire pour éviter la foule, les bouffeurs compulsifs, les gosses, les mamies parfumées qui donnent la nausée, les scouts, les gens trop grands qui se mettent juste devant, etc. Vous le voyez, ce n'est pas une mince affaire. Beaucoup de gens essaient de reproduire le cinéma chez eux. Moi je m'efforce de reproduire mon chez moi au cinéma, c'est à dire sans les autres, juste une copine ou deux et les infrastructures proposées. C'est moins cher et ça demande une simple mais habile gymnastique. A nous le grand écran, le silence dans la salle et les rangées vides ! Et Dheepan dans tout ça ? J'y viens.

cover

Les femmes du 6ème étage

Allé on perd pas le fil, et on continue notre épopée Luchini. Voilà un film assez récent cette fois dans lequel il a joué et qui a cartonné. Les femmes du 6ème étage, ce sont ces femmes espagnoles ou portugaises qui vivaient dans les chambres de bonnes situées au dernier étage des beaux immeubles Haussmanniens. Aujourd'hui, ce sont des studios de 9m² loués à bien plus de 500€/mois, mais c'est un autre débat. On est mardi, et le mardi, c'est Luchini !

cover

Bliss

Bliss est aussi le titre d’une chanson de Muse. Mais ici, c’est le prénom de Bliss Cavendar qui se demande bien qui, à part ses culs-bénis de parents, pourrait vouloir vivre dans sa petite ville perdue dans le trou du cul du Texas. Le Texas étant souvent vu comme le trou du cul des USA, je vous laisse imaginer l’abîme. Elle bosse dans une Diner où le cochon est roi et où si l’on mange son big burger en moins de trois minutes, on n’a pas besoin de le payer, même si on le paiera de toute façon sur ses chiottes un peu plus tard. Et puis une paire de chaussures va changer la donne.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !