cover

Captain Fantastic

Article écrit par Culturemania le dimanche 16 octobre 2016 à 22:47
likeslikeslikes
3 personne(s) ont aiméAdd Like
Un autre monde est possible. Ou plutôt, une autre façon d'y vivre existe. C'est tout à fait encré dans notre époque à force de compréhension de celle-ci. Et oui, notre mode de vie ne nous convient plus. Trop de tout, trop de choses stupides et inutiles. On achète, on jette, on méprise et on commence à bien le réaliser. Alors aujourd'hui, c'est la discussion qui revient sans arrêt : que faire quand on sera plus grand ? Se tirer des villes, rejoindre un éco-village ou lancer soi-même une initiative vouée à retrouver un mode de vie simple et intelligent ? Car non, ce dans quoi nous baignons tous les jours n'a rien d'intelligent.


Réalisateur : Matt Ross

Cast : Viggo Mortensen, Frank Langella, George Mackay, Shree Crooks...

Nationalité : Américaine

Tout commence par un daim. La pauvre bête se ballade tranquillement dans la forêt à la recherche de nourriture. Ce qu'elle ignore, c'est qu'elle est elle-même la proie de celui qui va en faire sa propre nourriture. Slash ! Un gamin haut comme trois pommes tue l'herbivore de quelques coups de couteau bien amenés. Ce sera la viande du soir. De mémoire, je crois que cette fois, c'est Bo qui s'en est chargé.

On s'habille quand on mange s'il te plait.

Les prénoms des enfants sont uniques, inventés par les parents. Bo, Vespyr, Rellian, Zaja, Nai. Ils vivent tous en forêt dans une sorte de super cabane dans les bois. Ben le père s'occupe de tout le monde car la mère de la famille est à l'hosto. On voit de suite que tout ceci n'a rien à voir avec quelques hippies plein de fric qui se paient un délire minable de nature. Non non, l'organisation, le savoir et la culture règne en maître sur les lieux. Les enfants, même les plus petits, savent désosser un animal, faire des habits avec la peau, reconnaître les plantes toxiques et les comestibles, se repérer et toutes les choses nécessaires à la survie hors de villes où chacun d'entre nous est devenu incapable de faire toutes ces choses. Mais pas seulement. Ben les entraîne aussi au combat et à entretenir leur condition physique. Et puis c'est le temps des livres, de l'école à la maison et de la musique. Les petits apprennent la construction des sociétés, connaissent les articles de la Déclaration des droits de l'homme et savent l'expliquer avec leurs mots.
Ils sont aussi calés en mathématique, en physique, en étude du cosmos et en langues étrangères. C'est assez fou. La preuve que toute ceci n'est pas une plaisanterie : Bo le grand frère a été accepté par Oxford, Standford, Princeton, le MIT et toutes les autres universités formant le gratin de demain. Mais voilà, la mère de la famille meurt et Ben va devoir amener tout le monde à la rencontre de la vie des autres terriens, foutus consommateurs ignares et obèse. Et ça va commencer à être drôle, surtout lorsqu'ils vont se faire arrêter par le flic et s'en débarrasser en se faisant passer pour une famille de fanatiques religieux. Et puis ils vont découvrir que Nike (enfait Niké) n'est pas que le nom d'une déesse grecque. Et aussi qu'un poulet rôti peut arriver sur une table sans avoir eu besoin de sortir sa hache ou son couteau pour le tuer. C'est toujours plus facile à manger qu'à tuer.

- Pourquoi en s'en va ?
- Parce qu'ils n'ont pas de vrai nourriture sur leur menu.
preview
preview
On ne déteste pas papi et mamie, mais le reste de leur tribu sont des capitalistes fascistes.

Mais ça va merder avec la belle-famille qui va vouloir récupérer les gosses en accusant Ben de maltraitance.Et là, deux fins sont possibles. Celle où les gamins et Ben vont se tirer de là, retourner à leur vie et améliorer leur rendement de confitures, cultures et élevages. Et celui où Ben va devoir donner la garde de ses supers mioches à leurs grand-parents. L'utopie contre le modèle actuel. Et alors j'ai regardé un peu les avis sur le net, je n'ai rien trouvé de spécial. Mais je pense que les deux fins sont en fait montrées dans le film. Alors attention, je vais spoiler donc stoppez la lecture ici si vous n'avez pas vu le film. Autrement, voyons ça de près.
Il y a cette scène où Ben conduit le bus en laissant les gosses chez les vioques. Il s'arrête dans une station-service, se rase la barbe et repars. La nuit tombe, il s'arrête au bord de la route, allume un feu et attend. Et là, les gosses sortent du bus, comme depuis un sous-plancher et retrouvent leurs père. De là, ils vont enfin incinérer leur mère selon ses volontés et retourne vivre dans leur milieu. Il faut compléter la mission comme ils disent.
Mais voilà, on peut se dire aussi que à partir de là, c'est le début de la fable que l'on voudrait voir bien se terminer et que tout ce qui va suivre se passe dans la tête de Ben. Moi j'aime bien croire que les gamins se sont planqués dans le bus pour fuir de chez leurs grand-parents avant de faire la surprise à leur père. Et enfin la quiétude.

preview
preview
Article écrit par Culturemania le dimanche 16 octobre 2016 à 22:47

Commentaires

Haaaaa! J'ai beaucoup aimé ce film! Effectivement, le thème d'être ou ne pas être de cette société, et jusqu'à quel point... C'est un sujet qui est d'actualité pour beaucoup (et de plus en plus!!!) de gens. Et moi qui suis éducatrice, ça me parle, ça me parle tellement! Comment faire en sorte que les enfants (nos enfants!) trouvent un chemin qui sera épanouissant pour eux, un chemin qui a du sens, le chemin de la vie et non de la fucking consommation, de la fucking concurrence, de la fucking haine, et de cette société pourrie qui a perdu tellement de sens que personne ne s'y retrouve. L'argent, mais ça se mange? Bref, on voit les choix de ces parents. On en voit le positif, on en voit le négatif et on voit plusieurs vécus à travers les enfants qui sont tous vraiment différents les uns des autres. On voit les espoirs, on voit les limites. Le chemin de cette famille est très particulier, et ne laisse pas indifférent. Et puis, y'a des passages très drôle (notamment le passage sur l'explication sexuelle dans un bus... mouahahah!) et des passages très triste. (J'avoue, je crois que j'ai pleuré plusieurs fois. Mais on a qu'à mettre ça sous le compte des hormones de grossesse, puisque je l'ai regardé toute ronde.) J'ai recommandé ce film à plusieurs de mes z'ami-e-s. Je vous le recommande aussi!^^

Ecrit par Nana Scleunrk le lundi 11 septembre 2017 à 16:45

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Timbuktu

Passy est vraiment un quartier curieux. Il reste un seul cinéma dans le 16ème et ils sont pas foutus d'accepter les cartes illimitées UGC. Le pire, c'est que ce cinéma appartient à un groupe qui en détient 4 autres à Paris où la carte est acceptée. Mais pas à Passy. A Passy vois-tu, on est pas de ce bord-là. A Passy, tu payes tes 11 euros. La salle sera remplie de vieux. Bingo. On reconnait ça aux tâches de pisse éparpillées partout dans la salle. Et ils mettent le son fort parce que les vieux, ils entendent que dalle. Bon, je me permet de plaisanter un peu parce que le sujet de Timbuktu est affreusement grave et horriblement d'actualité. Une plaisanterie à 11 euros tout de même.

cover

Le Projet Blair Witch

31 octobre 1994, trois jeunes cinéastes partent réaliser un reportage dans la forêt de Black Hills sur la légende d'une sorcière. Ils n'en reviendront jamais. Un an plus tard, le fruit de leur travail est retrouvé... C'est ce qu'on pouvait lire sur le dos de la VHS qu'on venait de louer avec mon frère un soir de pleine lune. Une phrase occulte suivait, réelle ou venant de mon imagination. Cette phrase était : leur cassette a été retrouvé, et vous la tenez entre les mains. Frissons. On se demande bien quel Ovni on va découvrir. C'était les débuts d'Internet, et ça fourmillait déjà de sites nous persuadant que cette histoire était bel et bien réelle. Une seule chose restait à faire : insérer ce gros pavé noir dans le magnétoscope, fermer les volets et regarder. Ce qu'on ne savait pas, c'est qu'on n'allait pas seulement regarder, mais on allait étudier. visionnage après visionnage, arrêt sur image après arrêt sur image. Le débat est toujours là. 15 ans après, on en est toujours au même point, avec chacun sa conclusion et sa théorie fumeuse. Allé, il est grand temps de plonger dans les forêts sombres du Maryland, à la recherche de la sorcière de Blair.

cover

Le jeu de la vérité

Il existe la pièce de théâtre, les acteurs sont les mêmes, et tout se passe dans une même pièce, l'appartement de Jules. Alors je n'ai pas vu la pièce, mais je serais curieux d'y aller pour pouvoir comparer. En par comparer, je veux dire comparer le jeu des acteurs. Parce qu'avec le film, j'ai vraiment pas été convaincu. Pourtant l'histoire, vraiment originale, soulève des tas de questions géniales. Allé, ne hurlons pas non-plus au massacre.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !