cover

Charlie's Farm

Article écrit par Culturemania le mardi 29 mars 2016 à 19:22
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
C'est l’archétype parfait, le merveilleux cliché, le résumé parfait, le représentant impeccable du film d'horreur sous toutes ses coutures. Tout est là : l'histoire au passé sordide des lieux, l'équipe parfaite de gagnants et leur bagnole qui s'offrent des petites vacances et le savoir enfoui des plus anciens habitants du village qui sera évidement ignoré.


Réalisateur : Chris Sun

Cast : Tara Reid, Nathan Jones, Allira Jaques, Bill Moseley

Nationalité : Australienne

Genre : Horreur

Tout commence par une fille-squelette appellée Natasha qui fait prendre un bain de soleil à son maquillage dans la piscine. Ses amis discutent et décident d'aller passer quelques jours à la cambrouse parce que bon, la mer et le surf, ça va deux minutes. C'est acté, rendez-vous demain matin à 6 heures (au secours) car il faut bien compter 8 heures de route pour aller sur ce lieu appelé Charlie's Farm.

"Cette ferme est au beau milieu de nulle part. On prend le matos de camping et on va y jeter un oeil. Pas un mot aux gonzesses. Ouais, on va s'éclater."
preview

Deux garçons, deux filles et un 4x4 qui roulent sur les petites routes de campagne. Ça commence pas mal non ? L'ambiance est à la fête mais la ferme de Charlie est assez difficile à trouver. Oh, un bar animé. Allons y foutre un peu la merde. Un vieux croulant est au bar en train de se siffler bière sur bière. Il s'appelle Monsieur Blue. Il porte un chapeau, une barbe blanche et a l'air d'en connaitre un rayon sur la région. Ce vieux débris va leur donner un bon conseil. Le conseil ultime : tu ne veux pas entendre parler de la ferme de Charlie. La meilleure chose que tu as à faire est de rentrer chez toi !! Le vieux schnock a raison, comme toujours, mais qui écoute encore les conseils d'un vieux schnock de nos jours ?

"Toi et tes amis feriez mieux de remonter dans votre voiture et de retourner là d'où vous venez."

C'est un retour dans le passé qui va rendre la chose jubilatoire. Mesdames et messieurs merci d'applaudir le grand, l'immense, le furieux Bill Moseley !!! Vous vous souvenez de lui ? Massacre à la tronçonneuse 2 ? La Maison des 1000 morts ? The Devil's Rejects ? Ici, il est le papa du petit Charlie mais aussi un grand amateur de cadavres dans la soupière. Jusqu'au jour où la population locale viendra rendre à lui et sa femme une petite visite de courtoisie. Charlie devra alors grandir et se débrouiller tout seul. On le croit mort, mais on sait tous qu'il ne l'est pas. Et si papa et maman étaient cinglés, le petit Charlie, devenu un colosse sanguinaire, a passé le palier supérieur. Nos amis en 4x4 vont vite le réaliser, dans cette histoire où l'expression "je vais te faire bouffer tes couilles" prend tout son sens.

Article écrit par Culturemania le mardi 29 mars 2016 à 19:22

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Chef

J'avais vraiment besoin d'un autre film pour me remettre de la bouse qu'était Annabelle. Heureusement toujours à l'affiche, c'est dans la cuisine de Carl Casper de #Chef que je vais essayer de noyer mon oubli dans les profondeurs. L'affiche n'est t-elle pas Good Vibes comme ils disent ? Chaud Chaud !

cover

The Lobster

Le homard, pour les personnes non anglophones. C’est l’animal choisi par David, le héros du film, lorsqu’il arrive dans cet étrange hôtel. S’il ne parvient pas à trouver une compagne d’ici à 45 jours, il sera transformé en homard. Cette bête-là, ça peut vivre plus d’un siècle paraît-il. C’est un bon choix, c’est sûr. Mais au fait, comment fait-on pour transformer un humain en homard ? Étrange, tout de même…

cover

Phénomènes

Albert Einstein a dit : "Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre.". Voilà sur quoi s'ouvre le film. Cette grande idée assez magistrale pour devenir fascinante. Sauf qu'il y a déjà deux problèmes : rien ne prouve qu'Einstein a prononcé cette phrase. Des mecs très sérieux se sont penchés sur le sujet. Et puis surtout, l'abeille n'étant pas le seul pollinisateur naturel, cette phrase a de grandes chances d'être fausse. Là aussi, des mecs très sérieux se sont penchés sur le sujet. Mais l'idée est grandiose, c'est vrai. Et ce qui est encore plus vrai, c'est que les gens vont commencer à disparaître. Tous, sans avertissement.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !