cover

Cube

Article écrit par Sowilo le mardi 14 avril 2015 à 10:05
0 personne a aiméAdd Like
Culturemania ayant quand même développé un certain penchant pour le cinéma horrifique, il me semble qu’un OVNI aussi surprenant devait y figurer. Une seule chose est sûre… vous êtes dans un cube.


Réalisateur : Vincenzo Natali

Cast : David Hewlett, Maurice Dean Wint, Nicole de Boer, Nicky Guadagni,, Andrew Miller

Nationalité : Canadienne

Vincenzo Natali avait déjà approché son sujet au travers d’un court métrage qui enfermait des personnages dans un ascenseur. Pour son premier film, il trouve un moyen complètement tordu de palier à son faible budget en restant sur ce genre d’idée. Imaginons une poignées de gens qui ne se connaissent ni d’Adan ni d’Eve, qui se réveillent enfermées dans un espèce de rubik’s cube géant. Pourquoi, comment, pourquoi faire ? On en sait rien. Ils ont des profils différents, des compétences diverses, et ils sont dans un cube. Démerdez-vous.

Alors oui, aujourd’hui, un scénario pareil, ça nous fait un peu penser à des trucs comme le premier Saw (qui revendiquait une certaine influence de Cube), et on se dit qu’on va vite compenser l’absurdité et la pauvreté des décors avec de la boucherie outrancière et complaisante. Et bien c’est en grande partie faux. En grande partie seulement, puisque bien sûr le Cube va commencer par mettre tout le monde sous pression en démontrant son hostilité si ses occupent le prennent trop à la légère. Il faut avouer, d’entrée de jeu, sur le spectateur comme sur les victimes, ça marche assez bien.

preview
preview

Mais comme le réalisateur est bon, ni l’explication de la situation ni la cruauté de l’invention ne seront les sujets centraux. Quitte à dérouter ou décevoir ceux qui ne veulent que de l’action et des réponses claires à tout, le thème central est surtout les occupant du Cube et leur réaction face à l’épreuve. Ce que met en scène Natali, c’est un problème absurde et angoissant soumis à des gens qui ont toutes les compétences requises pour le résoudre. Seulement, comme les relations humaines sont ce qu’elles sont, la coopération à tout prix ne va pas être évidente pour tout le monde, et la bonne gestion des priorités non plus. Est-ce que le cube en lui-même est le pire danger finalement ?

Avec quelques passages de réflexions diverses, le film penche parfois vers un côté cérébral un peu misanthropique. Pour moi, cela appuie le côté expérience de socio ou de management malsain. Mais ce n’est qu’un film ! Et justement, que ce film avec son décor à pas cher et ses quelques effets chocs se permettent de vouloir nous faire gentiment gamberger peut surprendre. Mais c’est aussi ce qui en fait un OVNI assez unique et à recommander à tout amateur de stress claustrophobe assez hors norme.

Ah oui, il y a des suites, mais euh… Non ! Voilà. On en reste à celui-là surtout.

Article écrit par Sowilo le mardi 14 avril 2015 à 10:05

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Les animaux fantastiques

Le cinéma américain gère désormais ses grosses licences par vagues entières de films, prévoyant à l’avance la réapparition périodique du produit à tel rythme pendant tant d’années. On a ainsi du Marvel et du DC à rythme régulier à n’en plus finir, on se rappelle de la très (trop) longue adaptation du Hobbit, Star Wars aura bientôt du mal à garder le concept d’épisodes numérotés et il n’est plus un jeu, un livre ou un prospectus à Hollywood qui ne soit susceptible de donner matière à une bonne grosse trilogie. Mais là, depuis la promesse d’une adaptation d’Angry Birds, on n’avait pas visé si haut dans l’improbable depuis un moment. Il n’y a bien que le nom de J.K. Rowling qui ait pu conserver ma curiosité. Retour chez les sorciers, sans le binoclard à la cicatrice en forme de Sowilo (roah la révélation).

cover

Jurassic World

Na na naaaaa NaaNa. Tout le monde a bien sûr reconnu les 5 petites notes du thème principal de John Williams pour Jurassic Park. Ici c'est pas Jurassic Park mais Jurassic World. C'est pas réalisé par Spielberg, mais c'est produit par lui. Le film se passe toujours sur l'île de John Hammond avec ses vallées, ses cascades et ses forêts incroyables. Sauf qu'aujourd'hui, le parc est bel et bien ouvert et accueille des foules de touristes venus comme on va au Marineland d'Antibes ou de San Diego. Mais voilà, époque sordide, voir un dinosaure est devenu commun et plus rien n'épate les petits rejetons qui viennent boire des sodas à $7 sur cette île magnifique. Plus rien sauf...

cover

La Tête Haute

Vous êtes-vous déjà demandé qui sont ces jeunes étiquetés «  délinquants » ? Que vivent ces enfants privés de repères familiaux et/ou élevés dans un environnement toxique ? Que ressentent ces parents négligents, instables, détruits ? Comment des professionnels tentent de prendre en charge et d'aider au mieux ces familles en grandes difficultés ? Si la réponse est oui, alors La Tête Haute vous apportera une réponse, une réponse parmi des milliers d'autres, à travers l'histoire de Malony, interprété avec brio par Rod Paradot.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !