cover

Dans la maison

Article écrit par Culturemania le lundi 30 juin 2014 à 19:34
0 personne a aiméAdd Like
Je n'ai encore jamais parlé de mon admiration, qui frôle le fétichisme, pour Fabrice Luchini. Je me demandais avec quel film j'allais commencer à parler de ce fou de Céline, Flaubert ou La Fontaine. Je pensais d'abord au film des Femmes du 6ème étage, mais finalement, c'est avec Dans la Maison que Luchini fait son entrée du Culturemania, une entrée remarquée on l'espère.


Réalisateur : François Ozon

Nationalité : Français

Cast : Fabrice Luchini, Ernst Umhauer, Kristin Scott Thomas, Emmanuelle Seigner, Denis Ménochet

On le connait beaucoup pour ses lectures au théâtre Antoine, où pour ses passages mémorables dans les talk-shows ou les JT. On sait que même pour le plus placide des Pujadas, le dialogue sera intenable et la frénésie du personnage l'emportera par une réflexion poussive et jouissive sur le modèle Hollande qui va lui piquer sa son-mai du 9ème, la déglingue des mecs de l'île de Ré ou encore la merveilleuse incarnation du service public via un mec comme Delahousse. Mais là, il va incarner un prof de littérature, un peu paumé, un peu frustré, mais qui va découvrir dans sa classe de nullos un élève qui va, de par ses exposés, faire renaître la folie qui sommeille en lui, gardant toujours un œil ouvert.

Monsieur Germain est un prof de littérature dans un collège plutôt banal. Lui-même a l'air très banal. C'est la rentrée, et il découvre ses nouvelles classes, mais aussi un nouveau règlement qu'il exècre : les élèves vont devoir porter l'uniforme, comme dans ces chers pays toujours sous la couronne anglaise. Il porte des pantalons de velours, des lunettes, une chemise recouverte d'un pull épais, et ses cheveux sont éparpillés. Un prof donc, qui manque de sommeil, tourne aux anxiolytiques légers, et passe son temps à mettre des mauvaises notes à ses élèves qui ne sont pas capables dans leurs dissertations de faire plus de trois phrases pour raconter leur week-end, sans parler de leur portable confisqué, ou de leur sieste du dimanche. La vie d'un élève de 16 ans est palpitante, surtout le dimanche. Sa femme est galeriste et en galère, car sa galerie va devoir fermer si elle ne trouve pas quelque chose de vendable à exposer sous trente jours.

"Non mais tu t'es shooté avec une boite de pêches au sirop ou quoi ? "
preview

Mais alors qu'il corrige ses copies à la maison et enchaîne les notes en dessous de 10, une d'elle retient son attention. D'abord, elle comporte du texte, recto-verso. Les phrases font plus de 5 mots, et il n'y a pas de faute d'orthographe. Il n'est pas question de SMS, ni de portable confisqué par ces salauds de parents, mais d'une histoire qui invite au questionnement. Il s'agit de la copie de Claude, un élève qui occupe les rangs du fond de la classe. Mais Claude sait écrire. Et son récit n'a rien à voir avec celui de ses analphabètes de camarades. Lui raconte, de manière profonde, sa volonté de s'introduire dans la maison des Rapha, une famille qu'il observe depuis longtemps. Une famille modeste, de classe moyenne, avec une maison moyenne, un gosse moyen, et une vie moyenne. Il se demande bien ce que cela peut donner de l'intérieur. Il va alors concrétiser ses désirs en allant donner des cours de maths à Rapha-fils, élève un peu demeuré de sa classe. l'intrusion peut alors commencer, toujours par le récit. Rédaction après rédaction, Germain va alors vouloir en savoir toujours plus, poussant Claude à l'écriture, en lui enseignant les bonnes ficelles et en lui évitant les phrases de magazines pour bonnes femmes. Claude remet une nouvelle dissertation à son prof, il est de nouveau dans la maison, et croise maintenant les parents, dont la maîtresse de maison, avec son odeur de femme moyenne. A suivre.

"Le fond de la classe c'était ma place préférée. Tu vois tout le monde et personne ne te voit"

Et dissertation après dissertation, l'histoire continue, et se termine inlassablement sur un "à suivre", qui incite le lecteur à vouloir posséder cette suite. Et c'est justement lorsqu'on se pose la question : que va t-il se passer ? que le récit est réussit. On doit être surpris par la fin, tout en se disant que cela n'aurait pas pu terminer autrement. L'intrusion dans la maison et la vie de cette famille moyenne et pesante va se faire de plus en plus vicieuse, perverse, mais jusqu'à quel point ? Jusqu'à assommer son lecteur avec le Voyage au bout de la nuit ? A suivre.

Article écrit par Culturemania le lundi 30 juin 2014 à 19:34

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Les invités de mon père

Pour continuer notre traversée intrépide des films avec Fabrice Luchini, je vous propose une nouvelle comédie bien Française : Les invités de mon père. Je vous préviens tout de suite, il n'a pas le rôle principal, et malgré que cette information m'ai courroucé, j'ai tout de même pris la peine de regarder le film, car un film avec Luchini reste un film avec Luchini. Et une tautologie reste une tautologie. On n'a jamais été aussi proche de la fin.

cover

Hostel

Pour qu’un genre reste efficace, il faut qu’il évolue. En terme de cinéma horrifique, Hostel a marqué son époque en poussant les limites, c’est dors et déjà fait. Il est responsable de la prolifération d’un sous-genre aussi douteux que généralement peu respecté, le torture-porn. Mais pour qu’une ribambelle de suiveurs de mauvais goût ridiculise une idée, il faut une idée de base, qui part souvent d’un bon film. En l’occurrence, à ce que j’ai entendu, celui qui serait le « Psychose », ou le « Massacre à la Tronçonneuse » de cette nouvelle ère, ça serait Hostel. Ok, il faut donc que je me tienne à jour des classiques, alors allons flirter avec l’extrême. Attention, version non censurée déconseillée au moins de 18 ans.

cover

Chef

J'avais vraiment besoin d'un autre film pour me remettre de la bouse qu'était Annabelle. Heureusement toujours à l'affiche, c'est dans la cuisine de Carl Casper de #Chef que je vais essayer de noyer mon oubli dans les profondeurs. L'affiche n'est t-elle pas Good Vibes comme ils disent ? Chaud Chaud !

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !