cover

Don't Breathe : la maison des ténèbres

Article écrit par Culturemania le mardi 18 octobre 2016 à 23:51
likeslikeslikeslikes
4 personne(s) ont aiméAdd Like
Voilà un titre comme je les aime. Bien racoleur, bien clair et précis. La maison des ténèbres ! La simplicité a une telle classe que je ne comprend jamais pourquoi on cherche le raffinement dans le complexe. Surtout quand on parle d'un film d'horreur. Mais le vrai titre, Don't Breathe, cache encore bien son jeu. On imagine déjà le gamin planqué dans le placard de sa chambre, s'empêchant de respirer pour éviter de se faire repérer par le monstre à sa recherche. Sauf qu'ici, on va se retrouve en face à face avec le monstre.


Réalisateur : Fede Alvarez

Cast : Stephen Lang, Jane Levy, Dylan Minnette, Daniel Zovatto

Genre : Épouvante, Horreur

Des jeunes sans 4x4, sans fric, la preuve, ils en cherche et c'est précisément le pognon qui va les mener vers cette baraque dégueulasse d'un quartier déserté de la ville de Détroit. Vous vous souvenez de l'affaire de General Motors dans la ville de Flint ? Eh bien il s'est passé le même genre de trucs à Détroit. Tout le monde a déserté et les lotissements sont remplis de baraques vides. Toutes ? Non, car un vieux bonhomme résiste et n'a jamais voulu quitter sa maison. Ils vivent là, lui et son chien. Lui est un ancien, un vétéran de la guerre en Irak où il a perdu ses yeux. Son chien est une boule de nerf de 60 kg prêt à vous bouffer la jambe lorsqu'il n'a pas faim. Autant vous dire tout de suite que ça va dérouiller.

preview
preview

Car tout est déjà dis. L'idée est la suivante : s'introduire dans la baraque en neutralisant le clébard et aller dérober le contenu d'un coffre planqué quelque part. L'avantage que les trois jeunes déglingués pensent avoir réside dans le fait que le proprio est un bigleux. Mes pauvres diables, souvenez-vous que lorsqu'on perd un sens, les autres n'en sont que décuplés. Le moindre bruit et il sera là, derrière vous. Il vous aura détecté mais vous ne l'aurez pas encore vu. Pourtant, c'est lui l'aveugle de l'histoire. Un simple passage dans une pièce, une simple odeur laissée, un petit objet déplacé et c'est foutu. Il vous trouvera. D'ailleurs, il est déjà là, face à vous. Si vous respirez, il l'entendra. Alors que faire ? C'est bien ça le problème, car même seul contre trois, ce sera lui le plus fort.

preview

C'est le stress absolu. Parce que le monstre est face à nous. Il est normal, il a juste les yeux tout blancs. Mais il est là, juste là, et c'est bien ça qui fait grimper le trouillomètre ! A quel moment le petit bruit va suffire pour qu'il passe à l'attaque ? Et si en plus ce mec à la sombre histoire cachait un secret pour venir couronner le tout ? Evidemment, s'il y a un secret à cacher, c'est à la cave que ça doit se passer. Et évidement, ils vont y descendre se planquer, à la cave.

Article écrit par Culturemania le mardi 18 octobre 2016 à 23:51

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

The Green Inferno

On ne peut pas s'empêcher de penser à Cannibal Holocaust ou au Dernier monde cannibale. Le miracle de la nourriture pour les uns, la terreur du passage à table pour les autres. On pourrait presque croire qu'il s'agit du nouveau Yann-Arthus Bertrand. Quoi qu'il en soit, on traite nos animaux aussi mal que les cannibales traitent leur futur repas. Tout est une histoire de point de vue. Si vous voulez rendre visite à une tribu qui vous tient à coeur, engraissez-vous avant car vous pourrez la sauver d'une toute autre manière. On dîne à 19h chez les Yarès.

cover

The Black Water Vampire

Sale histoire à Black Water. Tous les 10 ans, un cadavre de femme vidée de son sang est retrouvé dans la forêt. Raymond Banks a été déclaré coupable de ces meurtres même si ça sent le coup fourré à plein nez. Comme il le dit lui-même : toute la ville veut le voir disparaître car il sait. Il sait ce qu'ils font dans la forêt. Et ça tombe bien car la sentence de Raymond Banks est la mise à mort pure et simple.

cover

La Fissure (The Gate)

Permettez-moi de vous emmener non sans pudeur dans un espace très personnel : mon enfance, ou plutôt la fin de mon enfance (histoire de ne jamais faire regretter à mes voisins de cette époque de ne jamais avoir appelé la DDASS). Voilà ce qui est de mémoire le tout premier film d'horreur que j'ai vu et qui m'a laissé un souvenir intégral. Le film est sorti en 1987 et a dû passer à la télévision un soir sur une chaîne du genre RTL9. En quelle année, je ne m'en souviens pas, mais les aventures de Al, Glen et Terry ne m'ont jamais vraiment quittées.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !