cover

Dragon

Article écrit par Culturemania le mercredi 02 juillet 2014 à 07:48
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Mais si, regarde le premier, comme ça on pourra aller voir le deuxième qui sort au cinéma et on pourra râler contre ces bouffeurs de pop corn immondes où sur les mioches de la rangée de derrière qui foutent des coups de pied dans nos sièges ! Argument imparable. C'est donc dans un soucis de respecter la tradition bien française du râleur implacable que j'ai regardé le premier volet de Dragon des studios Dreamworks. Titre un peu plus explicite en Anglais : How to Train a Dragon.


Titre Original : How To Train Your Dragon

Société de production : DreamWorks Animation

Berk. Ça, c'est le nom de l'île où est perchée le village de Vikings où vit Harold, un jeune forgeron un peu plus malin que les autres qui n'a jamais pris partit pour la chasse aux dragons. Car oui, sur l'île de Berk, le soucis principal n'est ni les rats, ni les vers de terre, mais bel et bien les Dragons. Un peu plus exotique hein. Mais Harold est différent. D'abord, il doit bien faire 50 kg de moins que les autres mioches, mais surtout, il n'a jamais été taillé pour la chasse, à son grand malheur. C'est alors qu'une attaque de Dragons arrive. C'est le moment pour Harold de prouver à son désespéré de père qu'il vaut aussi bien qu'un autre quand il s'agit de tuer ses grosses bestioles. Il essaye alors une sorte de catapulte pour attraper le plus mystérieux des Dragons, une Furie Nocturne. Et là, Paf! Dans le mille, et voilà donc la Furie Nocturne prise dans ses filets, au beau milieu de la forêt entourant le village. Mais au moment crucial de l'abattre et ainsi rejoindre les rangs, Harold ne peut pas. La pauvre a l'air d'avoir tout aussi peur que lui. En un seul, elle est lui, et il est elle. Il la libère alors. Mais la pauvre petiote à un de ses ailerons arrière brisé, et ne peut donc plus voler.

preview

C'est là que l'intrépide Harold va tenter un coup de poker : fabriquer avec son génie une voile artisanale permettant de remplacer l'aileron brisé, et permettre alors à Krokmou, la Furie Nocturne, de voler à nouveau, avec Harold sur son dos, la pilotant un peu comme une mobylette. Harold va donc en apprendre long sur ces merveilleux bestiaux, ce qu'ils aiment, ce qui leur fait peur, l'endroit où ils veulent se faire gratter, etc. Parallèlement, notre viking sans peur doit suivre des cours de combat de Dragons dans une classe spéciale à la Harry Potter. Il va donc épater ses petits camarades en utilisant tout ce que Krokmou lui a appris malgré lui. Et les autres, eh ben ils sont sciés ! Mais les dragons cachent un terrible secret. Si la faiblesse humaine pousse à détruire tout ce qui est différent, c'est par la force qu'ils vont devoir faire face à ce terrible secret. Car loin, au-delà des brumes de l'océan se cache une île. L'île des Dragons. Et sur cette île sommeille quelque chose. Quelque chose de terrible, à la fois pour les humains et les Dragons eux-mêmes, qui seront forcé de s'allier pour en venir à bout.

preview

Article écrit par Culturemania le mercredi 02 juillet 2014 à 07:48

Commentaires

Superfilm et superbe article. Merci.

Ecrit par Remix42 le jeudi 19 janvier 2017 à 02:07

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Everest

Le 10 mai 1996 se produisit l'un des plus gros accidents de cette folie qu'est l'ascension du mont Everest. Pourquoi s'obstiner à rejoindre un lieu où nous ne sommes évidement pas les bienvenus ? Ce n'est bien sûr pas l'avis de Scott Ficher et Rob Hall. Ces deux grand gaillards sont des alpinistes membres d'agences permettant à des clients de venir consommer la montagne pour se prouver je ne sais quelle absurdité à soi-même. Mais pour arriver au sommet, il faut déjà arriver à Katmandou et retrouver sa valise, ce qui n'est pas chose facile, croyez-moi. Et puis il faut se préparer, beaucoup, car à partir de 3000 mètres, le fameux mal des montagnes qui touche une personne sur deux fera tout pour vous foudroyer. Dans ce cas, une seule solution : redescendre. Pour les autres, c'est encore plus de 5000 mètres à gravir dans un environnement qui n'a qu'une obsession : vous faire la peau.

cover

Timbuktu

Passy est vraiment un quartier curieux. Il reste un seul cinéma dans le 16ème et ils sont pas foutus d'accepter les cartes illimitées UGC. Le pire, c'est que ce cinéma appartient à un groupe qui en détient 4 autres à Paris où la carte est acceptée. Mais pas à Passy. A Passy vois-tu, on est pas de ce bord-là. A Passy, tu payes tes 11 euros. La salle sera remplie de vieux. Bingo. On reconnait ça aux tâches de pisse éparpillées partout dans la salle. Et ils mettent le son fort parce que les vieux, ils entendent que dalle. Bon, je me permet de plaisanter un peu parce que le sujet de Timbuktu est affreusement grave et horriblement d'actualité. Une plaisanterie à 11 euros tout de même.

cover

Seul sur Mars

Hier soir, c'était l'avant-première de Seul sur Mars. Mais on n'était pas seul dans la salle. Matt Damon ne décevra point. Souvenez-vous de Will Hunting ou encore Les Joueurs ou encore le film où il achète un Zoo. Et là, il est astronaute mais c'est avant tout un sacré botaniste. Un peu de terre, un peu d'eau, un peu de merde. Par besoin de carte ou de chapeau pour faire de la magie. On va voir pourquoi cela va faire toute la différence.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !