cover

Everest

Article écrit par Culturemania le dimanche 01 novembre 2015 à 19:00
likeslikeslikeslikes
4 personne(s) ont aiméAdd Like
Le 10 mai 1996 se produisit l'un des plus gros accidents de cette folie qu'est l'ascension du mont Everest. Pourquoi s'obstiner à rejoindre un lieu où nous ne sommes évidement pas les bienvenus ? Ce n'est bien sûr pas l'avis de Scott Ficher et Rob Hall. Ces deux grand gaillards sont des alpinistes membres d'agences permettant à des clients de venir consommer la montagne pour se prouver je ne sais quelle absurdité à soi-même. Mais pour arriver au sommet, il faut déjà arriver à Katmandou et retrouver sa valise, ce qui n'est pas chose facile, croyez-moi. Et puis il faut se préparer, beaucoup, car à partir de 3000 mètres, le fameux mal des montagnes qui touche une personne sur deux fera tout pour vous foudroyer. Dans ce cas, une seule solution : redescendre. Pour les autres, c'est encore plus de 5000 mètres à gravir dans un environnement qui n'a qu'une obsession : vous faire la peau.


Réalisateur : Baltasar Kormákur

Cast : Jason Clarke, Jake Gyllenhaal, Emily Watson...

Genre : Aventure

preview

Un personnage très sage de l'épisode de Tintin au Tibet disait : "Montagne cruelle Sahib : ce qu'elle prend, elle garde". Tout est là, et si je ne partage pas spécialement l'avis des religieux, je pense être d'accord pour dire que certains endroits de la planète ne sont pas fait pour nous, et essayer d'y accéder est contraire à notre lien avec elle. Mais nous avons su prouver depuis des nombreuses décennies par notre immense conscience de nous-même à quel point nous n'avons plus rien à foutre des règles élémentaires de la Nature. En conséquent, voilà qu'apparaissent des sociétés ou des organismes comme Adventure Consultants et tant d'autres qui permettent à nos pieds d'aller frôler l'intouchable. Et bien que les sentiers permettant d'arriver aux sommets soient aujourd'hui des cimetières de glace, cela n'empêche toujours pas ces gens-là de continuer cette aberration qui consiste à amener des gens à une altitude de 8848 mètres.

"Une fois que nous serons au-dessus du col Sud, nos corps mourront littéralement. On ne l'appelle pas la Zone de la Mort pour rien les mecs. La question est : pouvons-nous vous mener au sommet et vous ramenez avant que cela n'arrive."
preview

Le monastère de Tengboche se situe à 3867 mètres d'altitude. Pour l'instant, ça a été de la rigolade, surtout qu'une partie du trajet a été faite en hélico. Mais avant d'arriver au camp de base de l'Everest, celui où s'arrête une grande majorité, il faut encore passer le mémorial de Franz Shultz à 4877 mètres. A cette altitude, la neige recouvre tout et pourtant le camp de base est encore loin. L'oxygène est rare et certains portent déjà des masques respiratoires ou sont portés par les Sherpas pour retourner à une situation raisonnable. Enfin, le camp de base Sud de l'Everest est en vue, à 5367 mètres d'altitude. Et c'est une sacré bordel.

preview
"J'ai eu une opération il y a quelques années pour mes yeux... je sais pas. Vous faites demi tour ? Descend avec nous."

Toutes les nationalités du monde sont là, des tentes à perte de vue et des drapeaux de prières masqués par les amas de plastique des grimpeurs. Dans le film, toute cette première partie va très vite et donne l'impression qu'il est rapide et simple d'en arriver là, alors que les trois quarts d'entres nous n'y parviendraient pas. C'est donc déjà une sorte de prouesse. Mais Rob Hall a promis à son équipe de les amener au sommet, et c'est ce qu'il va faire. Commence alors une heure et demi de souffrance qui rend d'un coup justice à la montagne et à sa cruauté. Votre place n'est pas là les enfants. Pour accéder au sommet, l'équipe doit passer par différents crevasses, sommets, et quatre camps en gardant une liaison radio avec le camp de base. Finalement, le sommet est en vue et la vue est dégagée. Une divinité serait à l'oeuvre ? Non, car une affreuse tempête de neige arrive. Certains sont toujours là-haut et pas besoin du Yéti, la montagne se charge de les dévorer.

"Il n'y a pas d'oxygène au sommet Sud !! Harold, tu m'entends ?"
preview

Les membres de l'équipe tombent comme des mouches face à l'évidence, les corps n'en peuvent plus malgré les bouteilles d'oxygène. C'est pas d'la tarte. Il peut faire -40°C la nuit et notre tête semble être prise dans un étau. Bouger les membres devient impossible et tenir debout inespéré. Montagne cruelle. Ce qu'elle prend, elle garde. Beck, Doug, Scott, Neal, Yasuko, Harold, Rob et les autres. Au matin du 10 mai 1996, qui restera t-il à l'appel ? C'est une histoire vraie alors vous connaissez peut-être la réponse. Quant à moi, je sors de là afin de retrouver une respiration normale car je pense ne pas avoir respiré pendant quasiment deux heures. A voir d'urgence donc !

preview
Article écrit par Culturemania le dimanche 01 novembre 2015 à 19:00

Commentaires

Le film: Vertical Limit, illustre également, la bêtise incommensurable de l'homme, face à la nature...

Ecrit par Cinémaniaque le mardi 18 octobre 2016 à 15:28

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Les Trois Frères : Le Retour

Vous vous souvenez bien sûr du film qui nous avait vraiment fait marrer dans les années... les années où ça nous faisait marrer. Les 3 frères, c'était le genre des comédies cultes qui venaient s'insérer dans notre façon de parler. On reprenait les dialogues, les répliques, on se les envoyait dans la gueule, on les détournait, on rejouait tout ça comme des petits sketchs. Et là c'est le retour presque 20 ans après. Mon petit doigt m'a alors dit : 'va le voir, t'as la carte illimitée UGC, mais fait gaffe quand même et prend ta 3DS, j'le sens moyen'.

cover

Les invités de mon père

Pour continuer notre traversée intrépide des films avec Fabrice Luchini, je vous propose une nouvelle comédie bien Française : Les invités de mon père. Je vous préviens tout de suite, il n'a pas le rôle principal, et malgré que cette information m'ai courroucé, j'ai tout de même pris la peine de regarder le film, car un film avec Luchini reste un film avec Luchini. Et une tautologie reste une tautologie. On n'a jamais été aussi proche de la fin.

cover

La famille Bélier

Je m'appelle Paula Bélier, comme le bélier. Je sors tout juste de la séance alors je vais essayer de mettre de l'ordre dans mes idées. Il était présenté comme le nouveau Intouchable, comme s'il suffisait de mettre un handicap dans un film pour en faire un futur nominé des Césars. Bien peu n'en faut si vous voulez mon avis. Même si je trouve que le cinéma décide soudainement de beaucoup s’intéresser aux estropiés, aux sourds ou aux aveugles. Mais là n'est pas la question, la question est de savoir si c'est un bon film ou pas, peu importe ce qu'en ont dit les autres avant (qui d'ailleurs se permettent parfois d'avoir un avis avant de l'avoir vu... ça me dépasse).

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !