cover

Fright Night 1985

Article écrit par Culturemania le jeudi 10 novembre 2016 à 22:16
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Cela fait trop longtemps que le crade n'est pas venu dégueulasser Culturemania. Si on veut du bon dégueulis, du bon gueulard et du bon qui dégouline, il faut forcément remonter dans les années 1980. Parfait, Fright Night, qui a aussi sa version récente de 2011 puise ses sources en 1985 dans l'esprit de Tom Holland qui a entre autres réalisé des adaptations TV des nouvelles de Stephen King. Le mot magique est lancé, ici, les vampires vont sonner à la porte, et c'est maman qui va les inviter à rentrer.


Réalisateur : Tom Holland

Cast : Chris Sarandon, William Ragsdale, Amanda Bearse...

Good evening, horror fans ! Did you know there are a lot of people who do not believe in vampires ?

Tout commence comme on l'aime. Charlie Brewster est un jeune ado tout ce qu'il y a de plus normal. Il habite dans une belle banlieue riche, blanche et où l'herbe est bien tondue devant la maison, probablement par un mexicain qui d'ailleurs bien ira peut-être tondre de l'herbe un peu plus au sud. Charlie aime regarder des films d'horreur avec sa petite copine Amy. Mais un jour, avant de passer sous les couvertures, il surprend les nouveaux voisins en train de trimbaler un truc qui ressemble fortement à un cercueil. Ensuite, il va voir à la télé que des meurtres s'enchaînent. Un par jour. Et il se trouve que le dernier est celui d'une sorte de bimbo trop parfumée à Hollywood qu'il a croisé et vu rentrer chez ses chers nouveaux voisins. Ni une ni deux, il file chez les flics pour aller sonner à côté et tirer cette affaire au clair. Sa théorie est déjà faite : les voisins sont des putains de vampires !

Très bien, mais va faire avaler ça aux flics ! Et va faire avaler ça à tes potes ou à ta mère. Le problème, c'est que les voisins vous donc devoir se débarrasser de ce témoin gênant qu'est devenu ce cher Charlie. Mais Charlie a l'avantage, il est en sécurité chez lui et va avoir le temps de convaincre les autres que ces enfoirés sont vraiment des vampires ! Manque de bol, il se trouve que sa mère célibataire trouve l'un des deux à son goût et l'invite dans son salon ! Horreur ! Car comme vous le savez sûrement, un vampire ne peux rentrer dans une pièce que s'il y est invité !
Foutu ? Pas tout à fait. Car la télévision a fait naître une star. Cette star s'appelle Peter Vincent, mais son nom de scène complet est Peter Vincent The Vampire Killer ! Il faut faire venir ce gars pour qu'il règle le problème... en espérant bien sûr qu'il ne s'agisse pas d'un pétochard aux p'tits pieds !

I am Peter Vincent, vampire killer !
preview
preview
Article écrit par Culturemania le jeudi 10 novembre 2016 à 22:16

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Cinquante nuances de Grey

Et oui, il l'a fait ! C'est pas beau ? Je vous avais déjà dit que vous seriez content de me connaître. Bon ceci n'est pas légion, mais je vais sûrement pas me faire beaucoup de copines dans les midinettes et de copains dans les baveux pré-adolescents. Ou alors tout au contraire, je vais créer une communauté où je pourrai mettre toute mon intelligence au service du mal. Car si je ne percerai jamais dans le bien, c'est peut-être sur la terre des ténèbres que j'ai toute ma place. Sauron, Voldemort, ça fait trop longtemps. La gloire n'a pas de hiérarchie pour celui qui l'attrape. Alors si vous le voulez bien, les forces du mal et moi allons vous parler de la rencontre entre Anastasia et Prince de Lu.

cover

The Taking of Deborah Logan

Commencez par vérifier sous le lit et derrière vos rideaux. Allez ensuite fermer votre porte à double-tour et veillez à laisser un peu de lumière dans la pièce. C'est épouvantable. Je ne vois pas d'autres mots. L'épouvante est parfois une véritable escroquerie dans bon nombre de films qui cachent leur médiocrité derrière une phrase d'accroche qui vous promet de vous faire tomber de votre canapé. Bia bia bia, beaucoup de prêchi-prêcha, mais pas ici. Ouh non, pas ici.

cover

La crème de la crème

Kim Chapiron, qui a débuté dans le film d’horreur bête et méchant, change de cap pour son 3ième film et va se faire la supposé élite de la jeunesse étudiante. La pouponnière du « Loup de Wall Street » n’a pas la classe de DiCaprio ni le savoir faire de Scorsese, mais sa vision du monde est bien là, déshumanisante a l’extrême. L’offre doit rencontrer la demande, c’est l’histoire de leur vie.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !