cover

God Bless America

Article écrit par Culturemania le samedi 10 mai 2014 à 00:04
0 personne a aiméAdd Like
Et si on prenait le temps de regarder à quoi ressemblent nos vies à une époque où plus rien n’a de sens. On nous gave de télévision imbécile, on nous dit quoi consommer, quoi penser, de quoi discuter. Il y a entre nous et la réalité un nombre insensé de couches superficielles qui nous coupent complètement de l’essentiel. Tous les lundis, au bureau, les gens parlent de leur week-end en se racontant la dernière merde qui a fait le buzz. Rien que ces gens qui disent le mot buzz symbolisent à eux-seul ce que je veux essayer d’expliquer ici. Mais ça va pas se faire en 10 lignes, alors je vous invite à passer à table, le rôti est sur la table, les enfants dans la pièce d’à côté, vous allez rencontrer Frank Murdoch.


Réalisateur : Bobcat Goldthwait

Nationalité : Américain

Cast : Joel Murray, Tara Lynne Barr

Frank Murdoch a une vie de merde. Non qu’il est une personne qui a tout fait pour. Il n’est simplement pas adapté à son environnement. Mais quand l’environnement est la télé-réalité, un boulot sans intérêt avec des gens qui ressemblent à des Sims et qui partagent un même cerveau, des voisins qui n’ont aucune conscience que leurs actions bruyantes ont des conséquences, alors comment s’adapter ? Impossible, et Frank a fini par le comprendre. Ce n’est pas lui qui a quelque chose qui cloche, mais le reste du monde. Cioran disait : "Ne nous suicidons pas tout de suite, il y a encore quelqu’un à décevoir". Frank pourrait plutôt dire : "Ne nous suicidons pas tout de suite, il y a encore quelqu’un à dessouder". Que la croisade commence.

preview

Ca nous est arrivé à tous de vouloir butter ses voisins qui font trop de bruit. Qui n’a jamais, en pleine insomnie à cause des connards du dessus, imaginé qu’il montait, armé un couteau Ikea démesuré ou d’une arme Syrienne pour une petite tuerie entre amis ? Et pour une tuerie réussie, notre établissement est heureux de vous offrir une bonne nuit de sommeil ! Oh, merci, c’est tellement chic de votre part. Qui n’a jamais rêvé de faire imploser l’abruti fini qui au cinéma, passe son temps à se goinfrer de pop-corn qui lui fera puer de la gueule pour le restant de ses jours, de coca dégueulasse ou à envoyer des textos à ses ahuris d’amis laissant une petite lueur qui vous vient directement dans l’œil ? Vous ne pouvez pas vous imaginer le nombre de scénarios qui me sont passés par la tête pour me débarrasser de ce genre d’éléments. Et si cela m’arrive, je me dis que les autres gens qui vont au cinéma pour voir du cinéma ont dû avoir leur petit moment à eux dans leur tête. Je sens soudain de grandes perturbations dans l’ordre de la Force.

"Je veux tuer des gens qui méritent vraiment de mourir"

Mais Frank a choisi de ne plus tolérer tout cette merde. Cette télé qui nous balance des conneries et se moque des plus faible pour divertir les autres. Cette radio qui nous impose ses pensées politiques vulgarisées, ses émissions qui mettent en star d’un seul été des pouffiasses souvent mineures qui seront alors foutues pour le reste de leur vie minable. Cette histoire se déroule aux Etats-Unis, mais croyez-moi, elle aurait été toute aussi crédible en France. Ici aussi, l’embarras du choix aurait donné à Frank quelques migraines. Que Dieu bénisse l’Amérique ? Honneur à Frank, ça fera moins de boulot pour Dieu.

"On ne peut pas que bien aimer Alice Cooper, on ACCEPTE Alice Cooper"
preview

Alors lancé dans son périple meurtrier contre tout ce qui gangrène ou empoisonne l’esprit de l’Amérique, Frank va faire la rencontre de Roxy, une jeune lycéenne qui ne tardera pas à faire équipe avec lui, formant ainsi un duo à la Bonnie et Clyde. Ils vont alors sillonner les Etats-Unis avec en ligne de mire l'ignoble émission de télé-réalité American Superstarz. Sur la route, ils enchaîneront les motels, ce qui nous permettra de mieux les découvrir et de jubiler avec eux. Roxy est surement différente. Elle est intelligente, voit les choses avec réalité, et déteste les gens qui se tapent dans les mains en se disant "top là". Comme tous les gens qui disent toujours "en fait", ou qui utilisent de manière abusive le mot "littéralement". Pour apporter ma pierre à cet édifice déplorable, je rajouterais les gens qui disent toujours "c’est ça" ou encore ceux qui font précéder tous leurs adjectifs par l’insupportable mot : "juste". Mais si, regardez : "ce nouveau resto, il est juste génial". ARRRRGH! Donc on ne peut que se ranger de leur côté, et se demander pourquoi on n’a pas fait plus tôt ce qu’ils nous montrent là… ah oui flûte, c’est illégal, et y’a la loi, et la morale et toutes ces choses. Mais vraiment, on jubile, du début à la fin. Car tout ce qu’ils vont faire, on a tous rêvé de le faire un jour. Et que Dieu bénisse l’Amérique.

Article écrit par Culturemania le samedi 10 mai 2014 à 00:04

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

I Origins

Je vais pas y aller par quatre chemins, je pense que c'est le meilleur film que j'ai vu en 2014. C'est l'histoire de Ian, Sofi, Karen, Kenny mais aussi celle de la famille Dairy qui tient un ferme laitière dans l'Idaho, à trois kilomètres sur la gauche, vous pouvez pas la rater. Maintenant, une petite question : que feriez-vous si une découverte scientifique réfutait vos croyances religieuses ? Je changerai de croyance, avait répondu le Dalaï-lama. Maintenant ceci : que feriez-vous si une expérience spirituelle réfutait vous convictions scientifiques ? Les mots ne sont pas sacrés.

cover

Horns

Bien évidement, quand on pense Daniel Radcliffe, on ne voit que par Harry Potter. Et c'est toujours dur de l'imaginer dans d'autres rôles, un peu comme toutes ces vedettes d'AB Production que l'on ne verra jamais plus ailleurs. Et pourtant. J'ai ravalé toute mes mauvaises pensées, tous mes a priori. Harry Potter n'est plus, et Daniel Radcliffe nous donne du 'yeah man', du 'fuck you', du 'hell yeah!'. Il jure, fume, fornique et surtout, porte un t-shirt de Nirvana ! Nous vivons vraiment une époque où tout va beaucoup trop vite.

cover

Instinct de survie - The Shallows

En voilà une sacrée surprise. Quand on pense aux films avec des requins tueurs, on pense forcément à des nanars. Des films poisseux avec une histoire bidon, une image sale et un requin en carton-pâte fait par des enfants attardés d'une maternelle spécialisée. En voyant l'affiche de celui-ci, on se dit qu'il ne suffit pas d'une fille en bikini, d'une eau turquoise et d'un bout de rocher pour faire un bon film de requin. Et bien si.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !