cover

Gone Girl

Article écrit par Culturemania le mercredi 29 octobre 2014 à 17:38
0 personne a aiméAdd Like
Gone Girl, enfin je vais te voir. J’étais jusque-là persuadé que c’était ce fameux film sur l’engagement du mariage tiré d’une nouvelle de Stephen King. J’ai réalisé ensuite que je faisais erreur et que je confondais avec A Good Marriage qui n’est pas encore sortit. Mais le film en lui-même aurait dû me mettre la puce à l’oreille lorsque j’ai vu le fin fond de l’intérieur de son slip. Ca, du Stephen King ?? J’en doutais, et j’avais raison !


Réalisateur : David Fincher

Cast : Ben Affleck, Rosamund Pike

Nationalité : Américaine

L’histoire, c’est celle d’un mec, Nick. Et d’après le titre, on s’imagine qu’il va être question d’une bonne femme qui fout le camp. Elle s’appelle Amy. Mais un soir en rentrant du travail, ce cher Nick réalise qu’Amy n’est pas là, et que le salon est très mal rangé. Déjà, ça pu le grotesque, la mise en scène à plein nez, et on devine la suite en espérant qu’un méga twist final va nous éblouir. C’est le père Fincher aux manettes, ne l’oublions pas (Seven, Fight Club).

Nick ne s’affole pas plus que ça, préviens les flics et l’enquête commence. Chose étrange, c’est leur anniversaire de mariage, et ils jouent à jeu de piste avec des petites enveloppes cachées qui mènent à d’autres petites enveloppes cachées. Evidemment, on se doute qu’elle n’est ni morte, ni enlevée et que tout ça n’est qu’un gros coup monté. Au pire, on peut imaginer Nick la tuer et la foutre dans le placard, mais ça ne tient pas. Le truc rigolo, c’est la réputation que Nick va se faire dans son entourage, le quartier, la ville, les USA. Tout le monde est au courant de leur histoire qui fait frémir les Etats-Unis. Nick va vite devenir l’homme le plus détesté du pays, ses habitants le voyant comme celui qui a zigouillé sa femme. Mais ça pourrait vite changer.

preview

Alors le truc cool, c’est les histoires parallèles. On a d’abord les histoires dans le passé, qui montrent comment ces deux hurluberlus se sont rencontrés, et comment ils ont atterrit dans ce lotissement avec leur jolie maison de quartier. Ensuite, on suit en parallèles selon la même chronologie la vie de Nick avec l’enquête policière, et la vie de …. Amy ! Et oui, elle est vivante, et décide de se payer un road trip pour disparaître et compléter ses plans. Alors c’est plutôt bien joué la façon qu’elle a d’expliquer sa disparition et toute cette mise en scène pour une histoire de vengeance. Elle est prête à tout et va aller très loin. Je m’arrête là dans le spoil au cas où vous ne l’auriez pas encore vu.

Mais alors que la fin du film se fait sentir, je trépigne encore sur mon siège malgré une envie de pisser infernale, attendant une ultra-révélation qui fout en l’air tout ce que t’as pu comprendre et qui te fait te sentir con en te disant : « oh mais putain de merde, bien sûr !!! ». Et bien non. Le film prend toute son explication au bout d’une heure environs, et donc on a la sensation d’assister à une conclusion de l’histoire qui durerait plus longtemps que sa mise en place et sa montée. Alors, je ne hurle pas au massacre, je sors simplement déçu et les émotions à plat. Surtout qu’à ce moment-là souvenez-vous, je suis persuadé que l’histoire provient d’une nouvelle de Stephen King… jusqu’à mon prochain passage de grand soulagement sur Google.


Article écrit par Culturemania le mercredi 29 octobre 2014 à 17:38

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Time Lapse

Voilà de quoi nous changer les idées. On en a bien besoin en cette période infecte de l'histoire de l'humanité. Alors quoi de mieux qu'une histoire de voyages dans le temps ? Bon, c'est pas tout à fait Retour vers le futur, mais la notion est bien présente. Et s'il y a bien une chose qui me passionne, ce sont les paradoxes insolubles qui rendent les voyages dans le temps inconcevables selon ce que l'on sait aujourd'hui. Voyons à quel moment Time Lapse va se mettre à partir en roue libre et à raconter n'importe quoi.

cover

Instinct de survie - The Shallows

En voilà une sacrée surprise. Quand on pense aux films avec des requins tueurs, on pense forcément à des nanars. Des films poisseux avec une histoire bidon, une image sale et un requin en carton-pâte fait par des enfants attardés d'une maternelle spécialisée. En voyant l'affiche de celui-ci, on se dit qu'il ne suffit pas d'une fille en bikini, d'une eau turquoise et d'un bout de rocher pour faire un bon film de requin. Et bien si.

cover

Requiem for a dream

Celui qui est venu chercher de l'espoir ici peut repartir tout de suite et se faire rembourser son billet d'entrée. Le désespoir sera sans limite. Encore une bien belle histoire qu'est celle de Harry Goldfarb et de son entourage. Sa mère, sa meuf, son pote, sa zone. Vous voulez une descente aux enfers, ils vont vous la livrer sur un plateau. La drogue, l'éclate, les pamplemousses, les illusions, la télévision, les pilules, la robe rouge, la bonne purée, à chacun sa croix. Harry, je vais bientôt passer à la télévision. Tout va s'arranger. Ton père aurait été tellement fier de toi.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !