cover

Horns

Article écrit par Culturemania le samedi 11 octobre 2014 à 01:41
0 personne a aiméAdd Like
Bien évidement, quand on pense Daniel Radcliffe, on ne voit que par Harry Potter. Et c'est toujours dur de l'imaginer dans d'autres rôles, un peu comme toutes ces vedettes d'AB Production que l'on ne verra jamais plus ailleurs. Et pourtant. J'ai ravalé toute mes mauvaises pensées, tous mes a priori. Harry Potter n'est plus, et Daniel Radcliffe nous donne du 'yeah man', du 'fuck you', du 'hell yeah!'. Il jure, fume, fornique et surtout, porte un t-shirt de Nirvana ! Nous vivons vraiment une époque où tout va beaucoup trop vite.


Réalisateur : Alexandre Aja

Cast : Daniel Radcliffe, Juno Temple, James Remar

Nationalité : Américaine/Canadienne

C'est sur le vif, à peine sortie de la salle noire, où les seaux de pop-corn étaient encore bien trop nombreux, que je viens vous parler de mon nouveau film préféré. Alors, histoire de poser les bases, avant le film il y a le livre. Et ce livre, appelé 'Cornes' en bon français n'est autre qu'une des œuvres de Joe Hill. Joe Hill... ça ne vous dit rien non d'un chien ? Si vous faite partie des lecteurs assidus de Culturemania, ce que j'espère du fond de mes ténèbres, alors vous vous souvenez des BD des Locke&Key. Pour les autres, sachez simplement que le nom complet de Joe l'asticot est Joseph Hillstrom King, et qu'il est en tout simplicité le fils de Stephen King. Tout est lié, tout prend sens, et tout remonte à un homme, toujours le même. Oh Seigneur, protégez le Maine des forces du mal car il est la Terre de tant de créations lumineuses.

preview

Voilà pour la genèse. Et j'ai enfin réussit à caser le mot genèse dans un texte. Tout commence dans le sang. Ig est accusé du meurtre de sa petite amie Merrin. Il l'aurait sauvagement abattue dans le bois qui borde la ville. Tout le monde est contre lui et ne comprend pas pourquoi il est toujours en liberté. Pour les gens de la ville, il est le mal, le démon absolu. Même sa famille le croit coupable, et seul Lee, un de ces amis d'enfance devenu avocat, semble le croire. Mais un matin suivant une bonne torcherie à la gnôle, Harry se réveille (non, Ig se réveille !) avec deux cornes en plein milieu du front. Et que le festival commence !

preview

Que faire lorsqu'on se réveille avec des cornes ? On va consulter. Oui. Mais Ignatius va alors découvrir qu'en sa présence, les gens tombent leur tabou, leur limite, et se mettent à dire et à faire les choses qu'ils ont enfouit au plus profond d'eux-même. Leur vrai nature, le mal qui sommeille en chacun de nous, va prendre le dessus d'une manière dévastatrice. "Je veux mettre le feu au lit de maman avec elle dedans. Je veux allumer le matelas et qu'il ne reste plus rien.". Voilà ce que peut dire une gamine de 5 ans en train de piquer une crise dans une salle d'attente. Personne n'y résiste, pas même le prêtre qui lui suggère avec son sourire le plus carnassier d'aller chercher une corde pour le pendre de ses propres mains. La corde est juste là, à coté de la chapelle. C'est direct, c'est facile, et c'est jouissif.

preview

Ig réalise qu'il va pouvoir utiliser ce pouvoir pour faire parler les gens et arriver à trouver le véritable meurtrier de Merrin, son amoureuse d'enfance. Un taulier foutra le feu à son bar, un autre montrera ses couilles à tout le monde, deux flics se sauteront littéralement dessus, un chirurgien se tapera son assistante en pleine opération au bloc, et j'en passe. C'est hilarant plus d'une fois, croyez-moi ! Par moment, ça m'a fait penser au film God Bless America, où le personnage principal fait tout simplement tout ce dont il a toujours rêvé. Ig va comprendre l'étendu de son pouvoir : un démon est avant tout un ange qui a été déchu. Le serpent rodent, et on pense bien sûr à Nagini le serpent de Voldemort. Voilà, comme quoi un acteur bloqué dans l'imaginaire collectif dans un unique personnage peut arriver à s'en sortir. Je pensais pas. Puis j'ai vu ce film, et j'ai vite changé d'avis. Puis d'autres serpents arriveront et on sent bien que tout devra se terminer dans la mort.


Article écrit par Culturemania le samedi 11 octobre 2014 à 01:41

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Knock Knock

Sur les collines d’Hollywood, les gens vivent en paix. Ce sont de petites familles tranquilles, papa, maman, des enfants bien élevés et de préférence blancs, un chien de préférence noir, un jardin de derrière bien tondu et une porte d’entrée bien sécurisée. L’alarme n’a jamais sonné et le jardinier n’a jamais volé. Papa est architecte, maman expose des œuvres d’art, le pognon coule à flot et le sang reste bien au chaud. Rien ne tâche, la maison doit rester propre et les enfants aussi. Mais par une nuit pluvieuse, un simple ding-dong de la sonnette va venir bousculer tout ça et remuer la merde.

cover

Big Eyes

Les années 50 étaient une merveilleuse époque, pour les hommes. Cette histoire commence le jour où Margaret quitta son mari qui l'étouffait bien des années avant que le divorce devienne un phénomène de mode. On est en Californie, et Margaret roule avec ses toiles et sa fille en direction de North Beach, un quartier de San Francisco où l'on regarde l'art et où l'on écoute du Jazz en buvant ces nouveaux expressos le petit doigt tendu vers le ciel.

cover

Phénomènes

Albert Einstein a dit : "Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre.". Voilà sur quoi s'ouvre le film. Cette grande idée assez magistrale pour devenir fascinante. Sauf qu'il y a déjà deux problèmes : rien ne prouve qu'Einstein a prononcé cette phrase. Des mecs très sérieux se sont penchés sur le sujet. Et puis surtout, l'abeille n'étant pas le seul pollinisateur naturel, cette phrase a de grandes chances d'être fausse. Là aussi, des mecs très sérieux se sont penchés sur le sujet. Mais l'idée est grandiose, c'est vrai. Et ce qui est encore plus vrai, c'est que les gens vont commencer à disparaître. Tous, sans avertissement.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !