cover

Instinct de survie - The Shallows

Article écrit par Culturemania le lundi 19 septembre 2016 à 23:11
likes
1 personne a aiméAdd Like
En voilà une sacrée surprise. Quand on pense aux films avec des requins tueurs, on pense forcément à des nanars. Des films poisseux avec une histoire bidon, une image sale et un requin en carton-pâte fait par des enfants attardés d'une maternelle spécialisée. En voyant l'affiche de celui-ci, on se dit qu'il ne suffit pas d'une fille en bikini, d'une eau turquoise et d'un bout de rocher pour faire un bon film de requin. Et bien si.


Réalisateur : Jaume Collet-Serra

Cast : Blake Lively, Angelo Lozano Corzo, Jose Manuel Trujillo Salas

Genre : Épouvante-horreur

Les années 2000 et au-delà manquent cruellement de bon films d'horreur. Qui peut me donner 10 films de ce genre qui sont vraiment des bons films ? Y'en a, mais ils se comptent sur les doigts des mains de Django Reinhardt. Ici, il ne fait pas nuit, il n'y a pas de maison macabre, même pas de petite fille qui fait de la balançoire en parlant à Victor son ami imaginaire. Non, il fait jour, il fait beau, l'eau est merveilleuse et en plus, on est au Mexique sur une plage dont le nom devra rester secret.

preview

Nancy, c'est la fille de l'histoire. Elle est dans un sorte d'exil autour du monde à cause d'une remise en question de ses études de médecin. En tout cas, c'est ce que j'ai pu comprendre. Un chicano la conduit à la plage qu'avait connu sa mère morte aujourd'hui. Il ne manque pas de lui proposer de regarder le paysage plutôt que de regarder des photos sur son foutu téléphone. Désolé, elle est Américaine. Mais voilà que la plage arrive déjà. Quelqu'un te ramèneras ? Oui oui, j'appellerais Uber. C'est qui Hubert ?

Elle est tout seule et en bonne surfeuse, elle va commencer à chercher la vague. Elle va la trouver. Puis une autre et encore une. Décidément, l'endroit est magique. Deux surfeurs du coin sont là aussi à profiter des vagues à marée haute. Mais il se fait tard, la marée baisse et il est temps de regagner le sable. Que nenni, docteur Nancy veut se faire une dernière vague, l'ultime, la rageuse. Mais attention, l'eau baisse et les coraux sont tranchants comme des rasoirs, et rien de tel qu'un peu de sang dans l'eau pour attirer notre nouvel ami le squale de 6 mètres de long.

Et le voilà, prenant Nancy en chasse. Le requin blanc ne veut pas partir mais heureusement, la marée basse a laissé apparaître des rochers sur lesquels elle va pouvoir se réfugier, blessée. Mais pour combien de temps ? Connait-elle bien le cycle des marées ? La plage n'est vraiment pas loin. A peine 200 mètres de nage pour regagner la terre. Mais c'est impossible, le gros poisson rode et n'a pas l'intention de se tirer avant d'avoir pu bouffer une surfeuse, surtout si elle est Américaine.

Alors, on peut vraiment trouver ça drôle et vite se moquer de ce genre de film. Mais avec celui-là, on ne rigole pas du tout, on s'accroche. C'est filmé de très prés et croyez-moi, on se voit nous-même sur ce putain de bout de rocher qui disparaît avec la marée qui remonte. Nancy sait se recoudre elle-même, va falloir serrer les dents. Puis soudain, quelqu'un au loin. Un salopard qui va vouloir lui piquer ses affaires, allant jusque dans la flotte pour lui chourer sa planche de surf qui flotte dans les profondeurs. Trop tard. Le sang va couler et un corps va devenir cadavre. Du sang, du sable, du sel, ça soigne, sauf quand on est mort. La nuit passe, la fatigue augmente, la peur ronge, l'espoir s'éloigne et cette flotte, cette putain de flotte. C'est quand même pas si loin 200 mètres.

preview
Article écrit par Culturemania le lundi 19 septembre 2016 à 23:11

Commentaires

fout les jetons ton film, , spectateurs cardiaque s'abstenir !!

Ecrit par christian le dimanche 26 février 2017 à 10:42

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

300 Hommes

Youpi c'est vendredi, et c'est parfaitement le moment d'aller au cinéma à la séance d'avant-rush où les salles ne sont pas encore remplies de bouffeurs de pop-corn et de traumatisés du portable. En arrivant au cinéma, mon amie demande au bonhomme enfermé dans son bocal de verre s'il reste encore de la place étant donné qu'on est un peu à la bourre. Il la regarde avec un sourire en lui disant que oui, niveau place, ça devrait aller.

cover

Sully

Le 15 janvier 2009, un Airbus A320 de la compagnie US Airways a frappé une horde d'oiseaux, niquant les deux moteurs et foutant une pagaille pas possible. L'avion était piloté par Chesley Sullenberger, alias Sully. Ce type est un héros. En 2009, les journaux titraient "Miracle sur l'Hudson". Ce type a réussi la prouesse de faire amérrir ce gros cigare volant sur les eaux glaciales de l'Hudson River, qui est ce bras de flotte qui sépare le New Jersey de l'île de Manhatthan. Aux manettes de ce film : Clint Eastwood. J'allais pas rater ça.

cover

Le jeu de la vérité

Il existe la pièce de théâtre, les acteurs sont les mêmes, et tout se passe dans une même pièce, l'appartement de Jules. Alors je n'ai pas vu la pièce, mais je serais curieux d'y aller pour pouvoir comparer. En par comparer, je veux dire comparer le jeu des acteurs. Parce qu'avec le film, j'ai vraiment pas été convaincu. Pourtant l'histoire, vraiment originale, soulève des tas de questions géniales. Allé, ne hurlons pas non-plus au massacre.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !