cover

L’enlèvement de Michel Houellebecq

Article écrit par Culturemania le mardi 22 septembre 2015 à 21:51
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Il est des choses qui doivent être écrites avec une lucidité et un contrôle mental sans faille. Et puis il y en a d'autres qui méritent d'être écrites avec une lucidité aux oubliettes, une vision nocturne activée et une perception du monde furieusement dégradée. Ce soir n'est pas celui de la lune rouge mais celui du verre de rouge. Comme on dit, Dieu existe, il est mis en bouteille en France. Alors après avoir regardé ce film trois ou quatre fois, après l'avoir enregistré en piste audio sur mon téléphone et après avoir retenu les dialogues par cœur, je viens enfin vous baratiner l'enlèvement de Michel Houellebecq.


Réalisateur : Guillaume Nicloux

Cast : Michel Houellebecq, Maxime Lefrancois, Francoise Lebrun...

Nationalité : Française

"J'boirais bien un verre de vin"

Car voilà ma spécialité. Encore une qui ne sert à rien. Mais j'ai cette capacité à retenir les dialogues de films que personne d'autre que moi et quelques hurluberlus n'aime regarder. Demandez-moi de réciter La Maison des 1000 morts : no problemo. Demandez-moi un dialogue complet de The Big Lebowski : en voiture Simone. Et aujourd'hui, demandez-moi de vous raconter l'enlèvement de Michel Houellebecq et je vous réciterai le script sans trembler. A cette heure-ci la vie est dure, plus que d'habitude, alors laissez-moi tranquille, car moi et mes petits bonheurs, on vous emmerde.

preview

Parlons du film, qui est le plus hilarant que j'ai vu cette année, même si la plupart des gens qui le verront s'ennuieront fermement. Pour le savourer tel un brownie parfaitement cuit, il faut aimer la personne de Michel, ce vieux bonhomme frêle et asocial beaucoup trop intelligent pour ne pas détester la vie. Il déteste aussi les dalles, architecture ratée de Le Corbusier. Allez demander aux habitants ce qu'ils pensent de la dalle d'Argenteuil après le passage de notre ancien président karcheriste aux petits pieds... Mais Michel vit peinard dans son quartier du 13ème arrondissement, quartier peuplé de chinois qu'il estime pour toujours avoir réussi à faire en sorte que les noirs et les arabes ne s'y installent pas (ouais bon, ça, je le tire de l'idée d'un personnage de l'un de ses bouquins, alors du calme). Il boit, il veut mettre de la peinture orange dans la pièce où il mange, il rend visite à quelques amis bizarres et se promène pour aller aux messes d'enterrements. Les messes de mariages, bof. Mais voilà, un beau jour, des méchants garçons vont l'enfermer dans une caisse en métal avec des petits trous sur le dessus.

"J'm'ankylose quoi."
preview

Michel se fait enlever et se retrouve quelque part paumé dans le Loir-et-Cher. Ses ravisseurs sont trois types : un gros Israélien, un boxeur et un dernier dont la fonction m'échappe. Comme on dit, la rigolade s'installe bien vite, parce que Michel n'est pas un otage comme les autres. Michel doit boire, Michel doit fumer et si possible, Michel aimerait bien qu'on lui amène une fille plutôt que de lui proposer des films pornos pour faire passer le temps. Et oui, car Michel Houellebecq s'emmerde. Cela dit, il apprécie la cuisine, le poulet est bon bien que pas assez cuit. La maison où ils se trouvent est celle de maman et papa, anciens immigrés polonais qui hébergent l'un des leurs dans un préfabriqué posé sur le terrain.

"Toi tu fermes ta gueule, question littérature. Attend j'vais t'envoyer le cendrier à la gueule"
preview
"- Je suis profondément intolérant, et je t'emmerde !
- Allons, ça énerve le chien !"

Les journées passent et Michel prend ses marques. Si seulement ils pouvaient lui laisser un briquet. Il ne demande pas grand chose : pouvoir lire, fumer et picoler. Le reste, il s'en tape pas mal. Il commence même à se faire à sa situation. Les repas sont des mythes de dialogues, et les passages à vide me semblent encore plus mémorables. Voir Michel faire une prise de catch, se moquer de l'israélien qui fait de la poésie ou s'énerver parce qu'on traite Tolkien de tarlouze, ça n'a pas de prix, en tout cas pour moi. Mon adoration pour Houellebecq ne vient pas de ce film mais de ses livres et de ses interviews. Et ceux qui vont s'offusquer parce qu'ils ont entendu les méchants médias dire des méchantes choses sur le bonhomme peuvent aller brûler en enfer et donner ma carte de visite au maître des lieux.

"- Les meilleurs rognons que j'ai mangé c'était à Toul. Par contre elle les fait très bien. J'ai mangé des rognons à... l'Escale. C'était moins bien. J'ai mangé l'autre jour des rognons, pareil, c'était pas si bon.
- Je crois qu'il faudrait que je me repose maintenant."
Article écrit par Culturemania le mardi 22 septembre 2015 à 21:51

Commentaires

Alors ? Quelqu'un d'autre que moi a trouvé ce film mythique ? :)

Ecrit par Vince le dimanche 04 octobre 2015 à 22:11

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Snow Therapy

Une tragi-comédie familiale ? Pourquoi pas, ça résume bien ce film extrêmement bizarre et surpuissant. C'est l'histoire d'une famille parfaitement suédoise et parfaitement normale qui vient passer quelques jours de vacance dans une station de ski des Alpes Françaises. Il va se passer une truc ahurissant. Parce que lorsque Les Quatre Saisons de Vivaldi résonnent dans les montagnes, il peut arriver n'importe quoi.

cover

Fright Night 1985

Cela fait trop longtemps que le crade n'est pas venu dégueulasser Culturemania. Si on veut du bon dégueulis, du bon gueulard et du bon qui dégouline, il faut forcément remonter dans les années 1980. Parfait, Fright Night, qui a aussi sa version récente de 2011 puise ses sources en 1985 dans l'esprit de Tom Holland qui a entre autres réalisé des adaptations TV des nouvelles de Stephen King. Le mot magique est lancé, ici, les vampires vont sonner à la porte, et c'est maman qui va les inviter à rentrer.

cover

The Thing 2011

Non, il ne s'agit pas ici du film réalisé en 1982 par John Carpenter, mais bien la version de 2011 réalisée par un mec au nom imprononçable. L'histoire est un peu une sous-histoire du film de Carpenter, nous montrant ce qui arrive aux scientifiques d'une base située en Antarctique. Dans la glace, ils ont découvert quelque chose, et ce n’est pas joli joli.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !