cover

La Belle et la Bête

Article écrit par Sowilo le mercredi 24 décembre 2014 à 18:54
0 personne a aiméAdd Like
Qui ne connait pas cette histoire, au travers d’une de ces déjà nombreuses adaptations ? Pourtant, Christophe Gans décide d’en faire une version française des années 2010. Même si c’est gonflé, on se dit que le bonhomme est probablement un des rares à pouvoir le faire, d’une part parce qu’il n’en est plus à son coup d’essais, et d’autre part car il n’a jamais été soumis aux figures imposées du cinéma français de ces dernières années.


Réalisateur : Christophe Gans

Cast : Léa Seydou, Vincent Cassel, André Dussollier

Nationalité : Française

Ce film est un exercice de style. On se doute bien que l’histoire, dans ses grandes lignes, ne nous surprendra pas, d’ailleurs la bande-annonce en montre déjà la majeure partie. Ce qu’on veut voir, c’est comment Gans va nous la rejouer, alors même qu’il annonce son film comme une démonstration de savoir faire français en matière de grand spectacle et d’effets spéciaux.

Dans les faits, on va circuler entre deux univers. D’un côté celui où vit la famille de Belle, qui se rapproche finalement un peu du réalisme d’époque en costume qu’a pu côtoyer Gans dans Le Pacte des Loups. De l’autre, le domaine de la Bête, plongé dans le merveilleux, qui laisse libre court à diverses influences et idées plutôt modernes dans leur approche. La nature est assez présente, par exemple, donnant un espèce de sous texte légèrement écolo, la nature se chargeant d’embellir ou de punir là où les hommes déconnent. Seulement, on touche déjà une des faiblesses du film, car on n’ira jamais au bout de ce style d’idées secondaires, ce qui rend le côté conte merveilleux presque bordélique par moment. Il faut accepter de se laisser porter un peu béatement sans trop vouloir comprendre. Bon, c’est un conte, je veux bien, mais quand même, cela donne la désagréable impression de passer à côté d’idées qui étaient là mais qui ne font que se traduire par divers effets toujours assez classieux. Cela donne quand même un univers accrocheur, enchanteur, assez contemplatif mais enivrant, d’autant plus que le film est porté par une bande originale remarquable.

preview
preview

Du côté des acteurs, il y a du lourd, et ils envoient plutôt du lourd aussi. Si on excepte le méchant bandit, qui a oublié de s’acheter du charisme. Heureusement ses copains méchants sont là pour ricaner au bon moment quand le chef fait un mot.
Sinon, les rôles principaux défendent bien leur bout de gras et on en regrette d’autant plus qu’ils n’aient pas davantage de marge d’expression. Car voilà déjà l’autre gros problème, le manque de charge dramatique du film. André Dussollier arrive à transformer la découverte du château en un moment plutôt fort, mais en dehors de ça, le film ne délivre pas beaucoup d’émotions, enchaînant les étapes et les moments clés de façon assez lisse. La première apparition de la Bête, ou le flash back de sa transformation sont les pires exemples. On est presque content de voir les larmes de Vincent Cassel pour y croire un peu. Pourtant, quand on laisse un peu le couple Seydou/Cassel se découvrir, s’affronter, ils parviennent temporairement à nous faire espérer du mieux pour la suite, mais l’espoir est de courte durée. Même Disney traduisait mieux dans un dessin animé l’évolution de leurs relations.

En fait, Gans a privilégié la forme au fond. On peut aimer ce parti pris, si les atmosphères, la musique et les effets spéciaux suffisent à nous faire redécouvrir une belle histoire de notre enfance. Sinon, il y a de quoi être déçu, d’autant plus qu’on sent qu’il y avait moyen de faire mieux, en développant un peu plus les personnages et l’univers.
Ce manque de substance se fait aussi sentir sur le DVD. Nickel sur la forme, avec audio description et sous-titres normalisés, comme ça tout le monde en profite à fond, mais aucun espèce de bonus à part la bande-annonce. On aurait bien aimé entendre Christophe Gans défendre son bébé. Tout ça n’empêche pas le film de cartonner à l’étranger apparemment. Nul n’est prophète en son pays, et ce film en fait encore les frais.

Article écrit par Sowilo le mercredi 24 décembre 2014 à 18:54

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

L'Empire des Ombres

Si t'es un vampire, ce film devrait te plaire. Y'en a marre des films qui commencent bien et qui finissent mal, ou qui commencent mal et qui finissent bien. Pourquoi pas un film qui commence mal et qui finit mal ? Histoire de se sentir vulnérable comme un rat entre deux dictionnaires. Vanishing on 7th Street (titre VO qui envoie un peu plus que le titre français en passant) est ce genre de film. Tout va mal, tout le temps. Coupe ta lumière et plonge dans les ténèbres avec eux, mais garde une petite bougie au cas où. Tu verras comme ils flottent en bas.

cover

The Lobster

Le homard, pour les personnes non anglophones. C’est l’animal choisi par David, le héros du film, lorsqu’il arrive dans cet étrange hôtel. S’il ne parvient pas à trouver une compagne d’ici à 45 jours, il sera transformé en homard. Cette bête-là, ça peut vivre plus d’un siècle paraît-il. C’est un bon choix, c’est sûr. Mais au fait, comment fait-on pour transformer un humain en homard ? Étrange, tout de même…

cover

Seul sur Mars

Hier soir, c'était l'avant-première de Seul sur Mars. Mais on n'était pas seul dans la salle. Matt Damon ne décevra point. Souvenez-vous de Will Hunting ou encore Les Joueurs ou encore le film où il achète un Zoo. Et là, il est astronaute mais c'est avant tout un sacré botaniste. Un peu de terre, un peu d'eau, un peu de merde. Par besoin de carte ou de chapeau pour faire de la magie. On va voir pourquoi cela va faire toute la différence.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !