Accueil
Accueil
Espace redaction
Espace redaction
S'inscrire
S'inscrire
Nous contacter
Nous contacter
Les auteurs
Les auteurs
A propos
A propos
Nos classements
Nos classements
Un article au hasard
Un article au hasard
Twitter Facebook GooglePlus

Culturemania

Mettons tous ensemble la Culture en Commun

Un des grands principe de Culturemania est de ne pas mettre de publicité.
Donc, si vous aimez passer du temps ici et lire nos articles, aidez-nous à collecter un peu d'argent par notre cagnotte sur Leetchi afin que le site puisse continuer à vivre et évoluer.
Merci à toutes et à tous !

banner

Films

- La crème de la crème -

Article rédigé par Sowilo le 16/07/2016 à 10:45

Informations

  • Date de sortie : mercredi 02 avril 2014
Kim Chapiron, qui a débuté dans le film d’horreur bête et méchant, change de cap pour son 3ième film et va se faire la supposé élite de la jeunesse étudiante. La pouponnière du « Loup de Wall Street » n’a pas la classe de DiCaprio ni le savoir faire de Scorsese, mais sa vision du monde est bien là, déshumanisante a l’extrême. L’offre doit rencontrer la demande, c’est l’histoire de leur vie.

Réalisation : Kim Chapiron

Nationnalité : Française

Cast : Thomas Blumenthal, Alice Isaaz, Jean-Baptiste Lafarge, Karim Ait M’Hand

C’est la rentrée dans une prestigieuse école supérieure de commerce. Les cours ? On n’en verra pas la couleur pendant tout le film. De toute façon la messe est rapidement dites, ici, on n’est pas là pour bosser, on est là pour "networker", se faire un réseau utile. L’intérêt du réseau, les étudiant le comprennent, ou le subissent, dès à présent. A l’école, tout est réseau. Les sportifs, les originaires d’un secteur parisien, les fils de, tous se regroupent et s’assurent un avenir déjà déterminé grâce à cette appartenance. Quant aux quelques orphelins du système, il leur faut être inventifs. Voilà donc qu’un petit groupe part d’un constat simple, leur pote Jafar, du fait de son exclusion de tout réseau, a aussi des problèmes pour chopper, ce qui est à peu près sa seule préoccupation dans la vie. De là part leur première théorie économico-sexuelle. En gros, si les hommes cherchent un physique, les femmes cherchent de la conformité et l’approbation du plus grand nombre, ce qui exclu Jafar par principe. Un peu comme le problème du premier boulot introuvable parce qu’on n’a pas déjà un premier boulot, ou le prêt qu’on ne risque pas d’avoir puisqu’on a besoin d’un prêt. Ce qui fait de Jafar un consommateur qui exprime un besoin de fausse validation sociale pour faire décoller sa valeur. Il n’y a qu’à lui en vendre. Il suffit de payer une fille pour entrer avec lui dans les soirées étudiantes. Bien sûr, l’idée n’en restera pas là longtemps, et virera rapidement au commerce du sexe, sous couvert de raisonnements algorithmiques de plus en plus poussés.

Il peut y avoir de la grammaire de film d’horreur derrière ce crescendo. On part d’un principe réaliste et on le pousse jusqu’à l’absurde pour en faire la critique. C’est le seul parallèle qu’on peut s’autoriser avec le genre premier de Chapiron. Le reste des influences est à chercher du côté du Loup de Wall Street, de The Social Network, ou malheureusement de quelques nanars de teen movies (j’y reviendrai).
La grande force du film réside dans ses scènes de dialogues de jeunes entrepreneurs, avec leurs réflexions de plus en plus pointues sur la commercialisation des relations sociales et sexuelles, à grand renfort de franglish et d’autres principes théoriques. On arrive a des summums de n’importe quoi, qui partent un peu dans tous les sens et ne sont pas forcément exploités mais qui ont le mérite d’être drôle, comme une scène où une vendeuse de parfum demande quel type de femme le client veut chopper, afin de lui fournir la fragrance adéquate.
A la différence du Loup de Wall Street, cette bande de jeunes premiers ne sont pas devenu cyniques et égocentriques par une sorte de cheminement. Ils sont incapables de recul sur leur milieu, sur ce qu’ils font et sont dénué de tout sens d’empathie. Le mot prostitution ne sera prononcé que vers la fin,, à part quand un personnage propose sans sourciller d’appeler leur entreprise le "pute club". D’ailleurs on n’aura très peu d’image montrant la réalité des conséquences de leurs actes, puisqu’eux-mêmes n’en ont qu’une conscience limité.

Seulement voilà, à force de lancer des perches de droite et de gauche, on multiplie les sujets et on ne sait plus très bien de quoi on parle. Je pense que l’idée première était de montrer une jeunesse promise à devenir l’élite sans qu’elle ne sache pourquoi, plutôt désœuvrée et totalement déconnectée du reste du monde, sans valeur propre et sans vécu personnelle pour s’en forger. Cette histoire de marché du sexe n’est alors qu’un exemple pour montrer leur déshumanisation, mais le film s’y emmêle pas mal les pieds. On sent bien que le réalisateur veut laisser une chance à ses personnages, nous attendrir un peu et nous montrer que la vie, la vraie, peut reprendre le dessus. Mais voir des post-ados cabotiner avec leurs amours foireuses et leur vie étudiante, ça n’a rien de nouveau et ça vient nous asséner des scènes de teen movies bien trop basiques qui alourdissent le film, même si on comprend l’intention. Merci à l’actrice qui joue Kellia de relever un peu le niveau, avec à la fois le personnage et le jeu le plus intéressant.

La Crème de la Crème est aussi moyen qu’intéressant. Il survole tout un tas de sujets très pertinents, actuels et peu abordés, mais galère un peu pour s’y fixer et pour aller jusqu’au bout. C’est dommage, parce que ce verni machiste et ultra-libéral suffit à faire rire jaune une bonne partie du film, et parce qu’il y a le culot nécessaire pour ouvrir la réflexion. A quel moment bascule-t-on dans l’improbable ? Est-ce qu’on y bascule vraiment d’ailleurs ? Ce n’est pas franchement un bon film, mais c’est au moins un film qui vient gratter à un endroit qui dérange.
Un parfait exemple est cette scène finale, qu’il est facile de trouver très cucul la praline aux premiers abords mais que je trouve intéressante, parce qu’elle laisse très ouverte la question de l’avenir des personnages, tout en introduisant un élément qui n’est typiquement pas dans leur raisonnement ni dans celui de l’école, un truc très humain, tellement idiot qu’il ne pouvait être prédit par aucun raisonnement ni algorithme.

preview
Vous avez aimé ? Partagez !

Commentaires

Poster un commentaire :

stats

Culturemania, c'est :

514 articles rédigés par 14 personnes inscrites sur le site. Rejoingez-les !

1.480.112 articles consultés depuis des 10aines de pays dans le monde !

stats

Suivez Culturemania sur les réseaux sociaux :

FacebookTwitterGoogle plus
Autres articles du même genre :

119 jours : Les Survivants de l'Océan

Article publié le samedi 06 août 2016 à 14:02

Par : Culturemania

cover
views
11567
likes
18
comments

Connaissez-vous l'histoire du Rose-Noëlle ? Moi non plus, jusqu'à hier en tout cas. Tout d'abord, c'est une histoire vraie et qu'on le veuille ou non, on ne regarde pas un film de la même manière en le sachant, même si parfois, ce n'est que pure manipulation. Mais pas là. L'histoire nous vient de l'autre côté du monde, la Nouvelle...

Lire la suite...

Snow Therapy

Article publié le mercredi 08 avril 2015 à 08:23

Par : Culturemania

cover
views
1828
likes
0
comments

Une tragi-comédie familiale ? Pourquoi pas, ça résume bien ce film extrêmement bizarre et surpuissant. C'est l'histoire d'une famille parfaitement suédoise et parfaitement normale qui vient passer quelques jours de vacance dans une station de ski des Alpes Françaises. Il va se passer une truc ahurissant. Parce que lorsque Les Quatre Saisons de Vivaldi résonnent dans les montagnes, il peut arriver n'importe quoi.

Lire la suite...

In The Deep

Article publié le vendredi 19 août 2016 à 22:47

Par : Culturemania

cover
views
2088
likes
4
comments

La peur des requins. La peur de l'eau. La peur panique du noir. La peur du vide. La peur des profondeurs. La peur de l'isolement. La peur de la promiscuité. La peur de l'étouffement. La peur de soi. Ce film est dingue.

Lire la suite...

Bliss

Article publié le jeudi 24 décembre 2015 à 14:00

Par : Culturemania

cover
views
1591
likes
1
comments

Bliss est aussi le titre d’une chanson de Muse. Mais ici, c’est le prénom de Bliss Cavendar qui se demande bien qui, à part ses culs-bénis de parents, pourrait vouloir vivre dans sa petite ville perdue dans le trou du cul du Texas. Le Texas étant souvent vu comme le trou du cul des USA, je vous laisse imaginer l’abîme. Elle bosse dans une Diner où le cochon est roi et où si l’on mange son big burger en moins de trois minutes, on n’a pas besoin de le payer, même si on le paiera de toute ...

Lire la suite...

L'Empire des Ombres

Article publié le jeudi 25 décembre 2014 à 21:16

Par : Culturemania

cover
views
2876
likes
0
comments

Si t'es un vampire, ce film devrait te plaire. Y'en a marre des films qui commencent bien et qui finissent mal, ou qui commencent mal et qui finissent bien. Pourquoi pas un film qui commence mal et qui finit mal ? Histoire de se sentir vulnérable comme un rat entre deux dictionnaires. Vanishing on 7th Street (titre VO qui envoie un peu plus que le titre français en passant) est ce genre de film. Tout va m...

Lire la suite...

Blair Witch 2016

Article publié le dimanche 29 janvier 2017 à 19:38

Par : Sowilo

cover
views
2805
likes
2
comments

Le Projet Blairwitch, ce fut tout simplement un traumatisme filmique de mon adolescence et l’équivalent pour le camping sauvage de ce que furent Les Dents de la Mer aux baigneurs quelques années plus tôt. Ce Blairwitch là est sensé en être la suite. Je sais, on a déjà parlé de ce film sur ce site, ainsi que de son illustre grand frère. J’ai juste, d’une part, envie de m’attarder sur ce qui différencie les deux films, et d’autre part envie de rire un peu de ...

Lire la suite...

Mister Babadook

Article publié le dimanche 30 novembre 2014 à 21:14

Par : Culturemania

cover
views
3010
likes
2
comments

Un mot un regard ne suffiront pas. Le Babadook jamais ne partira. Si tu es un enfant avisé et que tu sais ouvrir les yeux, tu te feras un ami bien singulier, un ami pour nous deux. Mister Babadook, c'est bien lui, et son livre, le voici. Un sourd grondement puis trois coups, BABABA Dook ! Dook ! Dook ! Tu peux être sûr qu'il est déjà là, ouvre les yeux, tu le verras. Il porte un drôle de chapeau, tu ne le trouves pas rigolo ? S'il vient te voir dans ta chambre, tu trembleras dans le noir. J'enlèverai mon déguisement, te voilà prévenu, et...

Lire la suite...

Les griffes de la forêt

Article publié le samedi 31 mai 2014 à 21:51

Par : Esteban

cover
views
2474
likes
0
comments

Je n'en reviens toujours pas. Je vous résume ça vite fait : quatre jeunes gens viennent d'avoir leur diplôme et décident d'aller fêter ça dans un coin super méga-cool. Trois crétins, et une demeurée. Mettez ça dans une voiture qui consomme du 12 litres aux 100 km et laissez agir. Ces quatre mongoliens laissent vite tomber leur plan d'origine pour pousser le délire encore un peu plus et aller dans un autre coin encore plus méga-cool. Sauf que là-bas, ils vont s'att...

Lire la suite...

The Taking of Deborah Logan

Article publié le vendredi 28 août 2015 à 19:02

Par : Culturemania

cover
views
2944
likes
2
comments

Commencez par vérifier sous le lit et derrière vos rideaux. Allez ensuite fermer votre porte à double-tour et veillez à laisser un peu de lumière dans la pièce. C'est épouvantable. Je ne vois pas d'autres mots. L'épouvante est parfois une véritable escroquerie dans bon nombre de films qui cachent leur médiocrité derrière une phrase d'accroche qui vous promet de vous faire tomber de votre canapé. Bia bia bia, beaucoup de prêchi-prêcha, mais pas ici. Ouh non, pas ici.

Lire la suite...

Requiem for a dream

Article publié le lundi 04 août 2014 à 19:10

Par : Culturemania

cover
views
4686
likes
0
comments

Celui qui est venu chercher de l'espoir ici peut repartir tout de suite et se faire rembourser son billet d'entrée. Le désespoir sera sans limite. Encore une bien belle histoire qu'est celle de Harry Goldfarb et de son entourage. Sa mère, sa meuf, son pote, sa zone. Vous voulez une descente aux enfers, ils vont vous la livrer sur un plateau. La drogue, l'éclate, les pamplemousses, les illusions, la télévision, les pilules, la robe rouge, la bonne purée, à chacun sa croix. Harry, je vais bientôt passer à la télévision. Tout va s'arranger. Ton père a...

Lire la suite...

Un singe en hiver

Article publié le samedi 21 juin 2014 à 00:58

Par : Culturemania

cover
views
3929
likes
4
comments

Juin 44, la guerre est sur le point de se terminer, et à Tigreville en Normandie, une chose invraisemblable va se produire. Hitler va passer dire coucou ? Non, mais Albert Quentin, patron de la Stella, va promettre à sa femme Suzanne, que si leur auberge résiste aux bombardements, il ne boira plus une seule goutte d'alcool. Pari tenu ?

Lire la suite...

Ninja Turtles

Article publié le mardi 04 novembre 2014 à 12:09

Par : Culturemania

cover
views
2805
likes
2
comments

Leonardo, Donatello, Michelangelo et Raphael. On les connait tous, et on n'oubliera surement ce bon vieux gros rat de Splinter. On se souvient aussi de Shredder le gros méchant, mais aussi d'April O'Neil la journaliste New-yorkaise qui est la première à découvrir l'existence des tortues. Elle deviendra un peu leur pote. Ça fait longtemps qu'on les avait pas vu traîner, et je pense que ça fera pas de mal de retrouver ses bouffeurs de pizza ! Cowabunga !

Lire la suite...

Nymphomaniac Vol. 2

Article publié le lundi 12 mai 2014 à 12:50

Par : Culturemania

cover
views
3253
likes
0
comments

Retrouvons Joe et Seligman à l'endroit ou nous les avions laissé, c'est-à-dire dans la chambre sordide de l'appartement sans vie de Seligman. Joe est toujours alitée, lui toujours assis sur sa chaise, et le récit des aventures de Joe va continuer. Attention, car si le volume 1 pouvait déjà paraître cru et violent, il ressemble à un picnic à côté du volume 2. Les enfants, quittez cette page, ne lisez pas ce qui va suivre, l'humanité n'est pas ce que vous croyez, et son apogée est abominable....

Lire la suite...

Le Projet Blair Witch

Article publié le samedi 02 août 2014 à 21:02

Par : Culturemania

cover
views
6721
likes
24
comments

31 octobre 1994, trois jeunes cinéastes partent réaliser un reportage dans la forêt de Black Hills sur la légende d'une sorcière. Ils n'en reviendront jamais. Un an plus tard, le fruit de leur travail est retrouvé... C'est ce qu'on pouvait lire sur le dos de la VHS qu'on venait de louer avec mon frère un soir de pleine lune. Une phrase occulte suivait, réelle ou venant de mon imagination. Cette phrase était : leur cassette a été retrouvé, et vous la tenez entre l...

Lire la suite...

Star Wars : le réveil de la Force

Article publié le mercredi 30 décembre 2015 à 22:41

Par : Culturemania

cover
views
2747
likes
3
comments

Je possède entre mes mains un pouvoir sans limite. Ce pouvoir de vous raconter tout, ce pouvoir de vous spoiler tout et de vous pourrir la vie. Et je compte bien en faire usage, n'est-ce pas démoniaque de ma part ? L'article précédent rédigé par Romain était sans spoiler. Celui-ci en sera farci. Tel un Homer Simpson sortant du cinéma après l'Empire contre attaque, je n'hésiterai pas à tout révéler. Te voilà prévenu jeune Padawan. Si tu n'es toujours pas allé voir cet épisode dans les salles obscures, je te conseille plutôt de lire...

Lire la suite...

PARTICIPER !

  • Rediger un nouvel article et gagner 10 points !
  • Enrichir un article existant et gagner 1 point !
  • Valider et corriger un article et gagner 5 points !
  • Faire connaître ses propres créations !
  • Créer une immense base de données gratuites et sans publicité.
  • Commenter les articles publiés sans avoir besoin de s'inscrire.

A QUOI CA SERT ?

Le but de Culturemania est de donner un moyen simplifié à tout un chacun pour s'exprimer sur la Culture et partager son avis sur une oeuvre, livre, film, spectacle, artiste, découverte....


Si vous êtes à l'origine d'une création culturelle, c'est aussi le bon endroit pour venir en parler vous-même et partager ensuite votre article sur les réseaux sociaux !


De plus, plus vous participez, plus vous gagnez des points. Régulièrement, nous organiserons des jeux concours sous différentes formes et ceux qui auront le plus grand nombre de points auront de fait le plus de chance de gagner.