cover

La Fissure (The Gate)

Article écrit par Culturemania le mardi 15 septembre 2015 à 02:18
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Permettez-moi de vous emmener non sans pudeur dans un espace très personnel : mon enfance, ou plutôt la fin de mon enfance (histoire de ne jamais faire regretter à mes voisins de cette époque de ne jamais avoir appelé la DDASS). Voilà ce qui est de mémoire le tout premier film d'horreur que j'ai vu et qui m'a laissé un souvenir intégral. Le film est sorti en 1987 et a dû passer à la télévision un soir sur une chaîne du genre RTL9. En quelle année, je ne m'en souviens pas, mais les aventures de Al, Glen et Terry ne m'ont jamais vraiment quittées.


Réalisateur : Tibor Takacs

Cast : Stephen Dorff, Christa Denton, Louis Tripp

Genre : Epouvante-horreur

Nous y voilà. On va plonger dans mes souvenirs. C'est la nuit, il est environs deux heures du matin et je dois me lever demain pour aller bosser, comme tout le monde. Mais je ne trouverai pas le sommeil tout de suite, alors autant rester un peu dans le monde du Net, endroit où l'on peut être des millions et se sentir pourtant très seul. Mais pas ce soir, car je suis encore avec Glen et Terry face aux ténèbres, face au trou dans le jardin. Dans ce trou, bien des choses, mais on n'en est pas encore là.

preview

C'est la fête à la maison. Papa et Maman foutent le camp pour trois jours. Al a déjà presque 16 ans alors elle fera office de baby-sitter pour son jeune frère Glen assigné à résidence. Son copain Terry, fan de métal qui a des posters d'Iron Maiden aux murs restera dormir la première nuit, ce qui n'est pas forcément très rassurant. Le bonhomme a l'air de bien s'y connaitre en démons et possessions, comme tous les fans de métal bien sûr. Mais le matin du départ des parents, quelques ouvriers ont déraciné le chêne du jardin. Sous ce chêne, un étrange trou d'où surgit une sorte d’œuf qui fume. Ça sent déjà le roussi et pourtant, je ne vous ai pas encore raconté l'histoire de l'ouvrier mort et emmuré dans la maison du jeune Glen.

preview
There's a passageway between our physical world of light, pleasure, and their spiritual world of madness and pain. A gate behind which the demons wait for the chance to take back what is theirs!
preview
"Deliver me from my enemies, father in heaven. Deliver me from the workers of iniquity. And save me from the devils of blood. Because of my strength I will wait for thee, for God is my high tower"

Terry a en sa possession un vinyle d'un groupe de Dark qui contient la formule pour faire fuir les démons et refermer la brèche pour les empêcher de venir nous pourrir la vie. Ça a l'air de marcher, mais ces petites saloperies sont tenaces et vont revenir. Mais alors que les deux sacrifices humains nécessaires au retour total des démons dans notre monde ont été pris en charge par le fameux ouvrier mort et emmuré dans ces lieux, les petits démons qui ont déjà foutu pas mal le bordel dans la casbah se figent soudainement. Le sol de l'entrée s'ouvre vers les profondeurs de l'enfer, la tornade fait rage et la lumière jaillit alors que le maître des démons, gigantesque, fait son entrée. Ouais bon, ça va hein, souvenez-vous qu'il est tard et qu'on est devant un bon gros film de série Z.

Article écrit par Culturemania le mardi 15 septembre 2015 à 02:18

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

The Hateful Eight

Quelqu'un m'a dit récemment : "Les films de Tarantino je les regarde pas, c'est toujours trop long". Et nous voilà retombé dans le culte qui détruit notre époque, celui de l'immédiateté, de l'instantané, du tout tout-de-suite. La vie est longue et pourtant on l'aime bien, la preuve c'est que l'on cherche sans cesse à la rallonger et qu'on touchera très vite la question de l'immortalité. Alors c'est trop long ? C'est irrecevable car c'est un simple argument de paresse. J'aurai préféré l'argument : "c'est trop de la merde ce qu'il fait", car on est en droit de supposer que celui qui dit ça a pris la peine de s'emmerder suffisamment pour en arriver à cette conclusion. Mais moi, je trouve justement que les choses doivent avoir le temps de s'installer et que comme je le dis souvent, l'auteur doit faire la moitié du boulot, et c'est au spectateur de faire l'autre moitié.

cover

Le dernier trappeur

Nicolas Vanier nous offre un film-documentaire sur la vie au Yukon de Norman Winther et de sa compagne Nebraska. Au fil des saisons, on va suivre la vie de l'un des derniers trappeurs du nord-ouest Canadien, région non-épargnée par les grandes exploitations forestières qui rendent ce mode de vie de moins en moins possible et de plus en plus reculé.

cover

Le cercle des poètes disparus

Je ne sais pas si c'est la mort récente de Robin WIlliams, mais il se trouve que je me suis retrouvé affalé dans un canapé devant cette petite relique que je n'avais d'ailleurs jamais vu. Je suppose que ça fait partie de ces films qu'on est sûr d'avoir déjà vu (oh bin si, j'ai bien dû le voir mais alors par contre, pas le moindre souvenir) alors qu'on les a tout simplement zappé. Et quel malheur mes enfants. Mais tout ça c'est du passé, réparation est faite, et ça va me faire une histoire de plus à vous raconter.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !