cover

La prochaine fois je viserai le coeur

Article écrit par Culturemania le samedi 22 novembre 2014 à 14:30
0 personne a aiméAdd Like
Inspiré de l'affaire Alain Lamare, on va nous raconter l'histoire d'un gendarme français surnommé le tueur de l'Oise, qui tue et agresse des auto-stoppeuses. Rien de tel pour finir une semaine quasiment extraterrestre qu'un bon film noir pour faire une coupure avec l'arrivée du week-end.


Réalisateur : Cédric Anger

Cast : Guillaume Canet, Ana Girardot, Jean-Yves Berteloot

Nationalité : Française

On sent bien que ça va être glauque. On suit l'histoire de ce gendarme et ses deux facettes, et c'est Guillaume Canet qui s'y colle. On apprend très vite que c'est aussi lui le tueur, ce n'est pas un spoil, c'est d'ailleurs révélé dans la bande-annonce du film. Car l'essentiel là-dedans, c'est de voir le jonglage entre un gendarme qui enquête contre lui-même lorsqu'il a enlevé son képi. Dans le privé, Franck vit tout seul et rend visite de temps en temps à ses parents pour passer du temps en forêt avec son jeune frère. Il a une assistante à domicile, Sophie, qui s'occupe de lui repasser son linge ou de lui préparer son café.

preview

L'enquête piétine, mais une première info tombe : le tueur pourrait être un gendarme. L'idée, qui sera refusée au premier coup, sera de comparer les meurtres avec le planning des gendarmes du coin. Puis le premier portrait robot tombera. Incroyable là, car il ressemble beaucoup à Franck, même si personne ne semble s'en rendre compte, pas même ses collègues. Faut croire que l'impossible supposition prédomine sur l'évidence. Et c'est encore pire lorsque Franck fait du porte-à-porte, portant lui-même son propre portrait robot. Et pendant ce temps, on découvre encore plus sa vie privée, avec les châtiments qu'il s'impose comme se fouetter à coups de feuilles de vigne, ou s'immerger dans une baignoire d'eau glacée. Dans sa folie, les vers de terre avancent. Et les rangées de sièges de ce cinéma sont vraiment beaucoup trop serrées.

Comme le film est tiré d'une histoire vraie, on sait que Franck finira pas se faire chopper par ses collègues, grâce à l'histoire des plannings et surtout grâce à une empreinte digitale retrouvée. C'est une sorte de descente aux enfers, et là où Canet pour avoir une gueule d'ange, il a souvent les traits qui se tirent pour faire apparaître un visage démoniaque. Marion va peut-être réaliser qu'elle a choisi un petit diablotin.


Article écrit par Culturemania le samedi 22 novembre 2014 à 14:30

Commentaires

Ce film est très cliché et ennuyant. Je suis prèsque sortie de la salle! Le scénario ne fait aucune atténtion aux personnages sécondaires et même si Canet est bien, il n'a rien d'incroyable dans sa performance. Il donne une intérpretation sans originalité et pas convaincant dans quelques scènes pour un tueur qui est fou. Anger est un peu homophobique aussi. C'est une tentative de donner un César à un acteur qui ne connait pas le succès depuis longtemps, surtout avec ses performances clichés et sans âme.

Ecrit par Kikacinema92 le dimanche 23 novembre 2014 à 16:31

J'ai lu (je ne sais plus où... Zut!) que justement le film a été très peu romancé... Qu'ils ont essayé de coller un maximum à la véritable histoire de ce tueur. Donc, peut être l'histoire est-elle "cliché" mais... C'est comme ça qu'elle s'est passé à priori... Ne pas trop inventer pour rendre les choses extraordinaires est un parti pris que je trouve intéressant. Justement parce que ça montre que les psychopathes (et leur vie) ne sont pas toujours "extraordinaires"! Pour moi, Canet joue très bien son rôle, à savoir celui d'un paumé, malade mental, qui ne contrôle qu'à moitié ses actes. Son absence de ressenti, d'émotion m'a fait bien flippé. Il m'a plutôt convaincue ^^

Ecrit par Nana Scleurnk le samedi 25 juin 2016 à 22:55

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Massacre à la tronçonneuse 2

Ah, je vous avais dit que je reviendrai pour le deuxième épisode, et me voilà donc, je ne vous ai pas menti ! C'est pas beau ça ? Vous êtes pas content de m'avoir connu ? Bon trêve de plaisanterie, et place au massacre si vous le voulez bien. On dit qu'on reconnait une fête foraine à ses couleurs. Moi je dis qu'on reconnait une tronçonneuse à son armature. Le rapport ? Aucun, mais Leatherface va nous faire voir si leur sang est rouge ou blanc.

cover

Blair Witch

Mais pourquoi s'être donné ce mal ? Non mais parce que, si tu veux voir le Projet Blair Witch, tu peux toujours. Un film, même s'il a 20 ans reste valable. C'est pas un yaourt, y'a pas de date de péremption à condition d'avoir adapté son support. Mais il semble que pour certaines personnes, refaire encore et toujours les choses est une manière de fonctionner. Avec un peu de magie, un truc vieux et génial va donc devenir un truc récent et merdique. Conforme à l'époque me direz-vous.

cover

300 Hommes

Youpi c'est vendredi, et c'est parfaitement le moment d'aller au cinéma à la séance d'avant-rush où les salles ne sont pas encore remplies de bouffeurs de pop-corn et de traumatisés du portable. En arrivant au cinéma, mon amie demande au bonhomme enfermé dans son bocal de verre s'il reste encore de la place étant donné qu'on est un peu à la bourre. Il la regarde avec un sourire en lui disant que oui, niveau place, ça devrait aller.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !