cover

Le jeu de la vérité

Article écrit par Culturemania le jeudi 10 juillet 2014 à 22:33
0 personne a aiméAdd Like
Il existe la pièce de théâtre, les acteurs sont les mêmes, et tout se passe dans une même pièce, l'appartement de Jules. Alors je n'ai pas vu la pièce, mais je serais curieux d'y aller pour pouvoir comparer. En par comparer, je veux dire comparer le jeu des acteurs. Parce qu'avec le film, j'ai vraiment pas été convaincu. Pourtant l'histoire, vraiment originale, soulève des tas de questions géniales. Allé, ne hurlons pas non-plus au massacre.


Réalisateur : François Desagnat

Cast : Philippe Lellouche, Vanessa Demouy, Christian Vadim, David Brécourt

C'est de ces films où tout commence vraiment pas mal. Trois bons copains se retrouvent un soir pour bouffer et picoler dans l'appartement de l'un d'eux, Jules, célibataire et acteur-looser à temps perdu. Pascal lui, vient de divorcer et se partage la garde des mômes tant bien que mal. Quant à Fabrice, il est marié, des gosses, la grosse bagnole, mais aussi quelques secrets. Jusque-là, rien de spécial. Sauf que voilà, Jules leur réserve une petite surprise. Il a invité Margaux, la fille qui était la bombe de leurs années collège et lycée,et qu'aucun d'eux n'a revu depuis 20 ans. Ils parlent de choses et d'autres, se posant des milliers de questions, et allant de blagues sales en suppositions douteuses sur la pauvre Margaux. Lorsque soudain, la sonnette de l'interphone retentit. Margaux arrive dans l'appartement, et vous allez voir ce que vous allez voir.

preview

Le froid s'installe, car même si elle a toujours tout de la bombe d'antan, Margaux est handicapée, en fauteuil roulant. Alors ça jette un froid hein ? Les trois compères n'ont alors pas la moindre idée de comment réagir et sont plus mal à l'aise les uns que les autres, là où Margaux, probablement très habituée, leur parle de son handicap en toute décomplexion. Soit, elle est handicapée, mais elle n'est pas malade, et ce n'est pas transmissible, et elle ne va pas guérir, car elle n'a pas à guérir. Elle a les jambes foutues, point barre. Alors pour détendre un peu l'atmosphère, ils se lancent dans le jeu de la vérité, un genre de Action ou Vérité, mais sans l'Action. Chacun va alors devoir raconter et creuser sa vie, à nu face aux autres. Jusqu'à la révélation de la véritable surprise de la soirée.

preview

Bon, ouais, dis comme ça, on dirait que j'ai vraiment bien aimé ce film, mais en fait pas du tout. Ça m'a fait pensé au Prénom dans le genre comédie avec un bon gros secret révélé à la toute fin. Mais voilà, j'ai trouvé l'interprétation tellement niaise et incomplète que j'étais presque mal à l'aise à leur place. Tu sais, un peu comme quand tu dois aller voir un spectacle de merde où tu connais l'un des gars qui joue, et que c'est clairement à chier. Tu le sens bien le malaise ? Eh bien ici c'est pareil. Et c'est d'autant plus dommage que le sujet traité est super, c'est à dire la réaction à chaud face au handicap. C'est toujours pareil, le handicap s'efface complètement pour laisser simplement place à la personne, mais c'est pas toujours une évidence. Et c'est pour ça que j'aimerais vraiment aller voir la pièce, en espérant que ce soient des bons acteurs de théâtre pas bien à l'aise face à une caméra. Donc ceux qui veulent me faire un cadeau, voilà une bien belle idée !

Article écrit par Culturemania le jeudi 10 juillet 2014 à 22:33

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Polytechnique

On pourrait croire que ce film va vanter les mérites de cette école alors qu'il va revenir sur les sombres événements de l'année 1989. Vous allez finir par croire que je voue un culte à la mort et aux atrocités et vous aurez sûrement raison. Tout cela me passionne. Si on parle très souvent des tueries de masse aux Etats-Unis comme à Columbine, Aurora, ou tout récemment Roseburg, on se souvient beaucoup moins de celles qui arrivent dans le pays voisin qui aux yeux de tous fait office de bon élève. Polytechnique pourrait être l'un des contes macabres du Canada.

cover

La crème de la crème

Kim Chapiron, qui a débuté dans le film d’horreur bête et méchant, change de cap pour son 3ième film et va se faire la supposé élite de la jeunesse étudiante. La pouponnière du « Loup de Wall Street » n’a pas la classe de DiCaprio ni le savoir faire de Scorsese, mais sa vision du monde est bien là, déshumanisante a l’extrême. L’offre doit rencontrer la demande, c’est l’histoire de leur vie.

cover

Ed Gein

Prenez un monstre et faites-en une horrible histoire. Puis faites-en des cauchemars pendant une génération. Prenez un détraqué évadé de l'asile et faites-en une légende qui sera racontée par les campeurs autour du feu. Prenez une créature maléfique, une sorcière, un loup-garou, un démon, un vampire ou Satan en personne et vous aurez une histoire d'horreur. Mais là où tout bascule, c'est ici : prenez votre voisin et faites-en une histoire d'horreur. Prenez votre client habituel et faites-en des cauchemars. Prenez votre meilleur ami et découvrez son sous-sol rempli de cadavres suspendus à la peau arrachée. Prenez Edward Gein, le charmant habitant de la petite ville de Plainfield dans le Wisconsin.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !