cover

Les animaux fantastiques

Article écrit par Sowilo le samedi 03 décembre 2016 à 12:00
likes
1 personne a aiméAdd Like
Le cinéma américain gère désormais ses grosses licences par vagues entières de films, prévoyant à l’avance la réapparition périodique du produit à tel rythme pendant tant d’années. On a ainsi du Marvel et du DC à rythme régulier à n’en plus finir, on se rappelle de la très (trop) longue adaptation du Hobbit, Star Wars aura bientôt du mal à garder le concept d’épisodes numérotés et il n’est plus un jeu, un livre ou un prospectus à Hollywood qui ne soit susceptible de donner matière à une bonne grosse trilogie. Mais là, depuis la promesse d’une adaptation d’Angry Birds, on n’avait pas visé si haut dans l’improbable depuis un moment. Il n’y a bien que le nom de J.K. Rowling qui ait pu conserver ma curiosité. Retour chez les sorciers, sans le binoclard à la cicatrice en forme de Sowilo (roah la révélation).


Réalisateur : David Yates, d’après un scénario de J.K. Rowling

Cast : Eddie Redmayne, Colin Farrell, Caterine Waterstone, Dan Fogler

Nationnalité : Américaine

preview

Originellement, Les Animaux Fantastiques est un petit livre écrit à des fins caritatives par J.K Rolling, présenté comme l’un des manuels scolaires utilisés à Poudlard et rédigé par un certain Norbert Dragonneau. Ce n’est donc qu’un petit bestiaire magique, façon encyclopédie, juste destiné à enrichir son univers fictif et à faire des sous pour une association.
Alors quand on parle de l’adapter au cinéma, c’est déjà une nouvelle. Mais quand on parle de l’adapter en 4 ou 5 films, on se demande quelle drogue peut bien circuler chez Warner Bros. Pour finir, on nous remet David Yates aux manettes, déjà responsables des dernières, et à mon sens des pires adaptations d’Harry Potter. Bon OK, je n’ai même pas vu Les Reliques de la Morts, mais les 4, 5 et 6ième films étaient déjà indéfendables à mes yeux.
Allez, Rowling reste dans le staff, ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain, un petit effort et un peu de curiosité.

Nous voici transporté à New York dans les années 20, là où débarque le fameux Norbert Dragonneau en pleine rédaction du manuel sur les animaux fantastiques. Ici, les conventions entre mages et moldus/non-mages ne coulent pas encore de source et la disparition du vilain blondinet bulgare Grindelwald n’aide pas l’apaisement. D’autant plus que quelque chose de peu rassurant se balade, qui inquiète même les non-mage et qui évoque inévitablement Grindelwald aux plus alarmistes. Les spectateurs qui n’ont pas lu les Reliques de la Mort peuvent craindre de ne pas trop saisir ce contexte, mais au final, ça n’est pas gravissime, le film a le cul entre plusieurs chaises et cherche constamment à contenter tout le monde.

preview

Pour les plus jeunes spectateurs, les amateurs très occasionnels de la saga ou ceux qui se retrouvent dans la salle en n’en ayant pas grand-chose à foutre, l’ami Norbert, grand zoo*** (euh non, pas zoophile, comment dit-on ami des animaux ?)… Bref, Norbert le grand ami des animaux, va laisser accidentellement filer toute une poignée de bestioles diverses dans la nature, et leur courra après pendant une bonne partie du film. C’est tout. Alors c’est beau, les effets visuels pleuvent, c’est marrant, ça justifie le titre et surtout, ça occupe, sinon on n’aura pas de quoi faire 5 films…

Avec cette mi-temps passée à coup de scène purement légères et visuelles, le scénario part déjà avec du plomb dans l’aile. C’est dommage, car il y avait pourtant bel et bien du contenu, des nouveaux personnages, un contexte encore inexploré et même de vrais sujets abordés de manière détournée, façon Rowling. Résumer le film ne se ferait pas en 3 phrases, on démarre véritablement un nouveau cycle, qui laisse présager bien des choses pour la suite.

Au final je ne saurais être catégorique. On sent l’inspiration, l’univers magique s’étoffe clairement, tout en tissant beaucoup de liens discrets et intéressants avec le reste de la saga. Mine de rien, mon cerveau de fan régressif a tourné à la sortie, je suis allez rechercher un détail dans l’Ordre du Phénix (on en parle dans les commentaires si vous voulez) et j’ai déjà pas mal d’hypothèse sur la suite, comme au bon vieux temps. Pourtant, on retrouve aussi la narration foireuse, superficielle et tape à l’œil des films Harry Potter, avec cette impression de ne voir que la vitrine. Sauf qu’ici on n’a pas de roman pour avoir la version complète. Même traitement pour les personnages, qui ont du potentiels mais qui sont traités tout aussi superficiellement, dont on ne sait pas grand-chose et qui semblent tomber de nulle part. On a des infos au compte goûte, mais jamais ce souffle qui les rendaient si humain et cohérent dans Harry Potter.

Ca fait un bon gros film familial américain de fin d’année qui se coupe en 4 pour plaire à tout le monde, qui a au moins le mérite de me faire parler ! On est condamné à en avoir encore. Pour ma part, je suis quand-même suffisamment convaincu pour continuer, pour le moment…

preview
Article écrit par Sowilo le samedi 03 décembre 2016 à 12:00

Commentaires

Super article.

Ecrit par Remix42 le samedi 03 décembre 2016 à 13:08

Merci Remix42

Ecrit par Sowilo le dimanche 04 décembre 2016 à 17:51

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

The Black Water Vampire

Sale histoire à Black Water. Tous les 10 ans, un cadavre de femme vidée de son sang est retrouvé dans la forêt. Raymond Banks a été déclaré coupable de ces meurtres même si ça sent le coup fourré à plein nez. Comme il le dit lui-même : toute la ville veut le voir disparaître car il sait. Il sait ce qu'ils font dans la forêt. Et ça tombe bien car la sentence de Raymond Banks est la mise à mort pure et simple.

cover

Dheepan

C'est la rentrée ! Il est grand temps de reprendre les bonnes habitudes et d'aller poser son cul sur les sièges des cinémas. Mais ce n'est pas sans condition. Il faut choisir un bon horaire pour éviter la foule, les bouffeurs compulsifs, les gosses, les mamies parfumées qui donnent la nausée, les scouts, les gens trop grands qui se mettent juste devant, etc. Vous le voyez, ce n'est pas une mince affaire. Beaucoup de gens essaient de reproduire le cinéma chez eux. Moi je m'efforce de reproduire mon chez moi au cinéma, c'est à dire sans les autres, juste une copine ou deux et les infrastructures proposées. C'est moins cher et ça demande une simple mais habile gymnastique. A nous le grand écran, le silence dans la salle et les rangées vides ! Et Dheepan dans tout ça ? J'y viens.

cover

L'Empire des Ombres

Si t'es un vampire, ce film devrait te plaire. Y'en a marre des films qui commencent bien et qui finissent mal, ou qui commencent mal et qui finissent bien. Pourquoi pas un film qui commence mal et qui finit mal ? Histoire de se sentir vulnérable comme un rat entre deux dictionnaires. Vanishing on 7th Street (titre VO qui envoie un peu plus que le titre français en passant) est ce genre de film. Tout va mal, tout le temps. Coupe ta lumière et plonge dans les ténèbres avec eux, mais garde une petite bougie au cas où. Tu verras comme ils flottent en bas.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !