cover

Les invités de mon père

Article écrit par Culturemania le mardi 01 juillet 2014 à 12:50
0 personne a aiméAdd Like
Pour continuer notre traversée intrépide des films avec Fabrice Luchini, je vous propose une nouvelle comédie bien Française : Les invités de mon père. Je vous préviens tout de suite, il n'a pas le rôle principal, et malgré que cette information m'ai courroucé, j'ai tout de même pris la peine de regarder le film, car un film avec Luchini reste un film avec Luchini. Et une tautologie reste une tautologie. On n'a jamais été aussi proche de la fin.


Réalisateur : Anne Le Ny

Nationalité : Français

Cast : Fabrice Luchini, Karin Viard, Michel Aumont, Valérie Benguigui, Véronica Novak

C'est l'histoire d'une famille, plutôt nouveau riches, voire carrément bourges. On est dans les beaux quartiers de Paris, autant rue Gay Lussac proche du Luxembourg qu'à Courcelles dans le 17ème arrondissement de Paris, non loin du parc Monceau pour vous donner une idée. Dans la famille, il y a d'abord le père Lucien Paumelle, vieux, et seul depuis que sa femme à claqué. C'est un ancien médecin avec de fortes convictions sur ce qui est d'aider les autres, les pauvres, les démunis, les sans-papiers. Puis il y a les enfants, la fille et le fils, Babette et Arnaud. Elle est médecin généraliste, très portée sur l'action humanitaire, il est dans le droit du travail ou un truc du genre, qui lui a permis d'accéder à la classe sociale qui tolère la Mercédès. L'humanitaire, l'entraide, le soutient, connait pas. Pour lui, ce n'est qu'hypocrisie et fausse modestie.

preview

Mais un beau matin, le vieux Lucien passe à l'action et décide d'héberger Tatiana et sa fille, deux Moldaves sans papiers vouées à l'expulsion. C'est une bombe, là où toute la famille s'attendait à voir débouler des Maliens avec huit enfants, ou des étrangers du sud, sales et puants, forcément. Surprise donc, comme quoi il y a des actes militants plus agréables à regarder que d'autres. Les enfants de Lucien vont très vite trouver à redire à cette situation, surtout pour un homme de l'âge de leur père, qui a déjà eu des problèmes de cœur. Et je sais ce que vous êtes en train de vous dire : c'est du proxénétisme des immeubles haussmanniens, masqué par une bienveillance des pays mafieux ou craignos. Et bien, peut-être, à vous de voir le film. Car Lucien va vite tomber sous le charme, au point d'épouser Tatiana un vendredi et de déshériter ses enfants au profit de Tatiana. L'argent, finalement c'est toujours lui. L'argent va les faire passer à l'acte. Mais quel acte ? Celui d'accepter la situation, ou celui de décider que l'avenir brisé de cette femme Moldave et de sa fille est entre leur main ? Encore une fois, à vous de voir.

Article écrit par Culturemania le mardi 01 juillet 2014 à 12:50

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

The Lobster

Le homard, pour les personnes non anglophones. C’est l’animal choisi par David, le héros du film, lorsqu’il arrive dans cet étrange hôtel. S’il ne parvient pas à trouver une compagne d’ici à 45 jours, il sera transformé en homard. Cette bête-là, ça peut vivre plus d’un siècle paraît-il. C’est un bon choix, c’est sûr. Mais au fait, comment fait-on pour transformer un humain en homard ? Étrange, tout de même…

cover

Le promeneur d'oiseau

P-O-E-S-I-E. Ecoute un peu ton cœur, il t'apprend la TENDRESSE ! Alors ça c'était ce que chantait les Inconnus dans Douceur de Vivre, mais on va rester dans le thème. Celui de la poésie hein. Car avec ce film, on a l'impression de regarder un poème qui durerait une heure et demie. Un genre de conte à regarder un soir après un bon repas pour se mettre en condition et enfin comprendre un des plus grands mystères de notre ère : pourquoi les vaches ont l'air si apaisées lorsqu'elles regardent passer le train ?

cover

Blair Witch 2016

Le Projet Blairwitch, ce fut tout simplement un traumatisme filmique de mon adolescence et l’équivalent pour le camping sauvage de ce que furent Les Dents de la Mer aux baigneurs quelques années plus tôt. Ce Blairwitch là est sensé en être la suite. Je sais, on a déjà parlé de ce film sur ce site, ainsi que de son illustre grand frère. J’ai juste, d’une part, envie de m’attarder sur ce qui différencie les deux films, et d’autre part envie de rire un peu de ce résultat, pas minable non plus mais tellement bancal en comparaison. Chronique d’une démystification assurée.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !