cover

Massacre à la tronçonneuse 2

Article écrit par Culturemania le lundi 05 janvier 2015 à 20:46
likes
1 personne a aiméAdd Like
Ah, je vous avais dit que je reviendrai pour le deuxième épisode, et me voilà donc, je ne vous ai pas menti ! C'est pas beau ça ? Vous êtes pas content de m'avoir connu ? Bon trêve de plaisanterie, et place au massacre si vous le voulez bien. On dit qu'on reconnait une fête foraine à ses couleurs. Moi je dis qu'on reconnait une tronçonneuse à son armature. Le rapport ? Aucun, mais Leatherface va nous faire voir si leur sang est rouge ou blanc.


Réalisateur : Tobe Hooper

Date de sortie initiale : 22 août 1986

Cast : Bill Moseleyn, Jim Siedow, Caroline Williams, Dennis Hopper, Bill Johnson

Bon comment ça commence ce bazar... ah oui voilà. C'est pas simple car je viens de voir l'épisode trois, et je ne voudrais surtout pas me mélanger les pinceaux, y'a un certain standing à tenir sur Culturemania. Tout commence donc par deux bon gros abrutis au volant de leur bagnole pourrie. Ils font des blagues nocturnes aux conducteurs qu'ils croisent sur la route. Manque de bol pour eux, les suivants seront la famille de Leatherface en personne. Il tient en marionnette un cadavre putride qu'il articule avec ses bras. Hurle et soit puni ou le diable t'acceptera. On déteste tellement ces deux connards que c'est une pure félicité de voir notre cher bambin armé de sa tronçonneuse s'occuper d'eux. Oh Seigneur, ne les pardonnez pas car ils savent ce qu'ils font.

preview

Pendant ce temps là, Drayton Sawyer, alias "the Cook" gagne haut la main un concours de chili à Dallas, Texas. Y'a aucun secret, tout est dans la viande, ce qu'il faut c'est beaucoup d'viande, et celui qui vous parle il a l’œil pour les bons morceaux, d'ailleurs, c'est de famille. Il prononcera ensuite la plus grande phrase du cinéma :

"J'adore la ville de Dallas parce qu'ici on aime la bonne viande"

Ce que je ne vous ai pas dit au départ, c'est que les deux gros cons de l'introduction qui se sont fait tronçonner la gueule étaient en communication téléphonique avec une radio locale. Leur meurtre a donc été enregistré sur les bandes de la radio. C'est ce qui mettra notre lieutenant qui mènera l'enquête en relation avec la fille de la radio. Lui était de la famille de Franklin du premier épisode, et est persuadé que la famille cannibale court toujours et que ces meurtres portent leur signature. Ça devient lourd et pesant ? Alors on continue.

Pendant que Drayton Sawyer rentre à la maison, Leatherface et son drôle de frère Chop Top (joué par Bill Moseley que l'on retrouve dans La Maison des 1000 morts sur Culturemania) rendent visite à la fille de la radio. Chop Top a fait le Vietnam et porte une morceau de crâne fabriqué en plaque métallique. Il se la gratte avec un cintre en métal chauffé à la flamme de briquet. A chacun son hobby. Mais la fille de la radio s'en sortira, car Leatherface aura de la compassion, voire de l'attirance pour elle.

preview

Son collègue ayant été défiguré et enlevé par les deux hurluberlus, elle décide de se lancer à leur poursuite. Elle va alors plonger en enfer. La famille cannibale a élu domicile dans un sous-terrain dégueulasse rempli de corps, de crânes de tripes et d'ossements. La viande, encore la viande. Sawyer insiste sur le rendement, les gens raffolent de sa cuisine là-haut. Il faut toujours plus de viande. Et il faut choisir les bons morceaux. Donc voilà, ça fini en apothéose avec le retour du Lieutenant armé de 3 tronçonneuses bien décidé à venir à bout de cette monstrueuse famille. Je regarde l'heure, et je crois qu'il est temps de sonner l'heure du dîner à grands coups de cloche.

preview

Papi il a un régime liquide qui lui permet de rester frais comme un rose ! Avant, tous les printemps, la firme Atlas organisait un immense barbecue en l'honneur de Papi. C'est lui qui nous a tout appris ! On a été élevé dans la VIANDE. Mais chez Atlas ils se sont automatisés. Ça l'a rendu fou l'Papi de voir le boulot salopé comme ça. Le broyage, le concassage. Rien à faire. Alors il a pris sa décision : un matin, le Papi, il est plus allé travailler. Ça a été la chute libre. Mais c'est pas tout, au boulot les enfants. Encore autour de la table dans un décor des plus macabre. AMÈNE LA GONZESSE ! AMÈNE-LA PUTAIN DE DIEU ! Grand-père il va t’assommer d'un seul coup ! Attention ça gicle de partout, faut faire très attention. Bon Dieu tiens-lui la main. Assomme-la papi, assomme cette connasse ! AhahahahahahaaaaaaaaaaaaaaaaaahHHHGR
Mais n'est pas fou qui veut, c'est un métier, Papi le sait, et le talent ça ne s'achète pas dans une magasin de tronçonneuses.

Article écrit par Culturemania le lundi 05 janvier 2015 à 20:46

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Blair Witch 2016

Le Projet Blairwitch, ce fut tout simplement un traumatisme filmique de mon adolescence et l’équivalent pour le camping sauvage de ce que furent Les Dents de la Mer aux baigneurs quelques années plus tôt. Ce Blairwitch là est sensé en être la suite. Je sais, on a déjà parlé de ce film sur ce site, ainsi que de son illustre grand frère. J’ai juste, d’une part, envie de m’attarder sur ce qui différencie les deux films, et d’autre part envie de rire un peu de ce résultat, pas minable non plus mais tellement bancal en comparaison. Chronique d’une démystification assurée.

cover

Cabin Fever vol 3 Patient Zero

Et voilà, la fin de la trilogie s'approche, et on ne s'en porte pas plus mal. Cette fois, c'est au fin fond des Caraïbes que la plaisanterie va s'installer. Un mariage foireux et une virée sur une île supposée déserte, il n'en faut pas plus à Dobs, Josh, Penny et Marcus pour passer du statut de plaisanciers à celui de victimes du virus qui déchire la peau.

cover

Les invités de mon père

Pour continuer notre traversée intrépide des films avec Fabrice Luchini, je vous propose une nouvelle comédie bien Française : Les invités de mon père. Je vous préviens tout de suite, il n'a pas le rôle principal, et malgré que cette information m'ai courroucé, j'ai tout de même pris la peine de regarder le film, car un film avec Luchini reste un film avec Luchini. Et une tautologie reste une tautologie. On n'a jamais été aussi proche de la fin.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !