cover

Nebraska

Article écrit par Culturemania le mercredi 16 novembre 2016 à 22:19
likes
1 personne a aiméAdd Like
Il y a des choses qui sont comme ça. Plus on en apprend sur elles et plus on les déteste. Et on finit par totalement les rejeter. Le fonctionnement de la publicité est un bon exemple. Au départ on trouve ça drôle, rigolo et plutôt sympathique. Puis on commence à comprendre et on met un autocollant "Stop Pub" sur notre boite aux lettres. Et finalement, on exècre complètement le concept lorsqu'on se rend compte qu'il nous asservit de par sa présence absolue. Et parfois, on exècre encore plus la publicité lorsqu'elle fait briller les yeux d'un vieux papy grincheux qui a décidé de lui accorder toute sa confiance.


Réalisateur : Alexander Payne

Cast : Bruce Dern, Will Forte, June Squibb

Nationalité : Américaine

Je voulais regarder un road-movie et je suis tombé sur Nebraska. J'ai toujours adoré les sujets sur l'Amérique profonde. Ils sont tellement plus intéressants que ceux sur l'Amérique des cocktails, des casinos et des gens trop bien coiffés. C'est l'histoire de la famille Grant. Le père est un vieux schnock qui n'aime pas trop parler. Il parait qu'il est alcoolique, mais bon, la bière, c'est pas boire. Mais enfin, il boit. Un beau matin, il reçoit un coupon publicitaire lui annonçant qu'il a gagné 1 million de dollars. Il se met alors dans la caboche d'aller chercher son million de dollars au siège de l'entreprise qui lui a envoyé ce coupon. problème : elle se situe à Lincoln dans le Nebraska. La famille Grant vit elle au Montana.

preview

C'est parfait pour le vieux. La vieille est tellement chiante que c'est une bonne excuse pour se tirer de là. Le problème est que l'ancien ne conduit pas, ce qu'il l'amènera à se faire rattraper par les flics alors qu'il marchait sur l'autoroute en direction du Nebraska. Finalement, c'est son fils qui va céder et décider de l'amener là-bas tout en sachant que ce coupon gagnant n'est qu'une belle arnaque. Son boulot à la con consiste à vendre des systèmes de son aux gens. Tu parles d'un boulot, il peut bien s'absenter quelques jours même si il sait que son père veut gravir un escalier sans dernière marche. Au pire, il va gagner quoi... une casquette ?

Tu boirais aussi si t'avais épousé ta mère !
preview

En voiture Simone. Il va falloir s'arrêter de temps en temps pour pisser au bord de la route et aussi pour boire un bière au bistrot crasseux du coin et vérifier aussi que le vieux respire toujours. La mère va pas rester à la baraque bien longtemps et va les rejoindre, tout comme le frangin interprété par Bob Odenkirk, le mec qui joue Saul Goodman dans Breaking Bad ! Better call Saul !! D'ailleurs, celui qui joue le rôle du frère principal est le même gars qui joue dans la série The last man on earth.
Bon, tout ça ne sert pas à grand chose et surtout ne nous dit pas si le vieux va réellement gagner son million. On finit par vraiment se poser la question. Et on est pas les seuls, car sur la route se trouve la ville d'enfance du mal coiffé. Là vivent encore toute l'Amérique profonde représentée par l'oncle, les cousins, les neveux et tout le bazar. Ça pèse autour de la table, et on sent que l'aspiration du canapé ne date pas d'hier. Les gens du coin son gros, n'ont pas de boulot et vivent chez leurs parents. Alors mettez au milieu de la meute un vieux croulant qui va gagner un bon million et observez. Vous verrez que notre espèce est pire que les vautours. Car les vautours eux, ont au moins la décence d'attendre que la proie soit morte pour commencer à la dépouiller.

Ouvrez bien tous vos oreilles : vous pouvez tous aller vous faire foutre !
preview

C'est un univers que j'adore. Le film dure presque 2 heures et j'aurais voulu qu'il en dure 2 de plus. C'est tout en noir et blanc, les dialogues sont souvent lents mais cultes ! Le vieux n'est pas du genre à faire des phrases trop longues : quelques mots suffisent pour l'essentiel. Quand à la vieille, elle parle sale, très sale. C'est une toute petite femme qui envoie des mots bien crades dans la gueule de tous les petits avortons qui osent lui manquer de respect. Et elle a la critique facile. Dans ces petits patelins, tout le monde connait tout le monde et tout le monde dit du mal de tout le monde. Comme disent les vieux : les villages n'ont qu'une oreille. Allez, demain on sera surement à Lincoln et on va aller chercher ce putain de million de dollars. Je veux ma camionnette.

Est-ce qu'il a Alzheimer ?
Non, il fait simplement confiance aux gens.
Article écrit par Culturemania le mercredi 16 novembre 2016 à 22:19

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Maman j'ai raté l'avion

Il y a un truc que j'aime bien faire chaque fin année. C'est un peu mon petit rituel à moi en lien avec ce satané esprit de Noël. Faire le sapin ? Non. Faire ma lettre au vieux barbu ? Non. Faire une liste de bonnes résolutions ? Encore moins. Regarder Maman j'ai raté l'avion ? Et ouais. Certains trouvent une magie dans les musiques de Disney, d'autres dans d'affreux magasins remplis de guirlandes et de couillons. Moi, cette magie, je la retrouve dans la baraque de Kévin McCallister dans ce quartier de Chicago où par malchance il ne se passe jamais rien.

cover

La famille Bélier

Je m'appelle Paula Bélier, comme le bélier. Je sors tout juste de la séance alors je vais essayer de mettre de l'ordre dans mes idées. Il était présenté comme le nouveau Intouchable, comme s'il suffisait de mettre un handicap dans un film pour en faire un futur nominé des Césars. Bien peu n'en faut si vous voulez mon avis. Même si je trouve que le cinéma décide soudainement de beaucoup s’intéresser aux estropiés, aux sourds ou aux aveugles. Mais là n'est pas la question, la question est de savoir si c'est un bon film ou pas, peu importe ce qu'en ont dit les autres avant (qui d'ailleurs se permettent parfois d'avoir un avis avant de l'avoir vu... ça me dépasse).

cover

Away we go

Beaucoup de films d'horreur depuis quelques jours, peut-être trop. Mais bon, on ne revient pas sur le passé, mais par contre, on peut passer à tout autre chose aujourd'hui. Et c'est le cas avec Away we go, où l'on va suivre les aventures de Burt et Verona, qui se demandent bien où se trouve leur vie. Chacun a un métier qui lui permet d'habiter n'importe où. Mais ce n'importe où doit bien être quelque part.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !