cover

No Escape

Article écrit par Culturemania le samedi 28 novembre 2015 à 19:49
0 personne a aiméAdd Like
C'est sorti il y a déjà quelques temps au cinéma mais comme ça ne devrait pas tarder à voir le jour en DVD ou en VOD, disons que je suis dans l'actualité, ce qui n'est pas un précepte ici sur Culturemania. No Escape fait parti des films qui mettent en apnée mais surtout qui donne envie de voyager dans les pays instables. Si Tintin va foutre la merde au San Théodoros, c'est en Thaïlande que Jack Dwyer va débouler avec toute la petite famille. Bienvenue au Lotus Impérial.


Réalisateur : John Erick Dowdle

Cast : Owen Wilson, Lake Bell, Pierce Brosnan...

Nationalité : Américaine, Thaïlandaise

Au début, tout ne se passe pas si mal. Le vol de Pacific Air est moyennement agréable mais le mec de la rangée de derrière est plutôt sympa. Jack, Annie et leurs deux filles passent le temps comme ils peuvent à ramper sur le sol et à se demander si le boulot de papa qui les conduit dans ce pays si lointain sera vraiment mieux que le précédent. Et ce n'est qu'à l'arrivée à l'aéroport que je réalise que le gars de la rangée de derrière, Hammond, n'est autre que ce cher Pierce Brosnan !

preview

Ce type a l'air d'être un habitué du pays et leur file quelques tuyaux pour pour ne pas trop se faire arnaquer. Il ressemble à un vieux roublard, presque guerrier. Le Lotus Impérial est en vue. Claire la plus petite veut aller nager mais avec une dizaine d'heures de décalage dans le buffet, vous ne voulez pas plutôt vous reposer ? Surtout que tout est sur le point de dégénérer. Pour l'instant tout est calme, mais on sent que la fête sera bientôt terminée pour tout le monde.

preview

Quand je disais qu'au début, tout ne se passait pas si mal, j'ai menti. Car le film s'ouvre sur un coup d'état par le meurtre du premier ministre. A ce moment-là, les Dwyer sont arrivés et Jack est à la recherche d'un journal américain. Ce sera sa dernière promenade les mains dans les poches car très vite, il va se retrouver bloqué entre une horde de rebelles et une horde de flics. C'est officiellement le bordel et Jack y est mêlé jusqu'au coup sans encore comprendre pourquoi.

preview

Et c'est pas peu dire. Sa tête est même personnellement mise à mort : ça lui apprendra à bosser pour des multinationales sans scrupule comme Cardiff, mais je ne vous raconte pas toute la supercherie de ces sociétés, Hammond le fait tellement mieux. En tout cas, il va falloir sauver la petite famille de tous ces sauvages sanguinaires. Commence alors une course poursuite qui m'a vraiment fait penser au jeu Uncharted 2. Voir Jack se cacher dans un buisson ou attraper une brique pour faire diversion est un sacré clin d’œil à Nathan Drake non ? Quoi qu'il en soit, les rues sont à feu et à sang. Les méchants tuent les gentils même si pour les méchants, les gentils sont aussi les méchants. Au final, un méchant est un gentil qui veut sauver la vie de sa famille en tuant ses propres méchants qui croient être les vrais gentils. C'est toujours le même merdier, mais ça va être tendu pendant plus d'une heure. Heureusement, ce bon vieux Hammond va arriver à la rescousse mais ça suffira peut-être pas. Et pour finir, une dernière chose : Good Morning Vietnam !

Article écrit par Culturemania le samedi 28 novembre 2015 à 19:49

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Knock Knock

Sur les collines d’Hollywood, les gens vivent en paix. Ce sont de petites familles tranquilles, papa, maman, des enfants bien élevés et de préférence blancs, un chien de préférence noir, un jardin de derrière bien tondu et une porte d’entrée bien sécurisée. L’alarme n’a jamais sonné et le jardinier n’a jamais volé. Papa est architecte, maman expose des œuvres d’art, le pognon coule à flot et le sang reste bien au chaud. Rien ne tâche, la maison doit rester propre et les enfants aussi. Mais par une nuit pluvieuse, un simple ding-dong de la sonnette va venir bousculer tout ça et remuer la merde.

cover

La Belle et la Bête

Qui ne connait pas cette histoire, au travers d’une de ces déjà nombreuses adaptations ? Pourtant, Christophe Gans décide d’en faire une version française des années 2010. Même si c’est gonflé, on se dit que le bonhomme est probablement un des rares à pouvoir le faire, d’une part parce qu’il n’en est plus à son coup d’essais, et d’autre part car il n’a jamais été soumis aux figures imposées du cinéma français de ces dernières années.

cover

Star Wars 7 : le réveil de la Force

Réaction à chaud garantie avec un taux minimal de spoiler. Si on arrive à laisser de côté l’infernal mais habituel tapage médiatique et mercantile, on ne pouvait qu’être impatient de voir comment Hollywood allait bien pouvoir manœuvrer ce monumental engin qu’est Star Wars. Peut importe que celui qui finance soit Disney, Universal, la Hammerfilm ou Vincent Bolloré, l’avenir d’une des plus juteuses licences du cinéma est en jeu, soumise à nos appréciations passives de consommateurs. Alors, comment satisfaire tout le monde ?

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !