cover

Nymphomaniac Vol. 1

Article écrit par Culturemania le vendredi 09 mai 2014 à 12:03
0 personne a aiméAdd Like
Il n’y a presque pas eu d’image, et pourtant, on fait déjà partie du film. Le premier volume, comme si le découpage en volumes était volontairement pensé pour nous faire subir une frustration en attendant la suite. Mais commençons par le début, Rammstein résonne et il me semble qu’il est l’heure de boire un peu de thé.


Réalisateur : Lars von Trier

Nationalité : Danois , allemand , français , belge , britannique

Cast : Charlotte Gainsbourg, Stellan Skarsgård, Stacy Martin, Shia LaBeouf, Christian Slater, Jamie Bell, Uma Thurman, Willem Dafoe

preview

Le titre annonce la couleur, et pourtant. Il débute lorsque Seligman, un vieux célibataire du genre à se couper les ongles en commençant par la main droite, ramasse Joe couchée par terre et dans un sale état. Seligman va lui servir du thé, mais comme il ne sert pas le thé dans la rue, il la ramène chez lui. Elle est persuadée d’être la pire des mauvaises personnes. Commence alors une analyse du parcours de Joe et de son entrée dans la nymphomanie. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, c’est très poétique. Il y a sans cesse ce parallèle entre les histoires de Joe et les anecdotes du pêcheur à la mouche qu’est Seligman, avec un respect mutuel sans faille. Parfois, tous les poissons ont faim, et mordent tous au même moment. La pêche est alors excellente. Mais parfois, c’est comme s’ils avaient passé l’heure du repas, et aucun ne mordra à l’hameçon. Aussi, les gros poissons sont les plus difficiles à attraper, car ils sont toujours dans l’endroit de la rivière le plus adapté à leur survie. Seligman fait le miroir à tout ça avec ses histoires à lui, et dédramatise. Si l'enfer existe, il n'a quand même pas été créé pour accueillir Joe.

C’est peut-être mon seul pêché
preview

Et les histoires de Joe vont s’enchaîner sous forme de chapitres. Il y a ici un homme dans un train. Appelons-le monsieur S. Il voyage en première classe, a l’air assez riche et propre sur lui. Mais il semble pressé. Alors pourquoi cette personne qui a l’air d’avoir une vie où tout est calculé et tout prévu a-t-il besoin de se dépêcher ? Etrange concept qu’est l’inattendu pour ce type d’homme. Mais il se trouve que pour se rapprocher avec sa femme, ils ont décidé de faire un enfant. Or, ce soir est le meilleur moment côté ovulation pour la fabrique du dit enfant. Mais monsieur S est en déplacement, et doit donc sauter dans le premier train pour rejoindre son foyer. Et que peut-il arriver de pire à ce monsieur S entre ce moment et celui où il retrouvera sa femme ? Que peut-il craindre le plus ?

A ce moment-là dans ce même train, deux filles sont en train de s’adonner à un petit jeu : celle qui se tapera le plus de passagers gagnera le sac de bonbons au chocolat. Le score est de 5 à 3. Joe est à la traîne. Mais les règles changent. Elles se retrouvent face à cet homme qui parait imperturbable. 5 points seront attribués à Joe si elle arrive à se faire celui-ci. L’enjeu est de taille. Alors, Joe rentre en scène et que le travail commence. Mais même si pour cet homme la pire crainte était de décharger juste avant de retrouver sa femme, croyez-moi que c’est Joe qui se régalera de son sac de bonbons au chocolat à l’arrivée du train.

Les comportements de Joe seront ensuite comparés par Seligman au principe fondamental de la polyphonie. Des mélodies différentes jouées en même temps pour créer un ensemble parfaitement harmonique. Même si l'on peut voir Joe passer du temps avec son père qui lui parle inlassablement des arbres, l’ensemble est globalement très noir et la descente aux enfers inévitable. Mais le volume 1 s’achève, la frustration s’installe en attendant Nymphomaniac Vol. 2, et on comprend alors qu’on ne peut pas combattre un lion et moucher ses enfants en même temps.

Article écrit par Culturemania le vendredi 09 mai 2014 à 12:03

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

GoodBye World

Un sacré film en perspective ! J'aime bien les films de fin du monde, où tout espoir est inutile et où l'action ne se passe pas dans les bureaux du gouvernement mais dans la petite vie de monsieur tout le monde. GoodBye World n'a pas l'air d'un film grotesque par son budget, et semble mettre l'accent sur les vraies questions qu'on se poserait tous si la fin du monde tel qu'on le connait nous était enfin arrivée. Mais... non, je vous laisse encore mariner, voyons si les promesses sont tenues. Ça ne s’annonce pas si mal.

cover

La Belle et la Bête

Qui ne connait pas cette histoire, au travers d’une de ces déjà nombreuses adaptations ? Pourtant, Christophe Gans décide d’en faire une version française des années 2010. Même si c’est gonflé, on se dit que le bonhomme est probablement un des rares à pouvoir le faire, d’une part parce qu’il n’en est plus à son coup d’essais, et d’autre part car il n’a jamais été soumis aux figures imposées du cinéma français de ces dernières années.

cover

Fright Night 1985

Cela fait trop longtemps que le crade n'est pas venu dégueulasser Culturemania. Si on veut du bon dégueulis, du bon gueulard et du bon qui dégouline, il faut forcément remonter dans les années 1980. Parfait, Fright Night, qui a aussi sa version récente de 2011 puise ses sources en 1985 dans l'esprit de Tom Holland qui a entre autres réalisé des adaptations TV des nouvelles de Stephen King. Le mot magique est lancé, ici, les vampires vont sonner à la porte, et c'est maman qui va les inviter à rentrer.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !