cover

Nymphomaniac Vol. 2

Article écrit par Culturemania le lundi 12 mai 2014 à 12:50
0 personne a aiméAdd Like
Retrouvons Joe et Seligman à l'endroit ou nous les avions laissé, c'est-à-dire dans la chambre sordide de l'appartement sans vie de Seligman. Joe est toujours alitée, lui toujours assis sur sa chaise, et le récit des aventures de Joe va continuer. Attention, car si le volume 1 pouvait déjà paraître cru et violent, il ressemble à un picnic à côté du volume 2. Les enfants, quittez cette page, ne lisez pas ce qui va suivre, l'humanité n'est pas ce que vous croyez, et son apogée est abominable.


Réalisateur : Lars von Trier

Nationalité : Danois , allemand , français , belge , britannique

Cast : Charlotte Gainsbourg, Stellan Skarsgård, Stacy Martin, Shia LaBeouf, Christian Slater, Jamie Bell, Uma Thurman, Willem Dafoe

preview

On pourrait résumer Nymphomaniac Vol. 1 à des folies de jeunesse. Bien que ce serait réducteur. Seulement voilà, ces folies ne passent pas, et ne vont pas aller en diminuant. Joe va nous plonger encore un peu plus dans la détresse de sa maladie, et elle ne va pas nous ménager. On la retrouvera alors dans une sordide petite salle d'attente, avec quelques autres femmes. Puis un homme vient, et appelle l'une d'entre-elles. Est-ce un médecin ? Le dentiste du quartier ? Le gynécologue ? Eh bien en un sens, ce bonhomme est un peu tout ça. Sauf qu'il a la fâcheuse tendance à attacher ses patientes avec des sangles. La suite, je n'ose même pas l'écrire, Joe vous le montrera, car comme on dit, mieux vaut une bonne image qu'on long discours. Seligman écoute toujours impassible ses histoires, et ce sera alors l'occasion d'en apprendre un peu plus sur cet homme. Pourquoi est-il si impassible, voir stoïque face à ses histoires ? Il nous expliquera tout ça. Tout comme il nous expliquera sa vision de l'église Catholique occidentale, qui met en avant la violence, et l'église Orthodoxe qui prône le bien être. Les 39 punitions de Jésus, multiple de trois. Tout prendra alors un certain sens, et comme la pêche à la mouche était un miroir aux histoires de Joe, l'Eglise le sera dans ce deuxième volume.

Je crois que je vais m'arrêter là car je ne vois pas comment parler de ce film sans vous dégouter tout en vous dévoilant son intégralité. Je ne peux pas vous parler du canard silencieux par exemple. Mais les situations vont s'enchaîner pour ne jamais s'améliorer, jusqu'à en arriver au point où Seligman retrouve Joe allongée par terre dans un salle état. La boucle est bouclée. Mais ce n'est pas encore fini, et la dernière minute réserve bien des surprises. On croit connaître les gens et puis...

Article écrit par Culturemania le lundi 12 mai 2014 à 12:50

Commentaires

Outch ! Celui-là entre dans ma catégorie qui donne envie de regarder un Disney juste après. A la fois dérangeant, marquant et pourtant pas dénué de sens, ce qui est plutôt rare dans cette catégorie. Finalement pour moi ça n’est pas tant le contenu brut que la façon de l’amener, de le mettre en scène et de le filmer qui rend surtout la seconde moitié difficile. Il n’empêche que les réflexions qui planent sur la morale, la norme, le sexisme et autres peuvent faire cogiter un peu, et amène une petite dimension de plus au film. J’aime bien l’intro du premier film, très destroy et sexuée sans être explicite, très talentueux. A l’inverse, la toute fin me laisse très perplexe, c’est très décevant de finir tout ça sur un pseudo coup de théâtre finalement très cliché, avec un sens douteux, pas à la hauteur du reste. Bref drôle de film, à ne pas mettre entre toutes les mains, qui a de quoi faire discuter, ce qui pour moi suffit à le rendre digne d’intérêt. Je n’irai pas me le refaire juste pour le fun quand-même.

Ecrit par Sowilo le lundi 26 décembre 2016 à 19:09

Je suis assez d'accord, le coup de théâtre final était assez inutile. Et le volume 1 est bien meilleur que le volume 2. Les réflexions et métaphores de Seligman y sont plus intéressantes.

Ecrit par Vincent le lundi 26 décembre 2016 à 22:07

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

The Hateful Eight

Quelqu'un m'a dit récemment : "Les films de Tarantino je les regarde pas, c'est toujours trop long". Et nous voilà retombé dans le culte qui détruit notre époque, celui de l'immédiateté, de l'instantané, du tout tout-de-suite. La vie est longue et pourtant on l'aime bien, la preuve c'est que l'on cherche sans cesse à la rallonger et qu'on touchera très vite la question de l'immortalité. Alors c'est trop long ? C'est irrecevable car c'est un simple argument de paresse. J'aurai préféré l'argument : "c'est trop de la merde ce qu'il fait", car on est en droit de supposer que celui qui dit ça a pris la peine de s'emmerder suffisamment pour en arriver à cette conclusion. Mais moi, je trouve justement que les choses doivent avoir le temps de s'installer et que comme je le dis souvent, l'auteur doit faire la moitié du boulot, et c'est au spectateur de faire l'autre moitié.

cover

Cinquante nuances de Grey

Et oui, il l'a fait ! C'est pas beau ? Je vous avais déjà dit que vous seriez content de me connaître. Bon ceci n'est pas légion, mais je vais sûrement pas me faire beaucoup de copines dans les midinettes et de copains dans les baveux pré-adolescents. Ou alors tout au contraire, je vais créer une communauté où je pourrai mettre toute mon intelligence au service du mal. Car si je ne percerai jamais dans le bien, c'est peut-être sur la terre des ténèbres que j'ai toute ma place. Sauron, Voldemort, ça fait trop longtemps. La gloire n'a pas de hiérarchie pour celui qui l'attrape. Alors si vous le voulez bien, les forces du mal et moi allons vous parler de la rencontre entre Anastasia et Prince de Lu.

cover

The Art of the Steal

Si vous aimez les films de braquage, vous allez aimez The Art of the Steal. Je parle de film à la Snatch, Braquage à l'anglaise ou Ocean Eleven's, ce genre de film ou des brigands assez intelligents mettent au point une stratégie brillante, mais qui va se faire doubler par une autre stratégie qui l'est encore plus, et qui nous sera résumée dans les deux dernières minutes du film.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !