cover

Ouija

Article écrit par Culturemania le mardi 27 janvier 2015 à 22:00
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Tu veux flipper, tu regardes Ouija. Tu veux sursauter, tu regardes Ouija. Tu veux crier, tu regardes Ouija. Tu veux réveiller l'chat, tu regardes Ouija. Tu veux te cacher sous tes draps en allant te coucher en priant que le diable ne vienne pas te chercher, tu regardes Ouija. Si tu crois que Ouija est un pauvre film de teenagers à la con, calme-toi et assieds-toi. Et maintenant appuie sur Play. C'est à propos de Debbie.


Réalisateur : Stiles White

Cast : Olivia Cooke (II), Ana Coto, Daren Kagasoff...

Nationalité : Américain

Laine et Debbie sont les deux meilleures amies de tout le monde entier. Si si. Déjà toutes petites, elles se mettaient autour de la table pour jouer avec la planche Ouija. Pour commencer, on fait un cercle sur la planche pour chacun des joueurs. Et après on dit : "Nous tes amis sommes réunis ici le cœur sincère. Esprits errants nous vous invoquons". Y'a t-il une présence parmi nous ?

Il ne faut jamais jouer tout seul. Il ne faut jamais jouer dans un cimetière. Et il faut toujours dire au revoir à la fin de la partie. Esprit, si tu es parmi nous, le moment est venu de te manifester. Comme on peut le voir, il y a trois règles à respecter, comme pour les Mogwaï. Et cette cruche de Debbie va enfreindre l'une d'entre-elles. Seule dans sa chambre, elle prendra la guirlande de son mur, la traînera jusque dans l'escalier, et se pendra. Debbie est morte, l'histoire peut commencer.

preview

Un jeu aux esprits, un suicide guidé par les forces du mal, un enterrement... le début parfait ! Mais attendez la suite. Laine retrouve la planche Ouija de Debbie, cachée dans le placard ( la planche, pas Debbie... enfin pas encore). Elle compte bien l'utiliser pour lui dire au revoir correctement. On ne sait jamais quand on parle à quelqu'un pour la dernière fois. De la même façon, on ne mange jamais son premier cookie deux fois. Mais ceci n'a rien à voir. Laine va entraîner trois de ses amis et sa gothique de sœur dans la maison de Debbie pour une dernière séance de planche Ouija. Il faut dire au revoir à Debbie. Pour commencer, on fait un cercle sur la planche pour chacun des joueurs. Nous tes amis sommes réunis ici le cœur sincère. Esprits errants nous vous invoquons. Debbie, tu es là ? La planche bouge, et la lumière s’éteint. Ça vous parait revu et réchauffé ? Ouais, sauf que là ça fonctionne. Le coup du miroir n'a jamais aussi fait son effet que dans le salon de Debbie. Le brûleur s'allume tout seul. Et je ne vous parle pas du coup du placard. On se cache, persuadé que quelque chose va ouvrir la porte. Ça se rapproche, je l'entend. c'est juste là.

preview

Il faudra revenir plus tard. La séance reprend. Il faut rappeler Debbie, surtout pour être sûr de ce qui lui est arrivé. Pour commencer, on fait un cercle sur la planche pour chacun des joueurs. Ce qu'il vont découvrir, c'est que l'esprit auquel ils parlent n'est pas celui de Debbie. Mais qui est-il ? Petit détails : le Ouija possède un cercle de verre qui permet de voir l'esprit appelé en regardant au travers. La chaise du bout de la table vient de reculer. Quelque chose est assis en face de nous. On peut le voir si on regarde à travers l’œil du Ouija.
Sacré Nom de Dieu, ou est passée ma couverture ??? Miaouss, rallume la lumière !!!

Article écrit par Culturemania le mardi 27 janvier 2015 à 22:00

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Big Eyes

Les années 50 étaient une merveilleuse époque, pour les hommes. Cette histoire commence le jour où Margaret quitta son mari qui l'étouffait bien des années avant que le divorce devienne un phénomène de mode. On est en Californie, et Margaret roule avec ses toiles et sa fille en direction de North Beach, un quartier de San Francisco où l'on regarde l'art et où l'on écoute du Jazz en buvant ces nouveaux expressos le petit doigt tendu vers le ciel.

cover

The Devil's Rejects

Vous avez comme moi jubilé devant La maison des 1000 morts ? Alors d'une, vous faite désormais parti de mes meilleurs amis, et de deux, on va encore s'en payer une bonne tranche avec la suite ! Oui, car il y a TOUJOURS une suite ! Je vais devoir me retenir car je pense que je pourrai écrire des pages et des pages sur cette merveilleuse famille. Otis, Baby, Tiny, et surtout, surtout, le Capitaine Spaulding ! Quelle extase mes aïeux ! Vite vite vite, ne perdons pas de temps.

cover

Massacre à la tronçonneuse 2

Ah, je vous avais dit que je reviendrai pour le deuxième épisode, et me voilà donc, je ne vous ai pas menti ! C'est pas beau ça ? Vous êtes pas content de m'avoir connu ? Bon trêve de plaisanterie, et place au massacre si vous le voulez bien. On dit qu'on reconnait une fête foraine à ses couleurs. Moi je dis qu'on reconnait une tronçonneuse à son armature. Le rapport ? Aucun, mais Leatherface va nous faire voir si leur sang est rouge ou blanc.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !