cover

Seul sur Mars

Article écrit par Culturemania le mercredi 21 octobre 2015 à 21:17
likeslikeslikeslikes
4 personne(s) ont aiméAdd Like
Hier soir, c'était l'avant-première de Seul sur Mars. Mais on n'était pas seul dans la salle. Matt Damon ne décevra point. Souvenez-vous de Will Hunting ou encore Les Joueurs ou encore le film où il achète un Zoo. Et là, il est astronaute mais c'est avant tout un sacré botaniste. Un peu de terre, un peu d'eau, un peu de merde. Par besoin de carte ou de chapeau pour faire de la magie. On va voir pourquoi cela va faire toute la différence.


Titre original : The Martian

Réalisateur : Riddley Scott

Cast : Matt Damon, Jessica Chastain, Kristen Wiig...

Genre : Science fiction

Il est presque 19h et la salle est bondée pour un mardi soir. Mais les sièges sont bien espacés et personne ne semble bouffer du pop corn à moins de 10 mètres, donc tout s'annonce bien. L'histoire est celle d'une équipe envoyée sur Mars pour faire des choses très importantes. Sur place, il y a leurs vaisseaux, quelques engins et une base qui ressemble à un loft de plusieurs pièces (notez la contradiction). Il a l'air de faire beau sur Mars la planète Rouge, mais une affreuse tempête approche. La pression sera trop forte pour le vaisseau et un décollage en catastrophe est le seul moyen de sauver sa peau et ses tripes et ainsi pouvoir espérer remanger un jour une salade bio. Manque de bol, l'un des cavaliers est trop loin du vaisseau et se fait planter par une sorte de tige métallique. Il s'écroule. L'équipage l'estime mort, le vaisseau décolle. La prochaine mission est prévue dans 4 années. Au secours.

"Nous avons dû nous résoudre à annuler la mission. Et pendant l'évacuation, l'astronaute Mark Watney a trouvé la mort."
preview

Il s'appelle Mark Watney et il a l'air de sortir de 3 ans de salle de gym. Eh oui, le bougre est toujours en vie. Il rejoint bien vite la base, les autres sont déjà sur le retour. Un problème à la fois, le premier étant de s'opérer à vif pour retirer cette saleté de tige de son bide. C'est sale, ça saigne et les gens baissent les yeux dans la salle. Le problème suivant sera de faire un point de la situation. Il est tout seul sur la planète Rouge, considéré comme mort et avec des ressources en eau et en bouffe limitées. Ce qui traîne dans les placards lui permettra de tenir un nombre limité de jours. Mais ce cher Watney ne va pas en rester là, et c'est à ce moment que j'ai vraiment cru que ce film allait être un flop ou tout serait tourné au ridicule par un Mister California qui sait tout faire et peut tout entreprendre sans peur ni sans aucune humilité.

"In your face Neil Armstrong!"

Mais non, car c'est justement là qu'on est scotché au siège et qu'on bascule dans un autre monde pour s'incliner devant la magie du cinéma lorsqu'il est bien réalisé. Dans ta gueule Gravity. La chance de Watney est d'avoir des pommes de terre sous vide ainsi que les restes de merde de tout son équipage. N'oubliez pas que le coco est botaniste, alors donnez-lui de la terre, de la merde et un peu d'eau et il vous fera pousser n'importe quoi. Et c'est le cas ! Avec un calcul soigné et après une explosion dans sa tronche, l'eau est générée, les pommes de terre sont plantées et le temps fait son effet. D'après ses calculs et ce malgré le manque de ketchup, il survivra, si tout va bien. Et bien que la vie soit une pute, tout se déroule plutôt bien pour lui. Théoriquement, grâce à ses cultures, il a officiellement colonisé Mars. Avouez que ça n'est pas donné à tout le monde. Sauf que comme on dit, si quelque chose peut mal tourner, elle tournera mal.

preview
preview

Et puis patatra. Une couille dans le pâté et tout fout le camp. Il est foutu. Sauf s'il réussit une communication car il ne peut plus attendre 4 ans. Et que le délire commence. C'est dans ses moments-là que j'adorerai discuter du film avec des astronautes, des astrophysiciens ou autres dingos de l'espace. Ces messieurs font de la magie en communiquant avec une fabuleuse horloge hexadécimale et ce n'est que le début. Ça pourrait être grossier mais ça ne l'est jamais et seule l'intelligence de ces gens ressort de chaque scène. Et entre deux, on aura même l'occasion d'écouter du ABBA avec Waterloo. On est scié non ? Alors j'arrête là avant de vraiment vous pourrir votre future séance, mais vous aurez bien compris que c'est le film où l'on ressent le plus de plaisir à voir pousser des patates.

Article écrit par Culturemania le mercredi 21 octobre 2015 à 21:17

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Indigenous

Il y a 196 pays dans le monde. Chaque pays partage un mythe commun à propos d'une créature qui attaque et terrorise ses habitants. La moitié de la population, soit plus de 3 milliards d'habitants, jurent que ces légendes sont bien réelles.

cover

Gone Girl

Gone Girl, enfin je vais te voir. J’étais jusque-là persuadé que c’était ce fameux film sur l’engagement du mariage tiré d’une nouvelle de Stephen King. J’ai réalisé ensuite que je faisais erreur et que je confondais avec A Good Marriage qui n’est pas encore sortit. Mais le film en lui-même aurait dû me mettre la puce à l’oreille lorsque j’ai vu le fin fond de l’intérieur de son slip. Ca, du Stephen King ?? J’en doutais, et j’avais raison !

cover

Le Projet Blair Witch

31 octobre 1994, trois jeunes cinéastes partent réaliser un reportage dans la forêt de Black Hills sur la légende d'une sorcière. Ils n'en reviendront jamais. Un an plus tard, le fruit de leur travail est retrouvé... C'est ce qu'on pouvait lire sur le dos de la VHS qu'on venait de louer avec mon frère un soir de pleine lune. Une phrase occulte suivait, réelle ou venant de mon imagination. Cette phrase était : leur cassette a été retrouvé, et vous la tenez entre les mains. Frissons. On se demande bien quel Ovni on va découvrir. C'était les débuts d'Internet, et ça fourmillait déjà de sites nous persuadant que cette histoire était bel et bien réelle. Une seule chose restait à faire : insérer ce gros pavé noir dans le magnétoscope, fermer les volets et regarder. Ce qu'on ne savait pas, c'est qu'on n'allait pas seulement regarder, mais on allait étudier. visionnage après visionnage, arrêt sur image après arrêt sur image. Le débat est toujours là. 15 ans après, on en est toujours au même point, avec chacun sa conclusion et sa théorie fumeuse. Allé, il est grand temps de plonger dans les forêts sombres du Maryland, à la recherche de la sorcière de Blair.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !