cover

The descent

Article écrit par Sowilo le dimanche 21 décembre 2014 à 11:39
0 personne a aiméAdd Like
Quand on vient se fourrer dans le film de genre, on colle automatiquement à certains codes, à des principes récurrents qui nous font automatiquement ressembler à la concurrence. Et quand la concurrence est plutôt foisonnante, dur de se faire une place. Pourtant, The Descent, pour moi, au milieu des survivals de tous poils, arrive largement à sortir du lot, et reste comme un des incontournables du genre que la décennie 2000 a pu nous balancer. A vos piolets et vos cordes, on part en spéléo.


Réalisateur : Neil Marshal

Cast : Shauna Macdonald, Alex Reid, Natalie Mendoza

Nationalité : Britannique

Les premières minutes commencent fort. Paul, le copain de Sarah meurt bien violemment dans un accident de la route, ce qui devrait éveiller vos mirettes encore non avertis. Sa fille décédera quelques minutes plus tard à l’hôpital. Grosse ambiance. Du coup, Sarah n’a plus la grande forme, et il faut avouer que le spectateur n’a pas de mal à la suivre. Quelques temps plus tard, son groupe de copines sportives l’invite à une grosse sortie spéléo, histoire de lui changer les idées et de souder le groupe de fille. Et c’est ainsi que s’amorce la décente. Une fois sous terre, la tension monte insidieusement, au fur et à mesure que l’exercice devient plus périlleux que prévu et que les relations entre les nanas se compliquent, à grand coup de sous-entendus divers.

preview

Cette monté en stress est une immense force, là où la majorité des films d’horreur s’étirent en longueur et cumulent les clichés dans leur première partie. On n’évite pas les grandes étapes obligatoires de ce genre de film, mais on sent déjà qu’on ne tique pas trop sur tout ce qui les décrédibilise d’habitude dès le début. L’atmosphère de la grotte est une pure réussite, tant dans ses boyaux claustrophobes qu’au bord de ses gouffres de vides. Plus qu’un environnement, la grotte a déjà pris son rôle d’introspection, de retour au primitif pour le groupe de filles. Et pourtant, ça n’est qu’un prélude. D’abord suggéré, puis à peine entre-aperçu, halluciné ou pas, quelque chose d’autre semble guetter dans la grotte. Des choses qui feront basculer le film dans une seconde partie où la survie des filles sera bien plus difficile encore, d’autant plus si elles ne restent pas solidaires face à un danger, cette fois, clairement mortel.

preview
preview

Arrivé là, même si le film retombe un peu sur des schémas plus classiques, je vous laisse constater qu’il ne perd pas ses idées en route, et qu’il n’a pas besoin de tomber dans de la vraie grosse dégueulasserie gratuite pour rester très stressant (âmes sensibles aux moindres effets sanglant, s’abstenir quand même, ça reste sérieux). Le final ne fera pas l’unanimité, mais comme il n’a rien de hasardeux, il aura le mérite de faire discuter ou réfléchir après le film, tout en confirmant qu’il suit ses personnages avant tout, plutôt que les codes imposés par un genre.

En clair, a conseiller fortement à tous ceux qui aiment les séances de trouilles efficaces, violentes sans être outrancières en terme de gore, et avec un fond un peu plus travaillé que la moyenne du genre. On n’ira peut être pas comparer The Descent aux plus grands et aux plus novateurs de l’Histoire de l’horreur, mais il faut reconnaître qu’il sort facilement du lot et est déjà assuré d’avoir eu un certain impact, car au milieu d’un genre qui croule sous ses codes imposés, il parvient à être un bon film, tout court.


Article écrit par Sowilo le dimanche 21 décembre 2014 à 11:39

Commentaires

super, vu a la tele"

Ecrit par christian le dimanche 21 décembre 2014 à 11:46

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Comme Des Bêtes

Alors que Noël approche à grands pas, je décide de faire ma liste de cadeaux. N’ayant point de catalogues de jouets sous le coude, je me dirige alors vers un grand site internet culturel. En quête de perpétuelles nouveautés, mon choix s’arrête donc sur un dvd qui sortira bientôt : "Comme Des Bêtes".

cover

Les invités de mon père

Pour continuer notre traversée intrépide des films avec Fabrice Luchini, je vous propose une nouvelle comédie bien Française : Les invités de mon père. Je vous préviens tout de suite, il n'a pas le rôle principal, et malgré que cette information m'ai courroucé, j'ai tout de même pris la peine de regarder le film, car un film avec Luchini reste un film avec Luchini. Et une tautologie reste une tautologie. On n'a jamais été aussi proche de la fin.

cover

Ouija

Tu veux flipper, tu regardes Ouija. Tu veux sursauter, tu regardes Ouija. Tu veux crier, tu regardes Ouija. Tu veux réveiller l'chat, tu regardes Ouija. Tu veux te cacher sous tes draps en allant te coucher en priant que le diable ne vienne pas te chercher, tu regardes Ouija. Si tu crois que Ouija est un pauvre film de teenagers à la con, calme-toi et assieds-toi. Et maintenant appuie sur Play. C'est à propos de Debbie.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !