cover

The Human Centipede

Article écrit par Culturemania le mercredi 04 juin 2014 à 23:42
0 personne a aiméAdd Like
On continue notre série horreur-macabre avec la première séquence de The Human Centipède. Lorsqu'un ancien chirurgien de génie spécialisé dans la séparation des siamois se retrouve à la retraite, il se peut qu'il trouve un hobby assez particulier. Il aura pu choisir les puzzles, Candy Crush ou la randonnée, mais non. Le Docteur Heiter, lui, a choisi de continuer à faire son métier, mais par opération inverse. Explications plus bas, car c'est à vomir.


Réalisateur : Tom Six

Nationalité : Néerlandais

Cast : Dieter Laser, Ashley C. Williams, Ashlynn Yennie, Akihiro Kitamura

Nous sommes en Allemagne, sur le vieux continent. Deux petites princesses américaines se baladent dans la campagne lorsqu'elles se retrouvent complètement perdues en pleine forêt, vêtues comme pour aller à un putain de bal de fin d'année. Après avoir essuyé un vieux pervers Allemand, elle finissent par sortir de leur voiture de location pour aller chercher de l'aide. Il ne faut pas attendre de ces deux godiches d'être capables de changer un pneu crevé. Épuisées, elles finissent par apercevoir une maison dans la nuit noire. Elles s'approchent, sans savoir qu'elles se dirigent vers leur pire cauchemar. A côté, les aventures au Texas de Franklin et ses amis pourraient passer pour un pique-nique.

preview

Un homme très blanc, très grand et très bizarre leur ouvre, et les fait entrer afin de passer le coup de téléphone de l'ultime recours : la dépanneuse. Mais le Docteur Heiter est un petit chenapan, et fait seulement semblant de parler en allemand à une entreprise de dépannage. Ce renard en profite pour concocter une petite potion anesthésiante pour nos deux futures victimes. Le docteur est ravi, elles sont compatibles. Et le troisième élément arrive dans le corps d'un japonais, lui aussi compatible. Mais compatible à quoi ? Je vais y venir. Figurez-vous que cet homme curieux a l'idée quelque peu farfelue de coudre des êtres humains ensembles afin de former une seule et même entité digestive, j'ai nommé : Le Mille Pattes Humain ! Quand je vous disais que c'était à vomir. Il va donc utiliser les corps en vie de Lindsey, Jenny et Katsuro pour fabriquer sa propre création. Magistral est le moment où, tel un professeur d'université, il expose l'ignoble chirurgie à nos trois petits cochons terrorisés, attachés à leurs lits d’hôpital. L'anesthésie arrive, fait effet, et que le travail commence, Docteur.

"Je reste à l'écart des humains, je les exècre"
preview

Les voilà donc reliés. Attention, si vous venez de manger des lasagnes ou des oreilles de porcs, vous n'avez pas forcément envie de lire ce qui suit. Katsuro est à l'avant. C'est celui qui a subit le moins de dommage. Son cul a été découpé pour venir se greffer sur les joues de Lindsay, maillon central de cette nouvelle structure organique. La bouche de Lindsay joint parfaitement les muqueuses de l'anus de notre jeune japonais. L'opération équivalente à été effectuée afin de relier Lindsay à Jenny, en queue de peloton, formant alors un seul et même tube digestif. Le centipède fonctionne, vie, bouge, avance, et va devoir se nourrir. Mais surtout, il va devoir digérer. Le docteur veille, et va remplir cette chose par la bouche avant, laissant agir le système digestif du premier maillon afin que ce qu'il éliminera soit ingurgité par le maillon central, maillon central qui lui-même, ressortira le tout pour le maillon final. Des larmes, du sang, de la merde. C'est abominable. Et le docteur va suivre ça de très près. Car deux inspecteurs tournent autour de sa maison, recherchant les deux américaines. Alors que Jenny montre des formes de faiblesse qui l'amèneront vers la mort, le docteur fait aux deux autres une effroyable promesse : "bientôt, vous serez quatre".

Article écrit par Culturemania le mercredi 04 juin 2014 à 23:42

Commentaires

ton mec est un maaalaaaade

Ecrit par christian le lundi 04 août 2014 à 19:10

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Albator, Corsaire de l'Espace

Remontons un instant dans le temps. Nous sommes dans les années 80. Certains d'entre-nous viennent de naître, certains d'entre vous naîtront plus tard, et certains d'entre eux sont morts aujourd'hui. Tout ça pour dire qu'à la TV arrivait un nouveau dessin animé mettant en scène un pirate de l'espace du nom d'Albator. Il avait la classe, et naviguait dans l'espace avec une gros bateau qui en avait tout autant. Nous sommes maintenant en 2013, tout le monde est né et les morts le sont encore plus, et c'est à Noël qu'arrive au cinéma le film d'animation faisant renaître le plus grand corsaire de l'espace de tous les temps !

cover

Chef

J'avais vraiment besoin d'un autre film pour me remettre de la bouse qu'était Annabelle. Heureusement toujours à l'affiche, c'est dans la cuisine de Carl Casper de #Chef que je vais essayer de noyer mon oubli dans les profondeurs. L'affiche n'est t-elle pas Good Vibes comme ils disent ? Chaud Chaud !

cover

Père et fils

C’est vrai qu’en théorie, je n’aurais pas parié sur Michel Boujenah comme réalisateur capable de me faire franchement rire de bon cœur. Heureusement, c’est par hasard que je tombais sur son premier film.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !