cover

The Lobster

Article écrit par Nana Scleurnk le mercredi 13 juillet 2016 à 18:15
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Le homard, pour les personnes non anglophones. C’est l’animal choisi par David, le héros du film, lorsqu’il arrive dans cet étrange hôtel. S’il ne parvient pas à trouver une compagne d’ici à 45 jours, il sera transformé en homard. Cette bête-là, ça peut vivre plus d’un siècle paraît-il. C’est un bon choix, c’est sûr. Mais au fait, comment fait-on pour transformer un humain en homard ? Étrange, tout de même…


Réalisateur : Yórgos Lánthimos

Scénario : Yórgos Lánthimos

Cast : Colin Farrell, Rachel Weisz, Léa Seydoux...

Dans un futur qui semble assez proche, la société déteste les célibataires. En fait, il est même totalement interdit de vivre en ville seul. La règle, c’est le couple. Un individu seul, c’est mal, c’est dangereux, ça dérange. Et puis l’amour, c’est tellement beau qu’on ne peut pas vivre sans ! Alors quand la femme de David (Colin Farrell) le quitte pour un autre homme, myope lui aussi, il se voit dans l’obligation d’aller s’enfermer dans cet hôtel étrange, avec tous les autres célibataires. Il emmène avec lui son chien. (Enfin, plutôt son frère qui a été transformé en chien, n’ayant pas trouvé son âme sœur). Il a coché la case « hétérosexuel » et a donc 45 jours pour tomber amoureux d’une femme, qui l’aimera en retour. Le problème, c’est que les gens sont plutôt bizarres là-bas. Les femmes ne sont pas faciles à aborder. Et puis, pour pouvoir tomber amoureux, il faut avoir un point commun.

preview

Le temps passe et n’ayant toujours trouvé personne, il suit l’exemple de son ami et feint d’avoir un point commun avec une femme qu’il croise de temps en temps : ne pas avoir de cœur. Mais très vite la situation est invivable, et après quelques drames il fuit l’hôtel pour vivre dans la forêt. Il y rejoint la résistance : les célibataires, ceux qui ne veulent pas vivre en couple, qui refusent ce diktat. Ils lui apprennent à se battre car la vie est dangereuse pour eux. En effet, ils sont le gibiers de la chasse effrénée des résidents de l’hôtel : un résistant capturé rallonge d’une journée le séjour. Bref… David se rend vite compte que les résistants sont aussi extrêmes que les gens de l’hôtel, mais à l’inverse. Dans la forêt, il est interdit de tomber amoureux, d’avoir des rapports sexuels, et même de se rapprocher un peu trop de quelqu’un physiquement parlant. Cela laisse d’ailleurs place à des scènes totalement incongrues ! Oui mais voilà… David rencontre cette fille… et forcément, l’amour n’est pas bien loin...Mais ne dit-on pas que l’amour rend aveugle ?

preview
"C’est plus difficile de feindre des sentiments qu’on n’a pas que de masquer ceux que l’on a."

Bon, si vous aimez les films très concrets, très réalistes, et très raisonnables… Vous êtes prévenus : passez votre chemin… Car ce film-là est totalement inattendu, complètement loufoque, et c’est en ça qu’il est intéressant. On y trouve tout un tas de messages sur notre société et sur l’être humain que je ne détaillerai pas ici. Je trouverai ça dommage d’interpréter tout cela à la place des personnes qui le regarderont. Cela fausserait leur visionnage… Et pis ça gâcherait le plaisir, non ?

preview
Article écrit par Nana Scleurnk le mercredi 13 juillet 2016 à 18:15

Commentaires

Bon ça y est, je l'ai enfin vu ! Et bien j'ai adoré la première moitié, Collin Farrell est assez génial. Les passages musicaux entre les scènes ou pendant m'ont fait beaucoup penser à Snow Thérapy, bien chelou dans son genre aussi. Et par contre, j'ai pas trouvé terrible la seconde moitié dans la forêt. Et puis Léa Seydoux à vraiment l'air de réciter son texte plus que de jouer, je l'ai trouvé nulle à chier. L'idée est quand même bien, alors hop, je vais aller cliquer sur l'étoile jaune !

Ecrit par Vince le mercredi 20 juillet 2016 à 09:47

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Père et fils

C’est vrai qu’en théorie, je n’aurais pas parié sur Michel Boujenah comme réalisateur capable de me faire franchement rire de bon cœur. Heureusement, c’est par hasard que je tombais sur son premier film.

cover

The Human Centipede - Part 2

C'est vraiment pour clore le chapitre horreur que je rédige ce post, car ce film me pose un vrai problème. Il prouve que l'esprit des gens est vraiment dérangé. C'est à dire qu'un mec arrive, a cette idée, et propose d'en faire un film pour le diffuser au grand public. Et là, son interlocuteur lui dit bougrement oui. Y'a plus qu'à filmer, et pour nous, y'a plus qu'à regarder. Tout est en noir et blanc, choix judicieux.

cover

Vaiana, la Légende du bout du monde

Oui, je sais, je sais, j’suis en retard… Il paraît même que c’était le Disney de noël. Mais il se trouve que je viens tout juste d’aller le voir au ciné, accompagnée de Poulette qui a maintenant 10 ans, et qu’on s’est régalée toutes les deux… Il fallait donc que j’écrive un petit quelque chose ! Et puis, il a tellement de succès que je crois qu’il va rester dans les salles pendant quelque temps encore, si le cœur vous en dit…

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !