cover

The Reef

Article écrit par Culturemania le jeudi 12 juin 2014 à 19:02
0 personne a aiméAdd Like
Suzie, Kate, Luke, Warren et Matt. Cinq amis partent faire mumuse avec leur petit bateau pour aller passer un merveilleux moment au large des côtes Australiennes. Le ciel est bleu, l'eau est bleu, leurs yeux sont bleus, et la grosse bête qui va tous les bouffer sera un peu moins bleu. Plongeon imminent.


Réalisateur : Andrew Traucki

Nationalité : Australien

Cast : Adrienne Pickering, Zoe Naylor, Damian Walshe-Howling, Kieran Darcy-Smith, Gyton Grantley

Ce sont des sortes de retrouvailles entre nos cinq petits fellows, et vous allez voir, ça va être super les copains, on va prendre le bateau pour aller faire les foufous en mer avec nos masques et nos tubas. Evidemment, qui refuserai un truc pareil, surtout qu'étant en Australie, on devine que la scène se déroule dans le magnifique Queensland, non-loin de la grande barrière de corail. Alors en piste, ou plutôt à flot ! Et ho, regardez, une petite île.

preview
Après avoir fait bronzette sur l'île, il faut vite repartir car la marée descend, et le bateau va bientôt toucher le fond. Mais très vite, les problèmes vont arriver et le stress va monter. Les électrocardiogrammes vont s'accélérer très très vite. Car leur petit rafiot ne tardera pas de heurter un gros corail qui va déchirer la coque. Puis le bateau se retournera, heurté par un truc surement trop gros pour être le bienvenu. Un choix va alors s'imposer car le bateau va dériver vers le large. Aucune terre n'est en vue, mais l'île qu'ils ont quitté n'est sûrement pas très loin. La déshydratation arrivera aussi vite que les coups de soleil bien méchant. Alors il va falloir choisir : rester sur le bateau retourné en espérant le passage d'un futur héros, ou se jeter à l'eau (ah ah ah) et nager, nager, nager encore, jusqu'à essayer de rejoindre la petit île. Quatre d'entre eux décident de nager. Seulement, une fois sur l'île, que faire ? Soyez en sûr, ils n'auront pas l'occasion de se poser la question. Car dans l'eau rode un prédateur plus gros que l'homme. L'eau est trouble, et on ne voit pas ce qui peut nous frôler les jambes. Alors on remonte ses jambes sur le canapé, et on angoisse, car c'est bien tout ce qu'il reste à faire. La nage va bon train, mais la fatigue, la folie et la parano s'installe. Sorte de présage, une tortue marine approche, doucement, tout doucement. Elle a l'air de flotter, et elle a une bonne raison : son corps est déchiqueté et sa tête a disparu. La nage continue, mais la fatigue, la folie et la parano montent en flèche. L'intensité du film aussi. On est avec eux, on nage à leurs côtés, on rabat encore un peu plus nos jambes sur le canapé. L'île n'est toujours pas en vue mon capitaine, alors on nage, on nage pour oublier tous les problèmes. Jusqu'au moment ou un aileron va apparaître, au loin. L'heure du dîner approche.


Article écrit par Culturemania le jeudi 12 juin 2014 à 19:02

Commentaires

du deja vu, six copains, copines, Hannat,Alyssa,Jessica, belles tetes blondes et Matthew, Andrew,et David, bon pilote du bateau de son pére ,décident de se payer une virée dans le pacifique, au nord de la Nlle calédonie, la journée est belle et chaude, la musique est de la partie, et l'alcool va couler a flot, mais avant la fete, un bon bain est necessaire, dans une eau chaude, tous s'en donnent a coeur joie, David est resté a bord, il n'aime pas trop l'eau, sous les cris repetes et la pression de ses amis, il décide a se jeter a l'eau, un plongeon de 8 m reussi sous les hourra,quelques minutes apres, la panique va s'installer, un oubli de la part de nos copains, aucun n'as pensé a lancer par dessus la rambarde, l'échelle pour remonter, le stress, l'eau un peu fraiche et le soleil qui baise inexorablement vers l'horizon, la panique ne vas pas tarder a s'installer, sans compter que les eaux chaudes ne sont pas sures

Ecrit par christian le samedi 21 juin 2014 à 13:07

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Le promeneur d'oiseau

P-O-E-S-I-E. Ecoute un peu ton cœur, il t'apprend la TENDRESSE ! Alors ça c'était ce que chantait les Inconnus dans Douceur de Vivre, mais on va rester dans le thème. Celui de la poésie hein. Car avec ce film, on a l'impression de regarder un poème qui durerait une heure et demie. Un genre de conte à regarder un soir après un bon repas pour se mettre en condition et enfin comprendre un des plus grands mystères de notre ère : pourquoi les vaches ont l'air si apaisées lorsqu'elles regardent passer le train ?

cover

The Lobster

Le homard, pour les personnes non anglophones. C’est l’animal choisi par David, le héros du film, lorsqu’il arrive dans cet étrange hôtel. S’il ne parvient pas à trouver une compagne d’ici à 45 jours, il sera transformé en homard. Cette bête-là, ça peut vivre plus d’un siècle paraît-il. C’est un bon choix, c’est sûr. Mais au fait, comment fait-on pour transformer un humain en homard ? Étrange, tout de même…

cover

Comme Des Bêtes

Alors que Noël approche à grands pas, je décide de faire ma liste de cadeaux. N’ayant point de catalogues de jouets sous le coude, je me dirige alors vers un grand site internet culturel. En quête de perpétuelles nouveautés, mon choix s’arrête donc sur un dvd qui sortira bientôt : "Comme Des Bêtes".

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !