cover

The Taking of Deborah Logan

Article écrit par Culturemania le vendredi 28 août 2015 à 19:02
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Commencez par vérifier sous le lit et derrière vos rideaux. Allez ensuite fermer votre porte à double-tour et veillez à laisser un peu de lumière dans la pièce. C'est épouvantable. Je ne vois pas d'autres mots. L'épouvante est parfois une véritable escroquerie dans bon nombre de films qui cachent leur médiocrité derrière une phrase d'accroche qui vous promet de vous faire tomber de votre canapé. Bia bia bia, beaucoup de prêchi-prêcha, mais pas ici. Ouh non, pas ici.


Réalisateur : Adam Robitel

Cast : Jill Larson, Anne Ramsay, Michelle Ang

Genre : Epouvante-horreur , Thriller

Cette sympathique vieille dame va nous faire faire des cauchemars. Croyez-moi. J'en ai vu des saloperies de films d'horreur, je pourrai presque appeler ça une carrière, mais là, on a quelque chose.
Direction la maison de la famille Logan.

preview
"Ils veulent faire un film de tout ça"

La jeune et intrépide Mia Medina déboule avec son cadreur et son preneur de son pour réaliser un documentaire de fin d'étude sur la maladie d’Alzheimer, et sur le fait que cette maladie infâme détruit non seulement le malade mais aussi tout son entourage. Feu d'artifice ! Bienvenue chez les Logan, mère et fille. La fille Sarah est du style à porter des jeans et des chemises à carreaux en velours là où sa mère, Deborah a plus un look à aller aux dîners de la première classe du Titanic. La maison est isolée en pleine forêt, bien sûr. Faite tourner les caméras, et que le reportage commence.

preview

On va plonger dans l'horreur de la maladie d’Alzheimer qui est véritablement épouvantable. L'état se dégrade toujours plus vite que ce qu'on pourrait le supporter, et la vie n'en devient plus une. Deborah perd la boule, ère dans la maison de jour comme de nuit, habillée ou nue, sans jamais savoir pourquoi elle est là. On la retrouve parfois dans le jardin en train de creuser frénétiquement un trou, ou encore au grenier en train de faire exploser un ancien appareil téléphonique. Son visage devient momie et ses déplacements deviennent fantomatiques. Mais parfois, on la retrouve aussi en train de clouer les fenêtres car selon elle, il y a quelque chose là, dehors, et elle ne veut pas le laisser rentrer. Surtout pas.

preview

Le film devient très vite pesant et on en oublie vite de respirer. Comment arriver à dormir après cela. La petite équipe de tournage elle, pose des caméras partout dans la maison et observe au petit matin les allées et venues de cette vielle dame très maigre qui semble se comporter d'une façon de plus en plus étrange. Jusqu'au moment où la folie la pousse à s'arracher la peau et à vomir des vers de terre. Ce visage n'est plus le sien. Il y a autre chose, et Sarah s'en doute bien. Les nuits sont de plus en plus longues et sans sommeil. C'est infernal. L'état de la vieille se dégrade lui donnant maintenant l'aspect d'un cadavre suspendu par les fils de l'au-delà. Des portes s'ouvrent toutes seules dans la maison, les fenêtres se débloquent d'elles-mêmes, et la chose de dehors semble avoir réussi à prendre Deborah Logan. Il y a bien autre chose, quelque chose contre quoi les plus grands spécialistes ne peuvent rien.

Article écrit par Culturemania le vendredi 28 août 2015 à 19:02

Commentaires

y as t-il une version française

Ecrit par christian le vendredi 04 septembre 2015 à 17:53

Je ne pense pas. C'est sortit uniquement aux USA je crois. Mais le film a des sous-titres.

Ecrit par Culturemania le dimanche 27 septembre 2015 à 23:34

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Cube

Culturemania ayant quand même développé un certain penchant pour le cinéma horrifique, il me semble qu’un OVNI aussi surprenant devait y figurer. Une seule chose est sûre… vous êtes dans un cube.

cover

All Hallows Eve

C'est parce que le méchant sur la jaquette à des faux airs du Capitaine Spaulding (La maison des 1000 morts) que mes yeux ont été attiré par cette petite saleté de film. Une soirée d'Halloween, une cassette vidéo et des gosses à garder. Il n'en faut pas plus pour faire un film. Mais alors si cette fois les monstres passent dans notre salon, j'appelle à ce que la lumière nous transperce tous.

cover

Bliss

Bliss est aussi le titre d’une chanson de Muse. Mais ici, c’est le prénom de Bliss Cavendar qui se demande bien qui, à part ses culs-bénis de parents, pourrait vouloir vivre dans sa petite ville perdue dans le trou du cul du Texas. Le Texas étant souvent vu comme le trou du cul des USA, je vous laisse imaginer l’abîme. Elle bosse dans une Diner où le cochon est roi et où si l’on mange son big burger en moins de trois minutes, on n’a pas besoin de le payer, même si on le paiera de toute façon sur ses chiottes un peu plus tard. Et puis une paire de chaussures va changer la donne.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !