cover

Timbuktu

Article écrit par Culturemania le jeudi 05 mars 2015 à 22:09
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Passy est vraiment un quartier curieux. Il reste un seul cinéma dans le 16ème et ils sont pas foutus d'accepter les cartes illimitées UGC. Le pire, c'est que ce cinéma appartient à un groupe qui en détient 4 autres à Paris où la carte est acceptée. Mais pas à Passy. A Passy vois-tu, on est pas de ce bord-là. A Passy, tu payes tes 11 euros. La salle sera remplie de vieux. Bingo. On reconnait ça aux tâches de pisse éparpillées partout dans la salle. Et ils mettent le son fort parce que les vieux, ils entendent que dalle. Bon, je me permet de plaisanter un peu parce que le sujet de Timbuktu est affreusement grave et horriblement d'actualité. Une plaisanterie à 11 euros tout de même.


Réalisateur : Abderrahmane Sissako

Cast : Ibrahim Ahmed dit Pino, Toulou Kiki, Abel Jafri

Nationalité : Français , mauritanien

D'ailleurs je n'ai aucune idée de comment parler de ce film. D'abord, commencer par dire que Tombouctou est le nom d'une commune qui se trouve au Mali, et que le Mali est pays qui se trouve en Afrique. Et que l'Afrique est un contient qui se trouve sur Terre. Si si, la même que la notre, sans rire. Tout ce qui se passe là-bas nous concerne, on tourne à la même vitesse qu'eux, on a le même soleil, la même Lune (à l'inclinaison près bien sûr).

preview

Qu'est ce qu'on y voit ? On y voit différentes histoires de personnes qui subissent l’extrémisme religieux de certaines élites auto-proclamées qui ont décidé que leur interprétation de la religion est légion là où ils se trouvent. Ces gens-là font leur djihad à la con en imposant les règles de la charia, sans majuscule s'il vous plait. Par exemple tu ne fumes pas, tu te couvre, la musique est bannie, on ne reste pas exposé devant chez soi ou dans la rue, on ne joue pas au football et bien sûr, on improvise nos propre tribunaux pour juger et punir les gens qui oseraient jouer de la musique ou les femmes qui oseraient ne pas porter de gant et donc exposer leurs mains aux yeux du monde.

preview
preview
preview

Voilà, bon, je vais vomir donc je vais terminer par vous raconter la scène qui pour moi est la plus forte. Il y a toute une petite histoire sur un ballon de football devenu interdit. Cependant, les jeunes du coin on trouvé un formidable moyen de contourner le problème : jouer en plaçant un ballon de foot dans l'imaginaire collectif. On assiste à une partie où tout le monde joue avec un ballon imaginaire, et pourtant, on le voit, perdu dans la poussière soulevée par les coups de pieds dans le vide des joueurs. Super. Mais bon, si un porte-flingue arrive, il faudra vite arrêter et faire semblant de faire autre chose.

Ah et j'oubliais. Le pire a peut-être été en arrivant à la maison. Réflexe d'occident, j'allume ma télévision et tombe sur le Petit Journal. Le reportage du jour : au Tchad avec boko-haram. Les images que je vois sont à peu près les mêmes que celles du film. Et si la télé le dit, c'est que ce doit bien être vrai.

Article écrit par Culturemania le jeudi 05 mars 2015 à 22:09

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Brèves de Comptoir

- T'es bien rentré hier soir ? - Je sais pas comment on est rentré, mais on est rentré. - C'est moi qui t'ai ramené. - Tu m'as ramené ? - C'est André qui m'a dit qu'j't'avais ramené. Tout commence avec une bouteille de pinard dans un cimetière. Il est 6h30. Là on est pas mal.

cover

Snow Therapy

Une tragi-comédie familiale ? Pourquoi pas, ça résume bien ce film extrêmement bizarre et surpuissant. C'est l'histoire d'une famille parfaitement suédoise et parfaitement normale qui vient passer quelques jours de vacance dans une station de ski des Alpes Françaises. Il va se passer une truc ahurissant. Parce que lorsque Les Quatre Saisons de Vivaldi résonnent dans les montagnes, il peut arriver n'importe quoi.

cover

The Black Water Vampire

Sale histoire à Black Water. Tous les 10 ans, un cadavre de femme vidée de son sang est retrouvé dans la forêt. Raymond Banks a été déclaré coupable de ces meurtres même si ça sent le coup fourré à plein nez. Comme il le dit lui-même : toute la ville veut le voir disparaître car il sait. Il sait ce qu'ils font dans la forêt. Et ça tombe bien car la sentence de Raymond Banks est la mise à mort pure et simple.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !