cover

Un singe en hiver

Article écrit par Culturemania le samedi 21 juin 2014 à 00:58
likeslikeslikes
3 personne(s) ont aiméAdd Like
Juin 44, la guerre est sur le point de se terminer, et à Tigreville en Normandie, une chose invraisemblable va se produire. Hitler va passer dire coucou ? Non, mais Albert Quentin, patron de la Stella, va promettre à sa femme Suzanne, que si leur auberge résiste aux bombardements, il ne boira plus une seule goutte d'alcool. Pari tenu ?


Réalisateur : Henri Verneuil

Distribution : Jean Gabin, Jean-Paul Belmondo

"La rigolade s’organise"
preview

Quinze ans passent, la rue du Maréchal Pétain est devenue la rue Charles de Gaulle, et Albert n'est plus le vieil ivrogne du coin qui inonde la nostalgie de son service militaire en Chine. Il tient toujours son hôtel avec sa femme Suzanne, et a l'air de se faire chier comme un rat mort. Un soir pluvieux, un visiteur arrive et demande une chambre. Alors Albert lui donne une chambre. Que faire d'autre. Il n'y a aucune bizarrerie à chercher les waters dans un lieu inconnu. Par contre, ça risque de paraître suspect si le voyageur commence à ouvrir tous les placards des lieux à la recherche d'une chose qui ne s'y trouve plus depuis quinze ans. Oui madame, quinze ans, et pas une ivresse en vue. Mais des bonbons, toujours des bonbons. Y'a pas de bonnes habitudes, et pourtant. Le voyageur, c'est Gabriel Fouquet, il bosse dans la pub, se prend pour un torero espagnol et n'est pas manchot lorsqu'il est assis au bord d'un zinc. Il aurait pu descendre dans un grand hôtel à Deauville, ou même à Cannes, mais comme il le dit lui-même, il n'a rien à y faire. Car à Tigreville, il y vient pour sa fille, qui est dans une institution tenue par les sentinelles du seigneur, sur notre bonne vieille Terre.

"Un voyageur, c’est fait pour voyager, le temps n’a rien à voir là-dedans."
"- Les gourmets disent que c’est une maison de passe, les vicelards un restaurant chinois.
- Et vaudrait mieux que ce soit quoi pour nous ?
- Fermé."

D'aventures en rêveries, Gabriel va faire repousser des bras à Albert quand il s'agit de tenir le verre. Et c'est Ainsi qu'Albert va lui faire découvrir le Yang-Tsé-Kiang, fleuve chinois, au grand désespoir de Suzanne. Le film se termine sur un feu d'artifice, au premier degré, grâce à Landru, le tenancier du Chic Parisien, sorte de Bazar à vieilleries et bizarreries aussi vieilles que la barbe du patron. Des dialogues qui sont tous cultes, du Audiard facile à reconnaître. Tout cela pour comme souvent terminer à la gare, où les singes prennent le train, l'hiver, pour retourner vers leur chez eux alors qu'il fait toujours beaucoup trop froid.

"On cause trop, on s’déshydrate"
Article écrit par Culturemania le samedi 21 juin 2014 à 00:58

Commentaires

Tout simplement culte ! un hymne à la saoulerie joyeuse , reservé a ceux qui tiennent debout après 10 pinthes . Un régal que n'a pu égalé la pièce de théatre avec Eddy mitchell et Fred Testot , malheureusement ...

Ecrit par chaton le jeudi 10 juillet 2014 à 15:08

C'est mon cinéma...Je ne m'en lasse pas...Quels acteurs...et ses répliques, un délices !!!!!

Ecrit par Tophe le samedi 29 août 2015 à 06:14

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Albator, Corsaire de l'Espace

Remontons un instant dans le temps. Nous sommes dans les années 80. Certains d'entre-nous viennent de naître, certains d'entre vous naîtront plus tard, et certains d'entre eux sont morts aujourd'hui. Tout ça pour dire qu'à la TV arrivait un nouveau dessin animé mettant en scène un pirate de l'espace du nom d'Albator. Il avait la classe, et naviguait dans l'espace avec une gros bateau qui en avait tout autant. Nous sommes maintenant en 2013, tout le monde est né et les morts le sont encore plus, et c'est à Noël qu'arrive au cinéma le film d'animation faisant renaître le plus grand corsaire de l'espace de tous les temps !

cover

L’enlèvement de Michel Houellebecq

Il est des choses qui doivent être écrites avec une lucidité et un contrôle mental sans faille. Et puis il y en a d'autres qui méritent d'être écrites avec une lucidité aux oubliettes, une vision nocturne activée et une perception du monde furieusement dégradée. Ce soir n'est pas celui de la lune rouge mais celui du verre de rouge. Comme on dit, Dieu existe, il est mis en bouteille en France. Alors après avoir regardé ce film trois ou quatre fois, après l'avoir enregistré en piste audio sur mon téléphone et après avoir retenu les dialogues par cœur, je viens enfin vous baratiner l'enlèvement de Michel Houellebecq.

cover

Cabin Fever vol 3 Patient Zero

Et voilà, la fin de la trilogie s'approche, et on ne s'en porte pas plus mal. Cette fois, c'est au fin fond des Caraïbes que la plaisanterie va s'installer. Un mariage foireux et une virée sur une île supposée déserte, il n'en faut pas plus à Dobs, Josh, Penny et Marcus pour passer du statut de plaisanciers à celui de victimes du virus qui déchire la peau.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !