cover

Warcraft - le commencement

Article écrit par Culturemania le dimanche 25 septembre 2016 à 21:00
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Warcraft, je suis sûr que tout le monde en a aujourd'hui entendu parler. Ne serait-ce qu'à cause ou grâce à World of Warcraft, ce jeu qui a transformé votre rejeton en esclave de sa guilde tueuse de dragons et preneuse de donjons à 4 heures du matin. Mais bien avant cela, Warcraft a été un des premiers jeux vidéo de stratégie en temps réel ! Et il faut remonter en 1994 pour découvrir le premier épisode développé par Blizzard Entertainment et tournant sur MS-DOS ! Putain, je viens encore de tomber une dent.


Réalisateur : Duncan Jones

Cast : Travis Fimmel, Toby Kebbell, Paula Patton...

Genre : Castagne médiévale

Et oui, un bon vieux jeu vidéo aux graphismes hallucinants pour l'époque, sans parler des musiques et des voix toujours aussi géniales plus de 20 ans après ! Le principe était assez simple : les Orcs et les Humains devaient se foutre sur la gueule pour détruire la base adverse. Chacun devait étendre sa base, exploiter les péons en les envoyant à la mine ou couper du bois. La ressource permettait alors de construire d'autres types de bâtiments qui allaient servir à produire des bestioles et des soldats en bon nombreux pour enfin se jeter la gueule ouverte vers la base ennemie pour lui défoncer la tronche. Voilà comment ça se présentait, n'est-ce pas féerique ?

preview

Et puis il y a eu un numéro deux, encore plus beau et avec des répliques des personnages encore plus drôles grâce à des traductions assez intelligentes. Puis est venu le numéro 3 puis World Of Warcraft (je résume hein). Et aujourd'hui, on se retrouve avec un film qui sera peut-être le début d'une trilogie apparemment confirmée. L'histoire se déroule sur la terre d'Azeroth ! Tremblez ! Les Humains sont là, les Orcs aussi et visiblement, ils ne manquent pas une occasion de se taper dessus. Les humains ont un petit côté "princesse", ce qui est génial car ils l'avaient aussi dans le jeu vidéo, notamment par leurs répliques de chochottes à la façon d'un François Hollande face au terrorisme.
Mais rien ne va plus chez les Orcs qui constatent que leur monde est aride et qu'ils vont donc bientôt clamser. C'est là qu'entre en jeu le méga méchant : Gul'dan. C'est un sorcier surpuissant qui contrôle une espèce de magie incroyable qui permet de vider de toute vie celui vers lequel elle est dirigée. Ça s'appelle : le Fel. Ouais, moi aussi je flippe. Ce démoniste mangeur d'enfants va utiliser sa puissance pour générer un portail magique et unifier une Horde d'Orcs assez puissante pour aller conquérir les terres d'Azeroth où l'herbe est encore bien verte.

preview
preview
preview
Moving Attack !

Mais les princesses humaines ne vont pas se laisser faire. Il y a Lothar bien sûr, une sorte de prince de Lu reluisant mais il y a surtout Medivh qui est le gardien d'Azeroth et qui maîtrise lui aussi le fameux Fel. Donc scrogneugneu, les Orcs ne passeront pas malgré leurs corps de 500 kg et leurs massues qui en pèsent presque autant.
Parmi les Orcs, il y a Durotan le chef des Loups de Givre qui est une montagne de muscles. Sauf que c'est lui qui va avoir la bonne puce à l'oreille. Il réalise que partout où va le sorcier Gul'dan, la terre s'épuise et le sol est vidé de toute vie. Alors il y a de quoi réfléchir. Car si c'est pour défoncer les humains et leur piquer leurs terres pour que l'autre dégueulasse tout en quelques jours, c'est peut-être pas la peine et il y a de quoi se dire qu'on se trompe peut-être d'ennemi, non ? Gul'dan, Gul'dan, y'a peut-être un moyen de le faire tomber en créant un mouvement citoyen ordonné non ?

Bon allez, assez parlé, beaucoup parlent de ce film comme d'un navet absolu à 160 millions, et bien moi je l'ai trouvé plutôt pas mal et aussi très beau. La tronche des Orcs est aussi fabuleuse que respectueuse. Je suis resté sur ma faim de ne pas plus voir les nains ou quelques elfes de la nuit sortir de la forêt après minuit mais bon, peut-être viendront-ils avec les prochains épisodes. Le titre le dit : c'est le commencement. Et en effet, la fin de cet épisode amène vers bien d'autres choses. Sans compter qu'un de ces jours, lors d'un combat historique entre les Orcs et les Humains, de drôles de boules de lumières vont percer le ciel pour venir s'écraser tout autour du champs de bataille.

Article écrit par Culturemania le dimanche 25 septembre 2016 à 21:00

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Mister Babadook

Un mot un regard ne suffiront pas. Le Babadook jamais ne partira. Si tu es un enfant avisé et que tu sais ouvrir les yeux, tu te feras un ami bien singulier, un ami pour nous deux. Mister Babadook, c'est bien lui, et son livre, le voici. Un sourd grondement puis trois coups, BABABA Dook ! Dook ! Dook ! Tu peux être sûr qu'il est déjà là, ouvre les yeux, tu le verras. Il porte un drôle de chapeau, tu ne le trouves pas rigolo ? S'il vient te voir dans ta chambre, tu trembleras dans le noir. J'enlèverai mon déguisement, te voilà prévenu, et quand mon masque tombera, plus douce la mort te semblera.

cover

Les animaux fantastiques

Le cinéma américain gère désormais ses grosses licences par vagues entières de films, prévoyant à l’avance la réapparition périodique du produit à tel rythme pendant tant d’années. On a ainsi du Marvel et du DC à rythme régulier à n’en plus finir, on se rappelle de la très (trop) longue adaptation du Hobbit, Star Wars aura bientôt du mal à garder le concept d’épisodes numérotés et il n’est plus un jeu, un livre ou un prospectus à Hollywood qui ne soit susceptible de donner matière à une bonne grosse trilogie. Mais là, depuis la promesse d’une adaptation d’Angry Birds, on n’avait pas visé si haut dans l’improbable depuis un moment. Il n’y a bien que le nom de J.K. Rowling qui ait pu conserver ma curiosité. Retour chez les sorciers, sans le binoclard à la cicatrice en forme de Sowilo (roah la révélation).

cover

Père et fils

C’est vrai qu’en théorie, je n’aurais pas parié sur Michel Boujenah comme réalisateur capable de me faire franchement rire de bon cœur. Heureusement, c’est par hasard que je tombais sur son premier film.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !