cover

Dawson

Article écrit par Remix42 le vendredi 29 septembre 2017 à 01:54
likeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikes
46 personne(s) ont aiméAdd Like
La rentrée rime essentiellement avec série télé. De ce fait, une majorité d'entre vous se dirigeront vers ces nouveautés. Moi, grand nostalgique, je me penche sur un programme culte des années 90's : ''Dawson'', rediffusé actuellement sur la chaîne AB1.


La série dévoile la vie de ''Dawson Leery'', passionné de cinéma, qui fait tout pour accomplir ses rêves. Il est soutenu par ses amis : ''Joey'', ''Pacey'' et ''Jenn''. Mais lorsque l'on est adolescent et que l'on vit dans une petite ville prénommée ''Capeside'', rien n'est facile.

preview

Lorsque je re-visionne la série d'un point de vue adulte, je constate qu'elle est absolument géniale sur beaucoup de choses. Premièrement : sa relation ''hommage'' au cinéma, omniprésente par le biais des titres d'épisodes et la structure de ceux-ci via la similitude/dualité/ paradoxe entre la fiction et la réalité, qu'elle entretient.
Celle-ci s'opère en plusieurs phases. Elle peut-être visible via les affiches collées dans la chambre de ''Dawson'', par exemple. Elle peut-être aussi orale via l'énonciation de réalisateurs/acteurs/films/répliques dévoilées durant le long de la série. Elle est également psychologique/comportementale via le questionnement et ou les scènes rejouées de certains films.

Et ça, c'est génial d'avoir plusieurs degrés de lectures dans une série, car ça ne prend pas les spectateurs pour des simples consommateurs de programmes, mais pour des êtres qui pensent à ce qu'ils voient et de ce fait, ouvre un questionnement sur la relation entre la réalité et la fiction. Peut-on en dire autant des autres séries dramatiques traitant de l'adolescence ? Non.

preview

Autres points que je relève, le traitement des thèmes abordés. On y parle de la transition entre l'adolescence et l'âge adulte, de l'amitié, de l'amour, de drogue, de sexe, de l'alcool, de l'homosexualité..., d'une autre manière que les autres programmes parus à l'époque.
Et pour causes : ces thèmes sont vécus par des adolescents, qui sont toujours entourés d'une double autorité. Il y a donc l'autorité parentale qui prime en 1er abord certes, mais celle-ci est complétée d'une autorité pédagogique et déontologique via les fonctions de professeur du père et celle de la journaliste de la mère de ''Dawson'', celle de l'autorité religieuse de par la grand-mère de ''Jenn'' qui la recueille chez elle, mais aussi celle de l'autorité de la loi à travers le frère de ''Pacey'', qui est policier.

Je remarque également l'aspect psychologique assez paradoxal, octroyé à chaque personnage. ''Dawson'' réserve ses sentiments envers ''Joey'', mais fonce tête baissée quand il faut faire un film. ''Joey'' est franche, mais elle qui est passionnée de dessin, devient prude lorsqu'elle doit représenter nu son copain de l'époque : ''Jack''. ''Jenn'' a fait beaucoup de bêtises, mais assume ses erreurs, en étant intègre avec elle-même et n'est pas hypocrite envers les autres. Quant à ''Andy'', elle est brillante, mais est dépendante des médicaments, lorsque sa mère est devenue folle suite au décès de son frère et que son père abandonne le domicile familial.

Par tous ces éléments cités, je trouve que cela amène à un traitement d'une maturité plus adulte et subtile que les autres programmes émergeants à l'époque. Et c'est à mon avis, ce qui fait de cette série, un bijou inégalé en terme d'écriture.

preview

D'un point de vue musical, le générique ''I Don't Want To Wait'' de ''Paula Cole'', rentre tout de suite en tête dès sa première écoute et prouve que l'identification du programme via un générique efficace, a fonctionné.


La bande originale de la série comporte également les sublimes perles pop ''Did You Ever Love Somebody'' de ''Jessica Simpson'', ''Blame It On The Weatherman'' de ''B*Witched'' ou encore ''Not Like Other Girls'' du duo ''S.O.A.P.'', qui selon moi, enrichissent encore bien plus le programme et se démarquent par une musicalité très pop, très ancrée dans son temps, mais qui colle superbement bien à la série.

Pour conclure, ''Dawson'' a réussi l'exploit de traiter subtilement des thèmes pas faciles à aborder d'un point de vue des adolescents, sans tomber dans une certaine caricature, tout en gardant un côté réaliste, confrontant ainsi le monde du cinéma à celui de l'adolescence, le tout, parsemé de références au 7eme art. Et c'est peut-être grâce à ce traitement réaliste et mature, qui était trop rare à l'époque dans une série pour adolescents, qu'elle est devenue aussi culte qu'intemporelle. La décennie 90 a produit de jolis petits bijoux dont celui-ci, que je vous recommande fortement de visionner.


http://c.str.abweb.com/px/4/Jq95TgQm.mp4
Article écrit par Remix42 le vendredi 29 septembre 2017 à 01:54

Commentaires

Encore une fois, excellente analyse, Rémy. Je partagerais cet article dès que je rentrerais du travail.

Ecrit par Greg de Google+ le samedi 07 octobre 2017 à 07:45

Oh putain, j'me rappelais plus de cette série. Elle passe sur Ab1, mais je vais la rematter avec du recul. Ca va me faire de bons souvenirs. Merci du tuyau.

Ecrit par LailorV le samedi 07 octobre 2017 à 08:41

J'adore cette série.

Ecrit par Louisa le samedi 07 octobre 2017 à 18:52

Trop top que dawson soit rediffusé sur ab1.

Ecrit par Jaymielynn le samedi 07 octobre 2017 à 19:07

Dawson, c'était le top. Il faut plus de séries comme ça.

Ecrit par Juarnez le samedi 07 octobre 2017 à 19:31

dawson est une série merveilleuse. a quand une suite ?

Ecrit par Mickael le samedi 07 octobre 2017 à 20:46

Bein grâce à cette série, j'ai connu plein de choses sur le cinéma. Merci Dawson.

Ecrit par BillD le samedi 07 octobre 2017 à 21:24

Dawson est un mec canon. Si il ne pense plus à Joey, je suis là.

Ecrit par géraldine82 le samedi 07 octobre 2017 à 22:31

Pourquoi ils ont mis Joey avec Pacey ? alors que Dawson et Joey allaient tellement bien ensemble ?!?!!!!

Ecrit par Sirlak le dimanche 08 octobre 2017 à 08:37

j'ai hate de la revoir

Ecrit par Francine le dimanche 08 octobre 2017 à 11:14

Superbe série qui méritait qu'elle continue une saison de plus. Idem pour son spin-off ''Young Americans''.

Ecrit par Benoitdu68 le lundi 09 octobre 2017 à 09:22

Cette série est trop puritaine

Ecrit par Arnaud le mercredi 11 octobre 2017 à 09:23

J'aimais trop cette série. Bein je vais jeter un oeil sur Ab1 alors. merci de l'1fo.

Ecrit par Fab le samedi 14 octobre 2017 à 10:20

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Power Rangers

Récemment, Hollywood a annoncé la sortie d'un nouveau film sur les Power Rangers, qui paraîtra en 2017. Hein ? Heu...? Quoi ? Pardon ? Oui, oui. Vous avez bien entendu. Cette émission télévisée parut en 1993, se voit alors acquise par Lionsgate qui prévoit d'en faire une saga filmique étalée sur plusieurs années. Cette nouvelle avait alors créée l'événement, suscitée un véritable engouement, mais également un regain d'intérêt pour les nostalgiques de la série télévisée. Mais pourquoi ? Lorsque j'analyse cette effervescence, je constate que les réponses se trouvent peut-être alors dans les origines de la série. Je vais donc essayer de décrypter ce phénomène qui dure depuis plus d'une vingtaine d'années.

cover

Les Griffin

Pendant un jeudi soir très ennuyeux, je décide d'allumer la télévision pour voir ce qui se passe. En zappant, je tombe sur "Les Griffin", série télévisée d'animation diffusée sur la chaîne MCM. Ce programme qui a débuté depuis 1999 est produit par Seth McFarlane. Il raconte la vie de Peter Griffin, un Américain de classe moyenne, vivant avec sa famille dans la ville de Quahog. Entouré de ses amis, il jongle entre sa vie de famille qu'il délaisse et L'Huître Bourrée, son bar de prédilection.

cover

Stranger Things

Nous sommes à Hawkings. Savez-vous quelle est la pire chose qui se soit produite depuis quatre ans dans cette petite ville ? C'était un hibou qui avait attaqué la tête de la vieille Gillespie en pensant qu'il s'agissait d'un nid. Rien ne se passe jamais à Hawkings. Rien. Hawkings est une petite ville américaine bien tranquille. Nous sommes en 1983 et les hommes travaillent, les femmes s'occupent de la maison, les écoliers vont à l'école et les jardiniers jardinent. Et puis pas loin, au milieu des bois se trouve le laboratoire National du département Américain de l'énergie. L'histoire de cette année 1983 va nous êtres racontée à travers quatre adorables gamins qui aiment jouer à Donjons & Dragons et faire du vélo lorsque la lune est déjà haute dans le ciel.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !