cover

Zoo de Vincennes

Article écrit par Culturemania le lundi 13 avril 2015 à 20:21
0 personne a aiméAdd Like
Que l'idée semblait bonne ! Un temps radieux, une journée sans corvée et une visite un jour où avec du bol la foule aura eu la bonne idée de faire autre chose. Le zoo de Vincennes étaient fermé depuis plusieurs années et en totale reconstruction pour proposer aux visiteurs, mais surtout on l'espère aux animaux locataires, des conditions de vie sur place les meilleures possibles. Je vous promet d'essayer de ne pas trop m'énerver.


Arrivés sur les lieux, le premier constat est un peu effrayant : des bus, des bus, encore des bus. On imagine donc des classes de mioches insupportables venus en lot de cinquante pour pourrir la vie de ces pauvres animaux mais aussi des autres visiteurs qui aimeraient ressortir de là en ayant appris des tas de choses. Autre option, ces bus de l'enfer sont le dépôt des maisons de retraite qui cherchent à justifier le tarif de leurs adhésions. C'est peut-être les deux. Mais bonne nouvelle, il est déjà 15 heures et le temps de boire un coca au bar de l'entrée est suffisant pour que ces horreurs cracheurs de diesel remportent avec eux leur infâme contenu. Et bien sûr, n'oubliez pas de profiter de la climatisation, le bus ayant tourné pendant des heures à vide pour que ces messieurs dames n'aient surtout pas une goutte de transpiration qui viendrait s'étendre sur leur superbe t-shirt. Bon pour la pisse sur le pantalon, Oui, mais la sueur, Non.

Notre petite boisson radioactive terminée, on attaque la visite. Le parc est divisé en 5 continents, même si on passe de l'un à l'autre sans vraiment s'en rendre compte. Dès les premières minutes, ça pue l'arnaque. Je repense direct au docteur Malcom demandant au docteur fou Hammond s'il a des dinosaures dans son parc à dinosaures. Ah si voilà, j'aperçois les Guanacos ! L'enclos est ignoble, on dirait qu'ils sont sur une autoroute allemande. Des graviers, un peu de sable noir et des cailloux. Deux pauvres arbres qui battent en duel, et à deux mètres derrière, la route et le bruit infernal des bagnoles. Sur la gauche, les manchots se partagent un bac de flotte et trois rochers. L'un d'eux est complètement traumatisé à l'écart des autres et ne bouge pas un cil. Autour, des gosses ignobles et leurs parents attardés tapent à la vitre en les appelant, sûrement pour avoir une meilleure photo. Les manchots doivent se demander ce qui est arrivé à notre espèce. L'horreur continue parce que bien sûr, personne ne pourra supporter ces gens ingrats et complètement débiles qui ont fait la grave erreur de se reproduire. Continuons, car on change déjà de continent, le premier se résumant à un terrain vague colonisé par des détritus (je parle des visiteurs).

preview
preview

Place aux Rhinocéros blancs, qui vont par deux, toujours. Avec eux, deux ou trois Zèbres qui ne peuvent pas courir. Les hordes de mongoliens sont ici aussi, et tapent sur les barrières de bois. Mon rêve va peut-être se concrétiser à l'enclos des Lionnes et du Lion. Enclos misérablement petit lorsqu'on sait qu'en Afrique, le territoire d'un seul Lion est en moyenne de 100km². Ici, il doit faire mille fois moins. Les morts-vivant sont de retour, ils sont partout. Car le mongolien a une énergie inépuisable. Cette fois, il essaie de parler aux 'cha-cha' qui auraient bien vite fait de réguler notre espèce si on leur en donnait les moyens. Mais manque de bol, c'est pas pour aujourd'hui, car la clôture semble solide. Dommage, mais gardons espoir, les Babouins ne sont plus très loin. Je n'ai pas encore vu de créature douée d'intelligence depuis l'entrée du parc, hormis celles enfermées dans les enclos luttant à chaque instant pour ne pas finir avec un entonnoir au bout de la truffe.

Alors on est en où ? Y'a pas de plan, mais ce doit être par là. Les girafes, ah bin voilà autre chose. 13 girafes dont 3 girafons dans le même enclos, avec comme seule nourriture une ballot de paille suspendu à une grille. Il est un peu haut le ballot de paille pour les petits girafons non ? Et l'eau ? Je ne l'ai pas vu, mais j'espère qu'elle était cachée. Et les arbres, mais ils sont où putain de merde ? Je commence à me dire qu'il faudrait vraiment interdire l'existence de ce zoo. On passe les Autruches et les Oryx et nous voilà au pied du gros rocher. Anciennement le rocher des singes, maintenant c'est un gros tas de carton-pâte qui sonne creux. Devant, des babouins et dedans, le vivarium avec une vipère, une couleuvre et des tortues. N'en espérez pas plus. Le lieu est très glauque et l'environnement des bêtes... un vivarium quoi, infâme par définition.

preview
preview

Bon j'accélère pour en arriver aux pires enclos de tous, ceux des jaguars, des chiens des buissons ou des loups. Ces animaux sont absolument en train de virer gaga, répétant inlassablement les mêmes aller-retour de 5 à 6 mètres de longueur, avec l'énorme handicap de devoir supporter les humains qui se tassent devant chaque vitre. S'ils pouvaient prendre une photo avec la tête dans la gorge du jaguars, ces connards le feraient. Et là je vais vraiment devenir énervé par la colère. Alors vite, allons voir cette saloperie de volière. Malgré sa taille, n'allez pas me faire croire qu'elle suffit aux oiseaux en vol libre qui peuvent à peine se dégourdir les ailes. Oh merde t'as vu ça Roger, on est déjà de l'autre côté !! A ce stade-là, on n'a plus envie d'observer quoi que ce soit, et puis de toute façon, c'est 18h donc on nous fout dehors, le parc doit fermer. Et oui rappelez-vous, nous sommes en France. A noter que la buvette du centre du parc ferme à 16h. Au passage, un panneau annonce la présence d'un Paresseux. Chic chic aurait dit Obélix. N'en ayant jamais vu, on pose la question à un jeune zouave qui semble bosser là. Sa réponse : y'a pas de paresseux. OK. On apprendra ensuite alors qu'on avait déjà un pied dehors que si, le paresseux est bien là, et que le jeune idiot qui nous a répondu sans savoir était "uniquement" un gars de la sécurité.... Mais qui bosse dans le parc bon sang de bois !! Il est quand même censé s'intéresser un minimum à ses collègues de travail non ???

Bon voilà, globalement ce Zoo est une grossière erreur. Je n'imagine même pas ce que cela donne le week-end. Les animaux doivent nous détester et ils ont bien raison. Où que l'on aille, c'est la constante tyrannie imposée par les sales gosses et les gens qui n'ont honte de rien et sont très à l'aise à venir vous déposer une couche pleine de merde alors que vous essayez de retrouver un instant de paix en mangeant un esquimau à la vanille assis sur un banc (j'exagère un peu, mais vraiment un tout petit peu). Autre truc, les panneaux explicatifs sont très enfantins et on n'y apprend rien ! C'est le strict minimum, à croire que celui qui les a rédigé n'est même pas allé voir sur wikipedia histoire de rajouter quelques trucs. Ils ne sont traduit dans aucune langue, même pas l'anglais, ce qui serait compréhensible pour un zoo à Boudiou-les-deux-églises, mais qui est limite insultant pour une ville comme Paris. C'est con aussi mais y'a très peu de bancs, presque pas de poubelle et aucun truc interactif. Alors il y a bien sûr les animations programmées à heure fixe, mais qui veut y aller ?? C'est précisément le lieu et l'endroit où la concentration de mioches, de connards et de grosses morues sera la plus forte ! Ce n'est vraiment plus le bon endroit pour un Zoo. Mais j'ai surtout une question toute conne concernant les animaux du parc auxquels on impose une vie catastrophique :

Et si on leur foutait simplement la paix en les laissant dans leur milieu naturel ?

Article écrit par Culturemania le lundi 13 avril 2015 à 20:21

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Exposition Dessins du Studio Ghibli

Si on a tous eu une activité commune quand on était des mômes, c'est bien le dessin. Et même si nos parents nous ont menti en nous disant que c'était beau (ça plus le père Noël, ça commence à faire beaucoup non ?), on a tous eu à un moment ou un autre des pinceaux, des crayons de couleur et des feutres entre les mains. Le voyage de Chihiro, Princesse Mononoké, Mon voisin Totoro. Je pense que ces titres parlent à tout le monde. On va en découvrir les entrailles par ceux qui, contrairement à trop de gens, n'ont jamais abandonné leurs crayons, leurs feutres ou leurs pinceaux. Il est 19h, l'heure d'y rentrer, il fera plus chaud à l'intérieur.

cover

Visage à la farine de Pascal MAITRE

Faire un portrait photographique peut sembler facile. Un visage, un appareil. Pour les amateurs éclairés on ajoute un cadre et une lumière... Mais raconter une histoire, c'est autre chose.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !