cover

Alex Kidd in Miracle World

Article écrit par Culturemania le dimanche 08 juin 2014 à 20:20
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Tout début des années 90. On était encore jeune alors que sortait le pack de la Master System 2 avec le jeu qui me définira à jamais mon attirance aux jeux de plateformes, le grand Alex Kidd ! Gamin à tête de singe, il sera un peu la première mascotte de SEGA avant l'arrivée de Sonic le hérisson bleu. Plongeons dans ses entrailles !


Développement : SEGA

Support : Master System

Type : Plateforme

preview

Pour la petite histoire, Alex est un petit prince de Radaxian, royaume envahi par un vilain monsieur appelé Janken. Comme vous pouvez vous en doutez, le but d'Alex va être d'aller péter sa gueule à ce foutu tyran et sauver son frère et son peuple au passage. Sommaire histoire pour donner le son de cloche à ce qui est pour moi un des meilleurs jeu de plateformes jamais sortit ! La carte du monde nous affiche au début de chaque niveau notre progression. Pendant que Alex bouffe un burger (ou un sushi dans la version japonaise), une petite flèche nous indique l'emplacement du niveau que l'on devra traverser à pied, à la nage, en moto ou même en hélico ou en bateau. On aura droit à des montagnes, des forêts, un lac, des châteaux. C'est du pixel, c'est simple, mais c'est encore beau aujourd'hui. Armé de son gros poing démesuré, Alex va devoir castagner les vilaines bestioles qui pourrissent le paysage, et casser des blocs pour récupérer du pognon, sous forme de sac de pièces plus ou moins gros. Ce capitaliste d'Alex pourra alors dépenser sans compter dans des boutiques pour acheter de la vie, une moto, et sûrement d'autres choses, mais dois-je vous rappeler que ça fait presque 25 ans ???

preview

A la fin de certains niveaux, Alex devra affronter un petit boss avec le jeu pierre-feuille-ciseau. C'était à l'époque la seule chose que je détestais dans le jeu, trop aléatoire, même si il me semble que la combinaison était toujours la même partie après partie. D'autres boss étaient à affronter à la seule force du poing transgénique d'Alex, et ces derniers étaient souvent bien trop difficiles. Malgré tout, on recommençait, encore et toujours, même s'il fallait reprendre le jeu depuis le premier niveau, car contrairement à aujourd'hui, on s'attelait à finir nos jeux sans sauvegarde, sans code, et surtout sans peur et sans reproche comme de preux chevaliers. Mais je ne vais pas recommencer à faire mon vieux con en parlant de challenge ou de mérite. Seulement sachez que pendant que Mario se payait la part du lion sur la NES en enchaînant les épisodes, Alex Kidd faisait face, fier et courageux, et lui ne rebondissait pas bêtement sur ses ennemis pour les exploser. A l'occasion, essayez-le, écoutez sa musique, et plongez dans le fabuleux royaume de Radaxian ! ... pourquoi ça me fait penser à Radagast...


Article écrit par Culturemania le dimanche 08 juin 2014 à 20:20

Commentaires

Excellent article.

Ecrit par Remix42 le mardi 29 novembre 2016 à 19:20

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Assassin's creed IV : Black Flag

On pourra dire que je l’aurai attendu celui-là ! Je crois que je regardais les premières vidéos de gameplay il y a plus d’un an maintenant. Et puis il est enfin sortit, sur PS3 et PS4. Mais je m’étais promis de ne pas craquer et d’attendre d’avoir enfin la PS4 pour y jouer. Oui oui, même si je sais que pour ce jeu, la différence des deux versions n’est pas flagrante, mais tout de même, cela donnait un petit objectif à ma vie. Et donc nous y sommes, mon samedi pluvieux est passé inaperçu, car pendant que vous regardiez la pluie tomber, j’étais armés de lames et de ma capuche à me balader sous le soleil de la Havane.

cover

Brothers - A Tale Of Two Sons

De la poésie dans les jeux vidéo. Voilà quelque chose qui en aurait fait sourire plus d’un il y a quelques années, et sûrement encore aujourd’hui. Et bien à ces gens-là, je voudrai leur prouver le contraire en leur parlant de Brothers - A Tale Of Two Sons. Les autres, restez quand même, je vais m’efforcer de vous transmettre le chamboulement qu’a été ce jeu dans ma vie de joueur.

cover

Rayman Legends

J'avais joué au tout premier volet du personnage de Rayman, créé par Michel Ancel, un Français qui bosse au studio d'Ubisoft Montpellier, sur ma premier petite Playstation. C'était déjà magnifique de voir qu'il n'y avait pas que ce foutu Mario et son inertie bizarre comme référence des jeux de plateformes ! Aujourd'hui, on est bien loin des débuts du personnage sans membres. Accrochons-nous, et prenons-en plein la vue, Rayman Legends est sans exagérer, un jeu qui fou Mario et ses potes au placard, ferme à double tour, et balance la clef au fond d'un lac. Place au fun !

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !