cover

Among the sleep

Article écrit par Culturemania le samedi 05 juillet 2014 à 23:27
0 personne a aiméAdd Like
Ça vous dirai de revivre vos terreurs d'enfance, votre Boogeyman ou monstre du placard ? C'est ce que promet ce titre, une redécouverte donc ! Vous savez que dans les jeux vidéo, il y a les bons gros jeux à 60€ genre Assassin, Call Of Duty et autres Uncharted, mais il y a aussi les jeux à 2, 5, 10 ou 15 €. Et souvent, ces petits jeux sont de vraies découvertes qui nous plongent pour quelques heures de jeu dans un monde qu'on n'est pas prêt d'oublier. Souvenez-vous de Brothers - A Tale of Two Sons. Est-ce que ce sera le cas avec Among The Sleep ?


Studio de développement : Krillbite Studio

Support : PC - Mac

Type : Survival horror

20 balles dans la gueule tout de même, mais ça promet. Un jeu où on va vous faire revivre les cauchemars de la petite enfance au travers des yeux d'un marmot de 2 ans, c'est pas tout les jours qu'on voit ça. Alors c'est sans regret que je lâche mon billet bleu on-line pour essayer ça, sans passer par la case Démo. Le jeu débute sur l'anniversaire du rejeton. Maman prépare un bon gâteau, et bébé se prépare à s'empiffrer pour sûrement tout dégobiller derrière. Mais où est Papa ? En bas ? En train de faire du chocolat ? Non, Maman dort seule. Elle nous dépose ensuite dans notre piaule pour un petit somme. La pièce va servir de tutoriel pour apprendre à manier cette chose à quatre pattes ou debout. Un ours Teddy sera notre ami et guide dans le jeu. On grimpe, on jette des objets, on appuie sur des boutons, on ouvre des tiroirs. Pas de grand intérêt. Quand soudain, l'ourson maléfique nous propose de rejoindre un endroit sombre, très sombre. Pourquoi pas le placard ? Ah Ah ! Vous la sentez venir ? On entre alors dans le placard, et un monde de ténèbres s'ouvre à nous, et là, je commence à ne pas regretter mon achat. Ouais enfin, attend, car ça va pas durer.

preview

Malheureusement, maman rouvre la porte du placard, et nous revoilà en plein jour. Mais soudainement, comme dans tout bon film d'horreur, la nuit tombe, et voilà des trucs louches arrivent ! Pour un temps, on se croirait dans les yeux du gamin de Paranormal Activity. Ce cher Teddy se fait soulever par une force invisible, et notre lit à barreaux subira le même destin. Vite, il faut aller prévenir maman.

S'en suit alors une escapade à travers toute la casba pour aller prévenir la vieille qu'un truc pas net est en train d'arriver. La maison est plongée dans le noir, l'ambiance sonore commence à poser les bases, et tous les espoirs sont permis. On va avoir peur. En haut de l'escalier, je décide de jeter un gros ballon vers le pied des marches, terminant en angle droit. Vous savez, comme tous les ballons qu'on voit arriver d'on ne sait où dans les films qui foutent les boules. Je suis le ballon des yeux, espérant voir deux grosses mains pourvues de griffes venir le faire disparaître. Mais non. Rien. Quelle déception, moi qui avait tant espéré. Mais c'est pas grave, voyons ce qui se passe au rez-de-chaussée, en direction de la chambre de mamounette. Des éclairs, une porte qui s'ouvre, ça fonctionne doucement, et un ou deux sursauts après, on se retrouve à grimper sur le lit de la patronne. Sous ses draps : RIEN. Et croyez-moi, il est grand temps de se cacher sous le lit.

preview

Et puis là, soudainement, tout change, pour prendre une direction qui n'a pour moi plus aucun sens ! On descend à la cave, mais on traverse comme un portail qui nous amène dans un tout autre monde, avec des souvenirs a ramasser, et un enchaînement sans fin de choses à escalader et à traverser, encore, et encore. Quel dommage saperlipopette, moi qui croyait tomber sur le monstre du placard, le clown tueur derrière la porte de la salle de bain, le loup de la penderie ou encore les monstres d'un plafond plongé dans l'ombre. Alors j'ai quand même continué un peu, mais par déception et surtout par ennuie profond, j'ai tout coupé, repensant à mon billet de 20 balles, et à toutes les belles choses que j'aurai pu m'offrir avec, comme 6 ou 7 bonnes bières, par exemple.

Article écrit par Culturemania le samedi 05 juillet 2014 à 23:27

Commentaires

Tout simplement flippant lol ....

Ecrit par chaton le lundi 07 juillet 2014 à 17:46

Ouais, les 30 premières minutes du jeu son pas mal. C'est après que ça déconne.

Ecrit par Culturemania le mardi 08 juillet 2014 à 22:53

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Assassin's creed IV : Black Flag

On pourra dire que je l’aurai attendu celui-là ! Je crois que je regardais les premières vidéos de gameplay il y a plus d’un an maintenant. Et puis il est enfin sortit, sur PS3 et PS4. Mais je m’étais promis de ne pas craquer et d’attendre d’avoir enfin la PS4 pour y jouer. Oui oui, même si je sais que pour ce jeu, la différence des deux versions n’est pas flagrante, mais tout de même, cela donnait un petit objectif à ma vie. Et donc nous y sommes, mon samedi pluvieux est passé inaperçu, car pendant que vous regardiez la pluie tomber, j’étais armés de lames et de ma capuche à me balader sous le soleil de la Havane.

cover

Day of the Tentacle Remastered

1993 les enfants ! A cette époque où le magnétoscope faisait des ravages, il fallait bien souvent une disquette de boot pour rajouter les quelques Ko de mémoire nécessaires pour faire tourner des jeux tels que Theme Park, Simon The Sorcerer ou encore Day of the Tentacle. On avait le son et les musiques à condition d'avoir une carte son à 700 francs, rien n'était gagné d'avance. Tout se méritait. On achetait les jeux sur des disquettes, plusieurs. L'installation était un balai incessant de ces petits carrés contenant 1,44 Mo de données du jeu. Une disquette foireuse et c'était la crise de nerf, surtout après avoir lâché 400 francs dans le jeu version boîte et après l'avoir attendu pendant des mois. Alors aujourd'hui, quand on voit qu'on peut le télécharger en quelques minutes pour 14 euros et que ça tourne merveilleusement bien sur une télévision Full HD, on dit que les cons qui répètent que c'était mieux avant ne savent décidément pas de quoi ils parlent et ont complètement oublié de quoi était fait ce fameux "avant". En piste les amis, on va monter dans des chiottes pour voyager dans le temps !

cover

Alex Kidd in Miracle World

Tout début des années 90. On était encore jeune alors que sortait le pack de la Master System 2 avec le jeu qui me définira à jamais mon attirance aux jeux de plateformes, le grand Alex Kidd ! Gamin à tête de singe, il sera un peu la première mascotte de SEGA avant l'arrivée de Sonic le hérisson bleu. Plongeons dans ses entrailles !

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !