cover

Giana Sisters : Twisted Dreams

Article écrit par Culturemania le samedi 08 octobre 2016 à 22:19
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
C'est ce qu'on appelle un jeu en 2.5D. C'est pas de la 2D, c'est pas de la 3D, c'est au milieu. Mais qu'est ce que ça peut bien vouloir dire ! Voilà ma définition : c'est un jeu de plate-forme en 3D dont l'axe de déplacement du personnage se fait sur un plan 2D. C'est plus clair non ? Cela faisait trop longtemps que je ne m'étais pas amusé avec cette foutue PS4 qui prend la poussière autant qu'un Père Noël coincé dans une cheminée. Et voilà que je tombe nez-à-nez avec les sœurs Giana. Ne vous y méprenez pas, ces sœurs-là ne sortent pas d'un couvent.


Studio : Black Forest Games

Genre : Plate-Forme

Support : PC, PlayStation 3, PlayStation 4, Xbox 360, Xbox One, Wii U

On va faire un peu d'histoire et de rétrogaming si vous le voulez bien. On est en 1987. Mario Bros se la coule douce sur la NES de Nintendo et se prépare un bel avenir. Pendant ce temps, sur Commodore 64 (machine qui a vu le jour en -1239 avant JC selon certaines sources) déboulait un jeu de plateformes qui lui ressemblait plus que fortement. Voilà pour les bases. Twisted Dreams est le dernier né de la famille et il prouve encore une fois que les meilleurs jeux sont souvent ceux qui ne dépassent pas la barre des 15€.

L'histoire est simple et ressemble encore une fois à Mario. Maria, la soeur de Giana s'est faite enlevée par le vilain dragon Bowser... ah non, ici c'est Gurglewocky. Il a raboulé Maria dans le monde des rêves pour y faire je sais quoi encore. Mais Giana qui est une putain d'ado rebelle-punk ne va pas se laisser emmerder par un dragon obèse qui pue la pisse. Elle va alors devoir parcourir ce monde pour j'imagine sauver sa sœur et la ramener là d'où elles viennent.
Bon, tout comme dans Mario, ces salades ne sont qu'un prétexte pour aligner des mondes et des tableaux à traverser. Le monde des rêves est constitué de quatre univers composés chacun de 8 tableaux. La fin de chacun de ces univers se conclue par un bon gros boss à dégommer. Classique, mais en même temps, on n'en demande pas plus si ?

preview
preview

Et pourtant, ce jeu va nous en offrir tellement que je le mettrais quasiment au niveau d'un Donkey Kong ou d'un Rayman. Ce qui veut dire, si vous lisez attentivement Culturemania depuis toutes ces années (deux années en fait) que je mets ce jeu bien au-dessus d'un Mario ! Il y a bien des raisons à cela. D'abord, Giana peut à tout moment manipuler le monde des rêves en passant de sa version "cute girl" à sa version "bad ass". Et lorsqu'on passe de l'une à l'autre, le personnage ne se contente pas de se métamorphoser, mais c'est tout l'univers qui bascule ! On passe d'une forêt verdoyante à une genre de forêt de Fangorne maudite et hantée ! Les maisons en champignon deviennent des trucs vénéneux, les arbres perdent leurs feuilles et se dotent d'un visage démoniaque. Et c'est pareil pour chaque élément du décor et pour les ennemis ! Le boulot est colossal, je vous rappelle qu'on parle d'un jeu à 15 balles ! Mais c'est pas fini ! Car la musique passe d'un truc tout tranquillou à une version Power-Speed Métal ! Avec en plus l'option de converser une seule musique si le changement nous gonfle.

C'est terriblement beau, la maniabilité est parfaite même si on s'emmêle quelques fois les pinceaux mais pas de quoi rager et balancer sa manette dans la rue. Les différentes attaques de Giana permettent des tas de mouvements et certains passages sont simplement aussi rapides qu'avec ce bon vieux Sonic. Chaque niveau possède des rubis rouges jaunes et bleus à récupérer. Terminer le niveau avec tous les rubis et sans être mort doit nous faire gagner ou débloquer des trucs, ça je ne sais pas encore trop. Mais ça renforce encore la durée de vie du jeu. A ce stade, je pense y avoir joué trois heures et j'en suis au milieu du deuxième monde. Ça peut vous donner une idée.
Bon allez, arrêter de chipoter, laissez tomber vos jeux AAA à la con et ruez-vous plutôt vers ces jeux à 10 ou 15€ qui sont à chaque fois de superbes découvertes !

preview
Article écrit par Culturemania le samedi 08 octobre 2016 à 22:19

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Outlast

Éteignez la lumière, fermez la porte, tirez les rideaux, rentrez femmes et enfants, désactivez votre pacemaker, prévenez les voisins, ne quittez surtout pas votre chat des yeux, montez le son, installez-vous confortablement, et enfin, lancez Outlast. Vous aimez l'horreur, le sombre, la folie, les ténèbres, les peurs viscérales, les maisons hantées, les monstres, les expériences médicales qui tournent mal, le sang, les cris, le reportage sur le sanatorium de Waverly Hills, lieu le plus hanté des Etats-Unis, et vous étiez fan de l'émission Mystère que TF1 diffusait pour encore une fois traumatiser les gosses qui nous étions ? Alors c'est parfait, vous êtes au bon endroit.

cover

Day of the Tentacle Remastered

1993 les enfants ! A cette époque où le magnétoscope faisait des ravages, il fallait bien souvent une disquette de boot pour rajouter les quelques Ko de mémoire nécessaires pour faire tourner des jeux tels que Theme Park, Simon The Sorcerer ou encore Day of the Tentacle. On avait le son et les musiques à condition d'avoir une carte son à 700 francs, rien n'était gagné d'avance. Tout se méritait. On achetait les jeux sur des disquettes, plusieurs. L'installation était un balai incessant de ces petits carrés contenant 1,44 Mo de données du jeu. Une disquette foireuse et c'était la crise de nerf, surtout après avoir lâché 400 francs dans le jeu version boîte et après l'avoir attendu pendant des mois. Alors aujourd'hui, quand on voit qu'on peut le télécharger en quelques minutes pour 14 euros et que ça tourne merveilleusement bien sur une télévision Full HD, on dit que les cons qui répètent que c'était mieux avant ne savent décidément pas de quoi ils parlent et ont complètement oublié de quoi était fait ce fameux "avant". En piste les amis, on va monter dans des chiottes pour voyager dans le temps !

cover

Alan Wake

Stephen King a écrit : 'Les cauchemars ne relèvent pas de la logique et les expliquer n'aurait aucun intérêt, ce serait contraire à la poésie de la peur'. Dans une histoire d'horreur la victime demande sans cesse pourquoi, mais il n'y a aucune explication et il ne doit pas en y en avoir. Ce sont les mystères sans réponses qui nous marquent le plus et c'est de cela qu'on se souvient à la fin. Mon nom est Alan Wake, je suis écrivain.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !