cover

Lifeline

Article écrit par Sowilo le mercredi 19 août 2015 à 19:25
likeslikeslikeslikeslikeslikeslikeslikes
8 personne(s) ont aiméAdd Like
Vous voulez secourir un astronaute en détresse ? Il y a une application pour ça. Les amateurs de jeu de rôle connaissent peut-être le principe du « livre dont vous êtes le héros » qui a inspiré ce jeu. Pour les autres, il s’agit d’une histoire qui vous demande de faire des choix afin d’en orienter la trame.


Développeurs : 3 Minutes Games

Support : IOS, Android

Voilà que vous recevez des notifications d’un dénommé Taylor, qui dit être survivant d’un crash spatial sur une lune pommée au milieu de rien. Apparemment vous êtes le seul que Taylor peut joindre. Sérieux ? Même Jean-Yves Lafesse n’avait jamais osé.

"Allo, je suis Taylor Ledoux, je viens de m’écraser sur une lune et mon S.O.S est tombé sur vous. "

Mais vous, comme vous avez installé Lifeline sur votre smartphone, vous ne bronchez pas et vous êtes parti pour assister comme vous pourrez le naufragé de l’espace.

Les amateurs de jeu de rôle connaissent peut-être le principe du livre dont vous êtes le héros qui a inspiré ce jeu. Pour les autres, il s’agit d’une histoire qui vous demande de faire des choix afin d’en orienter la trame. Ici, le concept est adapté pour rendre crédible l’immersion. Vous ne décidez pas à la place de Taylor, vous dialoguez avec lui, vous le conseillez. Il faudra penser à soigner votre confiance mutuelle. Autres aspects immersifs, l’absence totale de données ou de fiches de personnage à surveiller, et le fameux temps réel entre les actions. En clair, si il faut une heure pour aller d’un point A à un point B, Taylor vous recontactera dans une heure. Ça pousse à réfléchir avant de décider d’une action. Pas d’inquiétudes, le réalisme à des limites, le temps n’est pas compté lorsque Taylor attend une réponse de votre part. Ça évite d’avoir à se réveiller à 3 heures du matin parce que le soleil se lève sur la lune perdue, et du même coup, cela vous recale sur le même rythme.

preview

Et oui, c’est ça, Taylor va vous pourrir la vie pendant plusieurs jours. L’histoire est bien écrite (un scénariste Fable et The Wolf Among Us est au casting), on se laisse facilement aller à attendre avec appréhensions les conséquences de nos derniers choix, et a émettre des hypothèses diverses sur la situation et l’attitude à adopter en conséquence, à partir des infos que l’on a. Curieusement, Taylor semble avoir une culture cinéma de notre temps, puisqu’il n’arrête pas de balancer des clins d’œil à divers films pour illustrer ses angoisses (Alien, Jason X, 127 Heures et j’en passe).

Inutile de garder le jeu ouvert, vous recevez les messages directement dans vos notifications. Les possesseurs de smartwatch pourront même profiter de la compatibilité du jeu pour se donner l’air d’avoir une vie sociale trépidante. De plus, une fois l’histoire bouclée une première fois, vous pourrez désactiver le temps réel, ou encore revenir en arrière à loisir, histoire d’explorer les divers embranchements et fins possibles. D’ailleurs, si votre première fin est très prématurée et peu glorieuse, résistez, n’allez pas utiliser ses options pour vous gâcher le plaisir !

Pour juste 2€, Lifeline est un petit divertissement original et agréable à parcourir. Oh, bien sûr, la rejoibilité est faible, une fois que vous vous serez lancé dans la triche à grande vitesse. Pour luter contre ça la prochaine fois, on pourrait espérer davantage de fins improbables, mais c’est franchement être exigeant. J’espère que Lifeline fera des petits.


Article écrit par Sowilo le mercredi 19 août 2015 à 19:25

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Unravel

Cela faisait une éternité que je n'avais pas rallumé ma PS4, à tel point que je me demandais si elle fonctionnait toujours. Au démarrage, je n'ai pas pu réchapper à la mise à jour système de 30 minutes avant de pouvoir faire quoi que ce soit mais finalement, me voilà sur le Playstation Store à la recherche d'Unravel, un jeu qui met en scène un bonhomme de laine rouge aux yeux blancs.

cover

Owlboy

On aime toujours quand ça commence par une petite histoire alors la voici. Je bousais devant ma télévision à regarder la chaîne NoLife et je tombe sur le test d'un jeu de plate-forme en pixelart. Quelques temps plus tard, j'essaie de me souvenir de ce jeu car l'envie d'y jouer me démengeait les doigts. Je contacte Sironimo qui est l'une des présentatrices de la chaîne mais impossible de lui donner un descriptif suffisant pour qu'elle me sorte le titre du jeu. Vous l'avez deviné, ce jeu c'est Owlboy, et loué soit le Seigneur pour m'avoir mis sur son chemin. Gloire à la télévision, cet objet qui éduque nos enfants encore mieux que dans les Simpson.

cover

Lifeline 2

Lifeline avait été une agréable petite surprise sur les stores mobiles, une réappropriation moderne et maline du concept du "livre dont vous êtes le héros". Apparemment le jeu a rencontré son public puisque fin 2015, c’est 2 nouveaux segments qui apparaissent à quelques semaines d’intervalle, avec des prix sympas pour le lot, ou même pour les 3 jeux d’un coup, toujours en français bien sûr. Ravis, je prends tout ça dans l’ordre et je lance Lifeline 2. Et vous savez quoi, les petits nouveaux, inutile d’avoir joué au premier volet pour en profiter.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !