cover

Lifeline : Douce nuit

Article écrit par Sowilo le jeudi 18 février 2016 à 21:00
likeslikeslikes
3 personne(s) ont aiméAdd Like
Il n’a pas fallu attendre plus de quelques semaines. Dans le sillage de Lifeline 2 qui prenait un nouveau cap, ce Lifeline : Douce Nuit débarque pour refermer la parenthèse et donner une suite directe au premier jeu. Taylor est de retour, et s’il vous recontacte, ça n’est pas encore pour faire une soirée crêpe. Dans l’espace, il n’y a que toi qui entendras Taylor crier.


Développeur : 3 Minutes Games

Support : IOS, Android

Curieux pour un jeu à choix multiples, mais il a bien fallut officialiser une fin pour envisager une suite à Lifeline. Alors, on part du principe que Taylor s’est sorti de la manière la plus positive possible de sa première aventure. On le retrouve comme passager de l’Etoile Blanche, le vaisseau de ses sauveteurs, qui ont également pu récupérer la capitaine Aya, toujours dans le coma. On y croyait, tout irait bien désormais, un message était parti vers la Terre conseillant fortement d’aller lâcher quelques bombes nucléaires sur une certaine lune de malheur. Seulement, si Taylor est toujours en ligne, c’est qu’il n’arrive pas à se calmer. Le moindre truc l’inquiète. A tort ? Oh, hein, on s’en doute, la "douce nuit" promise par le titre n’aura pas lieu.

preview

Encore une fois, les auteurs arrivent à faire une aventure bien différente en ne changeant aucun des principes du jeu. C’est ça aussi, la force de l’écrit. Le temps réel est toujours là, mais le jeu vous fera beaucoup moins poireauter. Pour cause, l’action se situe dans un huis clos, le vaisseau, et la tension quasi permanente ne permettra pas à Taylor de roupiller très souvent, ni très longtemps. Les quelques temps de déplacement seront l’occasion d’essayer la seule petite nouveauté, un plan parfaitement inutile de l’Etoile Blanche sur lequel on peut voir l’avancer de notre protégé.

L’énorme point fort du jeu reste tout simplement son écriture et la tension qu’elle provoque pour faire ses choix. Comme dans le premier jeu, on doit agir alors que la situation globale reste mystérieuse, mais les dangers à affronter seront plus immédiats. Plus d’action, et plus de personnages, et un parcours vers une fin acceptable qui me semble encore plus difficile à atteindre que les fois précédentes. Je dis acceptable, car sans rien dévoiler, même la meilleure fin est assez particulière.
Seul petit bémol, la bande son, qui n’est qu’un stock de bruits spatiaux qui tournent en boucle. J’avais bien aimé les musiques de Lifeline 2, mais là, j’ai désactivé cette bouillie répétitive assez vite.

Un très bon moment, et un bon complément au tout premier jeu, avec des situations pourtant différentes.

Article écrit par Sowilo le jeudi 18 février 2016 à 21:00

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Super Mario World

1992, l'ère des consoles 16 bits est arrivée. D'un côté, SEGA avec sa Mégadrive noire, Sonic en tête de courses et de l'autre, Nintendo avec sa Super Nintendo grise et Mario, dans un tout nouvel épisode flambant neuf. On met la cartouche en appuyant fort et en soufflant dedans aujourd'hui, on pousse le bouton On/Off vers le haut, on entend un petit 'dugling' et un des meilleurs jeux du monde s'affiche sur note téléviseur.

cover

Day of the Tentacle Remastered

1993 les enfants ! A cette époque où le magnétoscope faisait des ravages, il fallait bien souvent une disquette de boot pour rajouter les quelques Ko de mémoire nécessaires pour faire tourner des jeux tels que Theme Park, Simon The Sorcerer ou encore Day of the Tentacle. On avait le son et les musiques à condition d'avoir une carte son à 700 francs, rien n'était gagné d'avance. Tout se méritait. On achetait les jeux sur des disquettes, plusieurs. L'installation était un balai incessant de ces petits carrés contenant 1,44 Mo de données du jeu. Une disquette foireuse et c'était la crise de nerf, surtout après avoir lâché 400 francs dans le jeu version boîte et après l'avoir attendu pendant des mois. Alors aujourd'hui, quand on voit qu'on peut le télécharger en quelques minutes pour 14 euros et que ça tourne merveilleusement bien sur une télévision Full HD, on dit que les cons qui répètent que c'était mieux avant ne savent décidément pas de quoi ils parlent et ont complètement oublié de quoi était fait ce fameux "avant". En piste les amis, on va monter dans des chiottes pour voyager dans le temps !

cover

Metal Gear Solid : Ground Zeroes

Noël est passé, et avec ce temps pourri et ce froid infernal, aller dehors signifie chopper une gastro. Alors que de mieux qu'un bon jeu vidéo, installé au chaud dans son canapé avec un bon gros plaid M&M's tellement doux que jamais je ne le laverai ? Alors pour 20 euros, je me suis acheté ce qui est plus une démo qu'un jeu complet. Cet épisode est en quelques sortes le prologue de Metal Gear Solid V: The Phantom Pain. Prêt à jouer ? Oui, enfin pas tout suite, et voyons pourquoi.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !