cover

Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre

Article écrit par Culturemania le jeudi 18 septembre 2014 à 21:26
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
C'est la rentrée ! Dimanche soir, détresse, dernière météo avant les bancs des salles de travail. Bon, on va pas se formaliser, on est pas si malheureux que ça, surtout en cette période. Travailler n'est peut-être pas gai. Mais ne pas travailler serait encore pire. Et notre vie, c'est franchement de la rigolade. Et je vais vous le prouver avec ce petit jeu du PSN, à 14,90 € découvert par l'émission Chez Marcus. Le trailer m'a convaincu, la musique, l'ambiance, la patte graphique. C'est un jeu pour moi. Si je rajoute qu'il me fait penser à The Cave ou Brothers et que c'est signé Ubisoft Montpellier, alors là, c'est quasiment l'état de grâce vidéo-ludique. Mais sortez quand même les mouchoirs.


Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft Montpellier

Type : Aventure

Support : PS4 - PS3

Ça se présente comme une BD vivante. C'est de la 2D, et c'est merveilleux, elle a la côte en ce moment notre bonne vieille 2D. Pour dire vrai, la première impression que j'ai eu, c'est d'avoir les graphismes de Don't Starve disposés à la Rayman Legends (en couches successives avec l'Ubi Framework). C'est une vraie toile de peinture animée. Je me demande encore comment on ne peut pas être contemplatif devant les jeux vidéo à notre époque. Bon, passons au côté "on va tous chialer" car c'est bien l'histoire qui prime, encore une fois, dans ces petits jeux que l'on déniche en fouinant un peu, tel un chien qui cherche toujours l'os ayant le plus de viande collé autour. S'il y a de la viande, la taille de l'os n'importe plus.

L'histoire se déroule tout au long de la première guerre mondiale. Les héros qui la composent sont ces soldats anonymes envoyés au front du jour au lendemain alors qu'ils étaient fermiers ou infirmiers. On va alors croiser entre autres le destin d’Émile, d'Anna, de Freddy ou encore de Walt, le chien qui nous accompagnera souvent. Émile reçoit sa lettre et quitte sa ferme et sa fille pour rejoindre les gares de Paris avant d'être envoyé au front. La guerre est déclarée, la France va faire face à l'Allemagne. Et l'horreur va commencer, lancez la musique, montez le son et contemplons la suite.

preview

Le jeu est divisé en quatre parties, chacune découpée en chapitres où nos personnages vont se croiser. Certains sont potes de sang, d'autres combattent dans des camps ennemis tout en se connaissant, absurde, mais tout comme la guerre. Et on va devoir traverser tout ce merdier en résolvant des petites énigmes jamais trop compliquées pour ne pas avoir l'impression de sortir de l'état d'esprit dans lequel veut nous mettre le jeu. On fera péter de la dynamite, on se planquera lorsque les soldats passent, on soignera des blessés avec l'impression de jouer à Guitar Heros, on conduira une vieille bagnole en évitant des obus en rythme avec une valse hongroise de Brahms ! L'extase mes amis ! Le seigneur te dit prend, prend, prend encore fils, et tu paieras à la sortie.

preview
Certains ont survécu. D'autres non. Voici leurs histoires.

Mais j'oublie le point le plus important : l'histoire a un narrateur. Et ce narrateur à une voix. Et cette voix a un vrai pouvoir. Elle joue le rôle du premier violon d'un orchestre. Une voix grave et parfois tremblante, qui nous raconte le fil de l'histoire parfois abominable de nos personnages. Vous allez en chier. Et au fil de l'histoire, on va aussi ramasser des tas de petits objets qui seront accompagnés d'explications sur leur utilité pendant la guerre. Car c'est ludique mais aussi éducatif. Najat devrait inciter les profs d'histoire à faire jouer leurs classes à ce jeu. Car oui, on apprend vraiment. Outre les dates et les événements clefs, on apprend aussi les petits détails les plus intéressants, comme par exemple le fait que les soldats enlevaient les boutons en métal de leur veste car ils pouvaient indiquer leur position à l'ennemi à cause du reflet du soleil. On apprend aussi le rôle des chiens pendant la guerre, l'histoire des taxis de la Marne, ou encore pourquoi les tranchées des Allemands étaient de meilleures qualité que les tranchées boueuses des Français. Légalisons le jeu vidéo dans les programmes scolaires. Najat, on compte sur toi.

Article écrit par Culturemania le jeudi 18 septembre 2014 à 21:26

Commentaires

Je viens de le terminer. C'est abominable.

Ecrit par Vincent le vendredi 26 septembre 2014 à 22:10

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Agar.io et Cursors.io

Deux jeux qu'il ne faut surtout pas lancer au travail car y'a moyen d'y passer la journée. Je viens de me forcer d'arrêter pour éviter de me rendre compte qu'il est 2 heures du matin et que je suis encore en train de manger des ronds ou de faire passer des curseurs de souris par des portes. Ça intrigue hein, j'annonce : notre vie se termine aujourd'hui.

cover

Cookie Clicker

Hier, j'étais tranquillement écroulé devant la télévision. J'étais fin prêt à faire tout mon possible pour ne rien faire. Je suis devenu très bon à cela. Est-ce que je me faisais chier pour autant ? Absolument pas pauvres diables, depuis quand ne rien faire est synonyme d'ennui ? Ça, c'est ce qu'on a voulu nous faire croire depuis tout petit, alors que ne rien faire est purement merveilleux. L'autre idée qui a été au centre de notre éducation est celle de la collecte, de l'accumulation. Et c'est là que Cookie Clicker a tout compris.

cover

Outlast

Éteignez la lumière, fermez la porte, tirez les rideaux, rentrez femmes et enfants, désactivez votre pacemaker, prévenez les voisins, ne quittez surtout pas votre chat des yeux, montez le son, installez-vous confortablement, et enfin, lancez Outlast. Vous aimez l'horreur, le sombre, la folie, les ténèbres, les peurs viscérales, les maisons hantées, les monstres, les expériences médicales qui tournent mal, le sang, les cris, le reportage sur le sanatorium de Waverly Hills, lieu le plus hanté des Etats-Unis, et vous étiez fan de l'émission Mystère que TF1 diffusait pour encore une fois traumatiser les gosses qui nous étions ? Alors c'est parfait, vous êtes au bon endroit.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !