cover

Super Ghouls n Ghosts

Article écrit par Culturemania le mardi 13 janvier 2015 à 22:35
likeslikes
2 personne(s) ont aiméAdd Like
Ca fait très très très longtemps que je veux trouver le temps de parler de jeu. Cette saloperie est un des meilleurs jeux auquel j'ai joué. Il est aussi connu pour être l'un des plus difficiles. Mais tel un preux chevalier plein de courage et de sauvegardes régulières pour éviter de casser d'autres manettes de jeu, je me relance dans l'aventure, 22 ans après sa sortie initiale sur la géniale Super Nintendo. Mais une surprise de taille m'attendait à la fin du jeu. Voilà, maintenant que cette phrase t'as intrigué, tu es bien obligé de lire l'article en entier. Aux Armes Citoyens !


Éditeur : Capcom - Bandai

Développeur : Capcom

Date de sortie : 10 décembre 1992

Genre : Plateformes

Support : Super Nintendo, Game Boy Advance

Super Ghouls'n'Ghosts, c'était un peu la vitrine de la Super Nintendo pour vanter les effets dévastateurs de son fameux mode 7, qui pouvait simuler la 3D, les distorsions et les trucs qui piquent les yeux. Souvenez-vous, l'introduction du jeu était présentée sur l'immortelle cassette VHS de présentation de la console. Allez, de quoi ça cause ce jeu ? Et bien c'est pas très original dans l'histoire, tu vas voir.

Par une chaude soirée d'été, le chevalier au caleçon à fleurs Arthur se rend auprès de sa bien-aimée, la Princesse au nom de merde : Guinevere. Alors que la fête frôle la totale éclate hors des murs du château, une menace surgit de l'ombre. Un orage approche, des éclairs défoncent le ciel, une vitre du château vole en éclats : le démon Sardius, empereur du Diable, est venu enlever la pauvre idiote.
preview

Donc en gros, un gros démon est venu chouraver la princesse d'Arthur. Très bien, ça vous fait penser à rien ? Mario hein ? Ouais, mais bon cela dit, on s'en fout un peu de l'histoire dans un jeu de plateformes. Tout ça pour nous plonger dans les 7 niveaux du jeu, à la difficulté qui va te faire hurler à la mort. Crois-moi, les voisins viendront vérifier si tout vas bien avant la fin. Mais d'abord, c'est super beau, la musique est hyper envoûtante, et les monstres vont te pourrir la vie au maximum. Première étape : passer le premier niveau. Non, ne rigole pas, c'est tout un objectif. On est dans un cimetière, les tombes s'ouvrent, les loups-garou nous sautent dessus et la fin du niveau parait loin, loin, loin. Je pense pas en avoir fait le tiers et me voilà bon pour déjà tout recommencer. Si Arthur débute en armure de métal gris, il passera très vite en caleçon après s'être fait touché une premier fois. La prochaine fois sera la mort, pure et simple. Je reviens alors dans les menus pour passer le jeu en mode Normal. Ce que je ne savais pas, c'est que le cauchemar ne faisait que commencer.

Et ce qui fait partit du cauchemar, c'est le double saut du chevalier. La particularité ici est qu'une fois qu'on donné un direction et appuyé sur le bouton de saut, la trajectoire ne sera plus modifiable. Un deuxième coup sur le bouton deux saut et hop!, on réalise un double saut, à la trajectoire non négociable. C'est à la fois le truc qui va nous pourrir l'existence mais que l'on va finir par adorer une fois qu'on le maîtrise (ou plutôt qu'on crois maîtriser). Il faut avancer, donc après quelques années, je termine enfin le premier niveau en envoyant en enfer le premier boss de fin, pas trop dur à tuer. Arthur choppe la clef, et direction le niveau suivant.

Un bateau fantôme, à la bonne heure ! Des fantômes partout, un petit radeau, une tyrolienne, des coffres dangereux : mais on va s'amuser comme des petits sacripants la-dedans ! J'arrive quand même a avoir de nouvelles armes, qui sont souvent bien plus un handicap d'ailleurs. Rien ne vaut la premier arme de base. Même la dernière armure avec l'ultime pouvoir m'a plus fait mourir qu'autre chose. Donc je fini éventuellement le niveau deux pour arriver au niveau trois. J'ai à présent 42 ans. J'espère finir le jeu ou au pire, donner ma sauvegarde à un enfant dans la rue pour qu'il puisse continuer et achever ma quête. Je pourrai alors quitter ce monde et filer en paix direction l'enfer.

preview

Bon, je plaisante sur la difficulté, mais pas tant que ça. Si j'ai exagéré sur mon âge, il m'aura tout de même fallut 22 ans avant de voir la fin de ce jeu. Et là, voilà le clou du spectacle. Si vous vous souvenez bien l'introduction, j'avais fait planer le fait que j'allais me faire enfler. Et bien nous y voilà. Les niveaux à la difficulté infernales sont terminés, j'ai 67 ans et mon arthrite me rend le double-saut difficile. Ma femme ne m'adresse plus la parole, mes enfants se sont expatriés, et les animaux ont pris un bail de location dans mon pull dégueulasse que je quitte plus. Je pue et j'ai perdu le sens de la parole. Je pousse quelques cris, surtout lorsque mon seau est plein, mais mes rapports sociaux s'arrêtent-là. Peu importe, je suis au niveau 6 de Super Ghouls'n'Ghosts. Bizarrement, les deux derniers niveaux sont de petits ascensions vers le sommet où je vais enfin pouvoir délivrer cette connasse de Guinevere. D'ailleurs je me dit qu'elle devrait être morte depuis. Dernier gros boss passé et voilà enfin le final du jeu, la dernière scène. La princesse apparaît.

Enfin, je l'ai sauvé, je vais pouvoir en finir avec tout ça ! Elle me parle ! Elle est là, juste là ! Mais soudain, je n'en crois pas mes yeux. Elle me dit que.... elle... non.... me dit que.... le bracelet... Arthur, non.... je ne l'ai pas.... et je dois revenir lorsque je serai en possession du Bracelet pour pouvoir enfin la délivrer. Non. NOON. NOOOOOOOON !!!!! Je suis en caleçon, et cette connasse me dit ça !!! Espèce de CONNE !! T'aurais pas pu me le dire plus tôt !!! Et comment on le récupère ce putain de bracelet de merde ?!! Oh, alors attend, le jeu à la réponse à cette question. Sa réponse est implacable : te replacer au tout début du tout premier niveau, dans un niveau de difficulté supérieur, au cas on trouve ça un peu trop facile. Refait tout, oui, et dans un coffre tu trouveras bien le bracelet, et tu pourras enfin sauver la princesse. ..... ..................... .......................... ..................... WHHHHHHHHOUUUUAAAAAAGHGRRRRRRRRRRRRRRRRRHHHHHH !!!!!!! Ding Dong, c'est les voisins, tout va bien là-dedans ? Papi ? Papi ? Vous m'entendez ? Ouiiiiii, apportez-moi des boîtes de maïs, de l'eau, mais surtout, n'oubliez pas de dire à ma femme de changer mon seau, car je pense que je suis repartit pour un bon bout de temps.

preview

Article écrit par Culturemania le mardi 13 janvier 2015 à 22:35

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Alan Wake's American Nightmare

Il fait froid, tout le monde se remet des fêtes, c'est donc parfaitement le moment de jouer à des jeux vidéo. Alan est écrivain, et va se retrouver plongé dans les ténèbres de la série TV Night Springs dont il est l'auteur. Principalement, il va devoir faire face à son double, version horrifique de lui-même, version maîtresse des créatures de l'ombre. Armé d'un lampe de poche et de quelques armes, il va devoir se sortir de ce merdier avant de perdre les pédales de ne plus pouvoir distinguer la fiction de la réalité. Mais au-delà de tout, la question du temps qui passe va tout chambouler.

cover

Super Mario World

1992, l'ère des consoles 16 bits est arrivée. D'un côté, SEGA avec sa Mégadrive noire, Sonic en tête de courses et de l'autre, Nintendo avec sa Super Nintendo grise et Mario, dans un tout nouvel épisode flambant neuf. On met la cartouche en appuyant fort et en soufflant dedans aujourd'hui, on pousse le bouton On/Off vers le haut, on entend un petit 'dugling' et un des meilleurs jeux du monde s'affiche sur note téléviseur.

cover

The Cave

Encore une merveille ! Si je vous dit Ron Gilbert, vous tiltez ? Non ? Bon, j'ai envie de dire que c'est normal, mais d'un côté, pas tant que ça. C'est le mec qui a bossé chez LucasFilm Games et qui a crée Maniac Mansion mais aussi la série des Monkey Island ! Donc forcément, lorsqu'un jeu est associé à son nom, on ne peut que s'y interreser. The Cave, c'est sortit en 2013, mais c'est destiné à rester un grand jeu jusquà la fin de la galaxie !

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !