cover

Toki Tori

Article écrit par Culturemania le samedi 26 avril 2014 à 14:48
0 personne a aiméAdd Like
Loin des gros block-busters, il y a parfois des petites pépites qui traînent et qui ne se font pas forcément remarquer. Je ne connaissais pas Toki Tori et je l’ai découvert sur le net par son deuxième épisode, mais c’est au premier que je me suis attelé. Vous aimez les poussins, les cubes, les ponts, la téléportation, les fantômes et vous feriez n’importe quoi pour sauver des œufs ? Alors bienvenue dans Toki Tori !


Développeur : Two tribes

Support : Wii, PC, iPhone, Android, PS3, 3DS

Type : Puzzle Game

preview

Bon Pâques est déjà derrière-nous, mais ce n’est pas une raison pour laisser tous ces œufs éparpillés dans les niveaux. Mais ici, on n’aura pas à les chercher, Toki Tori nous les placera sous le nez. Pas de cachotterie. Le problème sera d’accéder à chacun de ces œufs sans mourir et sans se retrouver bloqué. Pour cela, notre poussin possèdera un nombre limité d’outils à chaque niveau. L’idée étant de bien calculer son coup et d’arriver pile poil à se frayer un chemin d’accès vers tous ces œufs avec les seuls outils à notre disposition. Ça peut paraître bête, mais si les premiers niveaux sont tellement évidents qu’ils peuvent plutôt passer pour des tutoriels, attentez la suite. Le poussin va traverser une forêt, des châteaux hanté, des égouts et un monde de bulles, et enchaîner des tableaux qui sont à s’arracher la tête.

preview

Au départ, on ne dispose que de quelques outils, comme des cubes, des ponts ou la possibilité de se téléporter à des endroits bien définis. Chaque élément à une taille limite permettant en général de faire exactement ce qu’il faut. Comprenez par-là que rien ne dépasse dans Toki Tori, les créateurs du jeu ont pondu une seule et unique solution par niveau. Pas de détour ou de gruge possible : si ça ne passe pas, ça ne passera pas. Alors on essaie, on pose un pont par-ci, un bloc par-là, on remonte une échelle pour repasser et récupérer le dernier œuf, mais diable, c’est impossible ! On avait mal calculé notre coup, et il ne nous reste plus aucun outil à disposition. Et c’est là qu’intervient une fonctionnalité qui fait toute la différence : le retour dans le temps, Marty ! Avec une simple touche, il est possible de remonter le temps et donc de reprendre à n’importe quel moment de notre réflexion et de nos déplacements dans le niveau. Ils ne se la joueraient pas un peu à la Prince Of Persia là ? En tout cas, c’est précisément ce qui empêche Toki Tori de devenir pénible ou énervant s’il fallait à chaque fois tout reprendre depuis le début.

En plus des niveaux de base de chaque monde, Toki Tori propose des niveaux Hard supplémentaires, qui sont souvent une vraie torture. A ce stade, on aura alors fait le tour de tous les pouvoirs du petit oiseau, comme flotter dans l’air, maitriser un aspirateur, changer des ennemis en bloc, déplacer certaines pierres, etc. Et le succès de chaque niveau sera le résultat de la bonne combinaison dans l’utilisation de ces pouvoirs. Et croyez, ce n’est pas de la tarte, et à l’heure où je vous parle, certains niveaux restent toujours inachevés dans ma PS3. Le petit poussin malheureux attend encore après moi, et je devrai y retourner tôt ou tard pour m’ôter ce sentiment de culpabilité. Tous les œufs ne sont pas sauvés.

Article écrit par Culturemania le samedi 26 avril 2014 à 14:48

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

Assassin's creed IV : Black Flag

On pourra dire que je l’aurai attendu celui-là ! Je crois que je regardais les premières vidéos de gameplay il y a plus d’un an maintenant. Et puis il est enfin sortit, sur PS3 et PS4. Mais je m’étais promis de ne pas craquer et d’attendre d’avoir enfin la PS4 pour y jouer. Oui oui, même si je sais que pour ce jeu, la différence des deux versions n’est pas flagrante, mais tout de même, cela donnait un petit objectif à ma vie. Et donc nous y sommes, mon samedi pluvieux est passé inaperçu, car pendant que vous regardiez la pluie tomber, j’étais armés de lames et de ma capuche à me balader sous le soleil de la Havane.

cover

Super Ghouls n Ghosts

Ca fait très très très longtemps que je veux trouver le temps de parler de jeu. Cette saloperie est un des meilleurs jeux auquel j'ai joué. Il est aussi connu pour être l'un des plus difficiles. Mais tel un preux chevalier plein de courage et de sauvegardes régulières pour éviter de casser d'autres manettes de jeu, je me relance dans l'aventure, 22 ans après sa sortie initiale sur la géniale Super Nintendo. Mais une surprise de taille m'attendait à la fin du jeu. Voilà, maintenant que cette phrase t'as intrigué, tu es bien obligé de lire l'article en entier. Aux Armes Citoyens !

cover

Rayman Legends

J'avais joué au tout premier volet du personnage de Rayman, créé par Michel Ancel, un Français qui bosse au studio d'Ubisoft Montpellier, sur ma premier petite Playstation. C'était déjà magnifique de voir qu'il n'y avait pas que ce foutu Mario et son inertie bizarre comme référence des jeux de plateformes ! Aujourd'hui, on est bien loin des débuts du personnage sans membres. Accrochons-nous, et prenons-en plein la vue, Rayman Legends est sans exagérer, un jeu qui fou Mario et ses potes au placard, ferme à double tour, et balance la clef au fond d'un lac. Place au fun !

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !