cover

Unravel

Article écrit par Culturemania le dimanche 14 février 2016 à 12:14
likeslikeslikeslikeslikeslikes
6 personne(s) ont aiméAdd Like
Cela faisait une éternité que je n'avais pas rallumé ma PS4, à tel point que je me demandais si elle fonctionnait toujours. Au démarrage, je n'ai pas pu réchapper à la mise à jour système de 30 minutes avant de pouvoir faire quoi que ce soit mais finalement, me voilà sur le Playstation Store à la recherche d'Unravel, un jeu qui met en scène un bonhomme de laine rouge aux yeux blancs.


Développeurs : ColdWood Interactive

Plateformes : PlayStation 4, Xbox One, Microsoft Windows

Genre : Puzzle-Plateformes

Tout commence par une vielle dame qui porte un panier rempli de pelotes de laine. On est quelque part dans la Scandinavie. L'ambiance est nostalgique même si on ne sait pas encore trop pourquoi. Alors que la dame remonte l'escalier, la pelote de laine rouge se fait la malle, roule sur le sol et donne naissance à Yarny, ce petit personnage de laine aux oreilles pointues et aux petits yeux blancs. Il est relié à un fil qui n'a rien d'infini. Pour avancer, Yarny va devoir l'utiliser pour résoudre des énigmes mais aussi trouver de nouvelles bobines de fil pour se prolonger et être capable de continuer d'aller de l'avant dans ce monde miniature à la Chérie j'ai rétréci les gosses. Ces bobines jouent aussi le rôle de checkpoint.

preview
preview

C'est donc un jeu de plate-forme puzzle dans la lignée de Limbo ou de Trine. Yarny peut marcher, courir, sauter, pousser ou tirer des objets, mais surtout, il peut utiliser son fil de laine comme un grappin ou un lasso. Il peut alors se suspendre et se balancer, s'attacher pour descendre en rappel, actionner des leviers avec ou encore se servir de clous d'attache pour en fait une sorte de trampoline ! Yarny peut aussi mourir, et oui. C'est assez dur de mourir dans ce jeu mais c'est possible, souvent à cause de la flotte ou d'une chute trop violente.

Mais surtout, c'est zen, c'est paisible et avec le temps pourri qu'il fait en ce moment, c'est idéal pour oublier le béton et l'odeur des poubelles au petit matin gris. C'est nom de Dieu ce que c'est beau ! La forêt, la mer, les champignons rouges, la neige, le fond flouté. Chaque caillou, chaque feuille est une oeuvre d'art. Le côté scandinave me fait bien sûr penser à Brothers : a tale of two sons mais en vraiment plus beau. Et ça fourmille de partout. Chaque brin d'herbe est en mouvement, les champignons, les feuilles, tout bouge ! Les animaux sont aussi partout, aussi bien un lézard qui passera en courant à travers votre trajectoire, des oiseaux qui font leur vie, un cerf immense qui passera vous faire un coucou, ou encore des insectes de toutes sortes et puis ces putains de moustiques à la con. La musique apaise aussi beaucoup, je pense beaucoup l'écouter cette semaine en travaillant.
On avance assez facilement, la maniabilité demande quelques minutes pour être à l'aise mais le premier tableau est très bien foutu pour ça. On se déplace sur une ligne en deux dimensions même si les décors eux sont en 3D.

preview

J'en suis seulement au troisième niveau et pour l'instant, pas de difficulté pour avancer mais ça devrait se corser. Mais je trouve pas ça si important car le plaisir de se balader se suffit à lui-même. Lorsque l'on termine un niveau, on a droit à une petite phrase de bon sens ainsi qu'à quelques photos de la famille de la vieille dame... enfin je crois. J'avoue que je n'ai pas très bien saisi ce côté là. L'histoire est pour l'instant absente même si la suite devrait révéler quelques trucs. En tout cas, ça coûte 19,90€, c'est uniquement en version dématérialisée sur le PSN et encore une fois, je trouve que ce sont les petits jeux qui font la force de la PS4.

Article écrit par Culturemania le dimanche 14 février 2016 à 12:14

Commentaires

Poster un commentaire :



Vous aimerez peut-être aussi :

cover

The Cave

Encore une merveille ! Si je vous dit Ron Gilbert, vous tiltez ? Non ? Bon, j'ai envie de dire que c'est normal, mais d'un côté, pas tant que ça. C'est le mec qui a bossé chez LucasFilm Games et qui a crée Maniac Mansion mais aussi la série des Monkey Island ! Donc forcément, lorsqu'un jeu est associé à son nom, on ne peut que s'y interreser. The Cave, c'est sortit en 2013, mais c'est destiné à rester un grand jeu jusquà la fin de la galaxie !

cover

Legacy Of Kain

Je suis tombé sur une petite news jeux vidéo ces jours-ci qui a attiré mon attention. La sortie prochaine du jeu Nosgoth sur PC, annoncé comme un jeu d’action multi-joueurs tout bête. Un peu de lecture, et la nostalgie m’envahie. Nosgoth, ce nom signifie que ce jeu est rattaché à la saga Legacy of Kain, qui dura de 1996 à 2004 sur plusieurs plateformes, et qui regroupait 5 jeux. Et tout ce qu’il en resterait aujourd’hui, c’est de la baston entre humains et vampires sur le net ? C’est tout ? Alors, laisse-moi te rappeler ce qu’était Legacy of Kain, ou te l’apprendre si tu es jeune joueur. Séance rétro gaming en 2 parties. Accrochez-vous les enfants.

cover

Lifeline

Vous voulez secourir un astronaute en détresse ? Il y a une application pour ça. Les amateurs de jeu de rôle connaissent peut-être le principe du « livre dont vous êtes le héros » qui a inspiré ce jeu. Pour les autres, il s’agit d’une histoire qui vous demande de faire des choix afin d’en orienter la trame.

Consulter les articles du même genre...



Participer à Culturemania

S'inscrire

Inscription

Inscrivez-vous et prenez la plume pour publier vous-même des articles sur Culturemania ! On vous demandera le minimum : un pseudonyme, un e-mail valide et un mot de passe savament choisi. Le reste, c'est si uniquement si vous le décidez !

Espace rédaction

Redaction

Déjà inscrit ? Alors direction l'espace rédaction de Culturemania pour vous lancer et rédiger vos articles ! Textes, images, vidéo, citations, utilisez toutes les options disponibles pour donner à vos articles ce petit truc qui fait qu'on le lira jusqu'au bout !

Informations

A Propos

Vous voulez en savoir plus sur Culturemania et son mode de fonctionnement ? C'est par ici ! Tout a été fait pour se simplifier la vie au maximum. Nous avons fait le choix de vivre avec les machines alors autant que ce ne soit pas pour se pourrir la vie !